10 avril 2011

HOMMAGE A PAUL PONS, Capoulié ....

2134107235_1_1_Comme, je vous l'annonçais dans mon message du 29 mars dernier, hier, je me trouvais à Digne, aux côtés de plusieurs félibres venus d'autres départements, et bien sûr les membres du "Coumitat dei Felibre bas-aupen" dont le fais partie. Etaient présents également, le Président de l'Union Prouvençalo et Michel TOUVAT pour la Traversado. Personnellement, je me rappelle très bien la silhouette de Monsieur Paul PONS, pour l'avoir croisé de nombreuses fois. Je passais très souvent par la rue Mère de Dieu, où il habitait, quand j'étais pensionnaire au Sacré-Coeur. mais hier j'ai pu parfaire ma connaissance sur ce personnage qui a été trés actif toute sa vie durant. A l'époque, j'avais une quinzaine d'années, je ne savais pas ce qu'était un Capoulié du Félibrige et je ne connaissais pas la Traversado. Aujourd'hui, je sais ....

Ci-dessous article paru dans la presse de ce jour. Je peux souligner que Claudette Occelli-Sadaillan a été très émouvante . Elle n'a nulle autre paraille pour faire passer à travers un mico, sincérité et chaleur et elle s'exprime avec tant de naturel... Bien sûr elle était en costume.

ScannedImage_4

 ScannedImage_3

Num_riser0002

 

Paul PONS, qui fut Capoulié du Félibrige, professeur d'histoire et géographie ainsi que de langue et littérature provençale est né à Digne le 8 juilet 1910 dans une famille tenant une épicerie. il a fait ses études à Digne, à Aix et à Paris. Fervent Régionaliste mistralien il a fait de l'écoute et de l'observation de la population une grande qualité d'humaniste.

l'influence la plus forte de Paul PONS dans la vie familiale comme dans la vie sociale a probablement été la joie de vivre et l'écoute disponible sur un fonds courageux de pensée chrétienne : l'esprit de bonté plus important que les habitudes ou les rites sociaux. Il faut ajouter à cela une solide formation universitaire en lettres provençales, histoire, géographie et théologie. Ces quatre éléments convergeaient pour faire une synthèse de joie de vivre dans un pays et de bonté active avec cette qualité assez rare à notre époque, celle de l'écoute.

Adolescent, Paul PONS est élève au Lycée Gassendi. C'est l'époque où entre dans sa vie une méthode pédagogique très neuve et audacieuse : celle du général anglais Baden Powel, le Scoutisme. Il suit sa progression scoute par les diverses épreuves d'étapes dans cette patrouille des "Chamois" qui gagne presque tous les concours entre patrouilles et il juge que cela crée dans la troupe un certain déséqulibre.

Il accède à la branche aînée du Scoutisme qui s'appelle à cette époque "La Route" où le scout reçoit des responsabilités d'homme adulte en particulier dans le Service. Dans les stages de formation de chefs, il rencontre le Père Doncoeur, auteur de nombre de chants scouts et du film sur Jeanne d'Arc avec Ingrid Berman.

 Les principes de la confiance faite aux jeunes et de la liberté d'initiative comme ceux de l'optimisme et de l'humour le guideront toute sa vie, tant dans l'enseignement, dans l'animation culturelle et régionalistes que dans la vie de famille ...

En 1929 et 1930, il contribue à la création et la rédaction du mensuel "Lou Gavouot" en patois bas-alpin.

Je ne peux vous retracer toute sa vie, tellement elle a été riche, mais je terminerai par une page de livret du souvenir sur laquelle figure un de ses poèmes.

Num_riser0004

et j'ai relevé un extrait écclésiastique qui nous appelle à méditer :

 

L'apprentissage de la sagesse :

Mon fils ! dès ta jeunesse choisis l'instruction et jusqu'à tes cheveux blancs tu trouveras la sagesse.

Comme le laboureur et le semeur, cultive-la et compte sur ses fruits excellents.

Car tu peineras quelque temps à la cultiver, mais bientôt tu mangeras de ses produits.

 

Ecoute, mon fils, accueille mes pensées, ne rejette pas mon conseil :

Engage tes pieds dans ses entraves et ton cou dans son collier

Présente ton épaule à son fardeau, ne sois pas impatient de ses liens.

 

Mets-toi sur ta trace et cherche-la : elle se fera connaître ; si tu la tiens ne la lâche pas.

Car à la fin tu trouveras en elle le repos et pour toi elle se cchangera en joie.

Ses entraves te deviendront une puissante protection, ses colliers une parure précieuse

Son joug sera un ornement d'or, ses liens des rubans de pourpre;

 

Si tu le veux, mon fils, tu t'instruiras et ta docilité te vaudra l'intelligence.

Si tu aimes à écouter tu apprendras et si tu prêtes l'oreille tu seras sage.

Tiens-toi dans l'assemblée des vieillards et si tu vois un sage attache-toi à lui

Ecoute volontiers toute parole qui vient de Dioeu, que les proverbes subtils ne t'échappent pas.

Si tu vois un homme de sens, va vers lui dès le matin, et que tes pas usent le seuil de sa porte.

Médite sur les commandements du Seigneur, occupe-toi sans cesse de ses préceptes.

C'est lui qui fortifierera ton coeur et la sagesse que tu désires te sera accordée.

 

Posté par Une jarlandine à 13:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,