21 septembre 2015

Journées européennes du Patrimoine à Avignon : Exposition du Boutis au Palais du Roure par Marie SYLVESTRE :

Comment peut-on définir le boutis ???? voici la définition que présente mon amie Marie Sylvestre à ses visiteurs :

C'est une broderie que l'on peut appeler "Broderie de Marseille" obtenue par l'assemblage de deux étoffes fines de coton (battiste), par un point avant ou un point de piqûre en suivant le contour d'un motif dessiné. Par centimètre on compte 6 à 8 points ( Oh là là, je n'y suis pas encore ...) Ce motif est ensuite mis en relief par un méchage qui se fait à l'envers entre les deux épaisseurs du tissu à l'aide d'une aiguille afin de produire un relief très prononcé. Les plumets de début et fin de mèches sont repoussés à l'aide d'un petit outil de bois de buis dit "boutis", (boutis vient du vieux français "bouter" qui signifie pousser).

Le boutis est un travail rigoureux et précieux. Il n'y a ni endroit, ni envers. La particularité du boutis est qu'il se regarde à la lumière, sa perfection se lit dans la transparence qu'offre le contre-jour. Comment ne pas résister à cette délicate transparence que ne partage pas les ouvrages matelassés qui eux restent opaques. Malheureusement le boutis est souvent confondu avec le piqué marseillais qui aujourd'hui est une technique industrialisée.

Le vrai boutis est fait à la main. L'ouvrage terminé se lave au savon de Marseille et peut être bouillé.

Au XIXème siècle, les provençales réintroduirent le boutis. Il était présent dans les trousseaux, des évènements essentiels de la vie : naissance, mariage, mort.

Au départ, on confectionnait des vannes, des vêtements tels que jupons, brassières. Pour un nouveau né, l'objet incontournable est "le petasson", ouvrage carré qui faisait office de linge absorbant et que 'lon mettait sous les fesses du bébé pour protéger les vêtements de la personne qui le portait. C'était souvent une femme de la famille qui le réalisait pour l'offrir en cadeau de naissance. On pouvait aussi faire un tour de berceau.

Chaque jeune fille à partir de 14 ans se confectionnait un trousseau avec des pièces en boutis. Son premier ouvrage était généralement le jupon qu'elle portait le jour de son mariage. Elle y mettait tout son coeur et donnait un sens à son ouvrage grâce aux symboles dont elle disposait. En effet, au fil du temps un langage a été créé avec ces motifs. Elle pouvait ainsi parler de sa vie, de ses espoirs, de ses rêves ... Dans les milieux populaires, les jeunes filles cousaint le sori après la journée de travail.

boutis 003

On y rencontrait des motifs symboliques et très importants. la place que va occuper le symbole, va permettre de reconnaître la signification que va donner la "boutisseuse" à son ouvrage. Suivant l'ampleur des ouvrages il pouvait s'agir d'un travail individuel ou collectif, pour une utilisation personnelle ou commerçante.

Les boutis des nobles comportaient des armoiries et des écussons.

Quelques exemples de symboles :

Blanc : pureté, virginité,

Coeur, artichaud : amour,

Fleur : beauté,

Olivier : paix, sagesse,

Colombe : paix,

Raisin : prospérité,

Vigne : joie, amitié,vie,fécondité,

Chêne : bonheur, prospérité,

Blé : bonheur, prospérité,

Laurier : victoire, immortalité,

Bleu : sagesse, divinité,

Ananas : l'hospitalité,

La grenade éclatée : des voeux de fécondité,

Paon : symbolise l'orgueil,

Hibou : mal être n'aimant pas l'époux choisit,

Cyprés : le deuil.

La nature est une source inépuisable. Le boutis est toujours blanc (là aussi un symbole).

Nous sommes heureuses que certaines personnes aient découvert cette technique et aient pu nous la transmettre car elle a dormi pendant près d'un siècle. A ce jour, les boutis se trouvent dans les musées, chez les antiquaires ou dans certaines maisons bien conservées. la valeur tient à l'ancienneté du tissu et à la qualité du piquage. La valeur pour les "boutisseuses" du XXIème siècle est sentimentale car n'oublions pas, que l'on peut difficilement acquérir une oeuvre dont le travail est considérable, sans oublier l'immense dextérité dont les femmes font preuve pour créer ces oeuvres. Pour réaliser le boutis, il faut le penser, laisser le te:mps au temps. De nos jours, le boutis, est un moment de réflexion, d'abandon, de relaxation, de repli sur soi-même, de plaisir.

Dans le langage parlé "botuis" en provençal désigne l'aiguille à bout rond grâce à laquelle on introduit le coton dans les motifs. Ensuite par extension cela désigne l'ouvrage réalisé par la brodeuses avec cet outil.

Frédéric Mistral disait du boutis "'Cet ouvrage divin qui ressemble à un pré dont le givre broda de blanc les feuilles et les pousses".

D'après son livre "Lou trésor dou Félibrige" "Boutis" viendrait de l'italien "imbottito" : (rembourré, rempli).

Le boutis semble tirer son nom de l'ancienne aiguille de buis qui permettait ce délicat travail. Pour d'autres encore, voient l'origine du boutis dans le provençal "boutiholo" qui signifie "bulle,vésicule".

Le boutis est à la portée de beaucoup de personnes même si quand on voit un ouvrage pour la première fois on se dit que cela doit être compliqué. Ce qui arrête le plus les personnes c'est le facteur temps car il en faut ; c'est sûr, mais lorsque l'on a vraiment le désir de faire quelques chose le temps importe peu. On constate 3 étapes : le report du dessin (très important), la couture du motif, le méchage de tous les espaces.

 

Merci encore à Marie pour ce partage, mais une chose est sûre en matière de boutis, je ne lui arrive pas encore à la cheville. Il va falloir que j'en fasse encore et encore des petits points.

 Pour terminer ce message voici une photo de trois jolies provençales qui accueillaient le public dans la cour du Palais du Roure. Ces dames, fort sympathiques sont "Li Courduriero de Parlaren Païs d'Avignoun". Nous avons sympathisé et bien sûr parlé costume.

IMG_3057

Ces dames se réunissent tous les jeudis de 14 H à 17 H Salle Estello à l'Oustau de la Culturo Provençale,

1, Avenue de la Foire, Champfleury à AVIGNON,

Si vous voulez être renseignées, Mesdames, sur les costumes comtadins traditionnels,

un contact : 06 75 68 71 97