17 août 2016

Petite escapade en Normandie.......... avec arrêt à CLUNY : en Bourgogne....

Amical bonjour à tous les visiteurs de mon blog, j'étais aux abonnés absents ces deniers jours car avec ma moitié, nous avons fait une petite escapade en Normandie pour nous rendre au mariage de notre nièce : une provençale qui a unit sa destinée à un Normand......

mais se rendre en Normandie d'une seule traite...... un peu pénible à notre âge... autant en profiter pour faire une halte et visiter un lieu de la France profonde que nous nous ne connaissions pas encore. C'est chose faite. A l'aller, nous avons choisi CLUNY avec la visite de la célèbre Abbaye ........ du moins ce qu'il en reste. Je partage avec vous mes photos qui vous donneront peut-être envie d'aller découvrir vous aussi ce lieu exceptionnel ..... chargé d'histoire ......

 

CONNAÎTRE L'ABBAYE DE CLUNY était mon désir.

Indépendante et puissante. Guillaume le Pieux fonde l'abbaye en 910, directement placée sous la protection de Rome. Son abbé jouit d'un rôle de médiateur entre les pouvoirs politiques et le pape. Cluny est la maison mère de 1 400 dépendances. Vendue comme bien national en 1798, l'abbaye est démantelée, et son église, presque détruite.

 

Abbaye de Cluny

Le clocher de l'abbaye

Présentation sommaire prise sur Wikipédia pour planter le décor de mes photos qui vont suivre :

L'abbaye de Cluny fut fondée en 909 ou 910 par le Duc d'Aquitaine et Comte d'Auvergne Guillaume 1er. Cluny est le symbole du renouveau monastique en Occident ; l'abbaye fut un foyer de réformation de la règle bénédictine et un centre intellectuel de premier plan au Moyen Age classique.

Jusqu'à la reconstruction de Saint Pierre de Rome qui sera plus longue de 4 mètres, cinq siècles plus tard, l'abbaye fût la plus grande église de la chrétienté.

À la suite de la Révolution, l'abbaye, devenue « bien national », sera vendue et démontée au profit de marchands de biens. il ne subsiste aujourd'hui que 10%. Les Haras Nationaux seront construits sous l'impulsion de Napoléon sur le site de l'abbatiale.

Les bâtiments de l'abbaye abritent depuis 1901 l'un des centres de l'école d'ingénieurs Arts et Métiers Paris Tech, ce qui fait de Cluny la plus petite ville universitaire de France.

Avec 135 000 visiteurs en 2011, c'est l'un des 5 sites les plus visités de Saône-et-Loire.

Ordre de Cluny

Au début du xe siècle, naît en l'Église catholique la volonté de réformer l'ordre monastique. Cette restauration s'appuie sur la Règle de Saint Benoît, un règlement qui régit dans ses moindres détails la vie monastique, pour respecter l'observance. Cette Règle initiée par saint Benoît de Nursie au vie siècle connaît un important développement, notamment grâce à l'action de Benoît d'Aniane trois siècles plus tard. Mais elle est limitée par les traditions qui se développent dans les abbayes, et par la méconnaissance de la Règle. Cluny va alors s'imposer en groupant un nombre croissant de couvents, et va devenir le centre du plus important ordre monastique du Moyen Age, rayonnant sur toute l' Europe

Seconde Guerre mondiale

Durant l'occupation, un important réseau de résistance se mit en place en Saône-et-Loire, alors coupée en deux par la ligne de démarquation, au centre duquel Cluny joua un rôle majeur. Le département regroupe alors un nombre important de foyers communistes et les maquis sont faciles à mettre en place dans cette région boisée. Pour faciliter les communications, les maquis mettent en place un complexe réseau téléphonique clandestin à l'échelle du département, permettant d'échanger entre maquis. Cluny est alors surnommée « Lyon » pour tromper l’ennemi et est reliée à Salornay-sur-Guye dite « Détroit », Saint-Gengoux-le-National « Oslo », ou encore à Charolles « Québec ». Ce réseau, construit en 1944 s'étirera sur plus de 1 100 km de câbles.

À partir du débarquement, Cluny devient le véritable centre logistique de la résistance. Le 11 août 1944, les 2000 soldats allemands de Mâcon reçoivent l'ordre de détruire cette résistance, devenue le régiment de Cluny. L'affrontement eu lieu au col du Bois Clair : les résistants réussirent à barrer l'accès à la ville, par les tunnels de chemins de fer. Pour faire plier les résistants, la ville sera bombardée 2 fois ce jour là, sans succès. Cluny, partiellement détruite, devient alors la première ville libérée en Saône-et-Loire4.

ou mieux voici la vidéo de présentation de ce lieu grandiose et exceptionnel :

Abbaye de Cluny, Label Patrimoine Européen

 

Comme à chaque fois que nous arrivons sur une place inconnue, nous nous sommes rendus à l'Office du Tourisme qui nous a remis un plan et nous a informés qu'une visite guidée allait demarrer dans cinq minutes .... Donc pas de temps à perdre. Nous voici devant l'abbaye pour une visite commentée ..... très très instructive ......

IMG_4018

 

 

Sur la place du 11 août, nous découvrons en face :

 

IMG_4020

 

Sur sa façade, une plaque :

IMG_4019

IMG_4021

 

et voici l'Abbaye :

IMG_4022

 

IMG_4023

IMG_4024

IMG_4025

IMG_4026

 

 

une chapelle intérieure : 

IMG_4028

IMG_4029

 

IMG_4030

 

IMG_4027

Le couloir avec les classes de ce qui est aujourd'hui l'école d'ingénieurs Arts et Métiers Paris Tech

et voici, l'escalier interdit au public qui monte aux chambres des étudiants qui sont actuellement en vacance.

IMG_4031

 

 

 

 

IMG_4032

IMG_4033

 

IMG_4034

IMG_4035

 

Vue extérieure de l'Ecole d'Ingénieurs des Arts et Métiers :

IMG_4036

 

Au fond de ce jardin, à droite sur la photo ci-dessous, on aperçoit le Farinier :

Intérieur surprenant..... à découvrir.

 

 

IMG_4039

IMG_4037

 

 

Le Baron de TRIQUETI

Le Centre des monuments nationaux organise depuis de nombreuses années des expositions d'art conemporain dans les monuments.

En 2014, l'artiste Xavier Veilhan a été invité à présenter l'oeuvre intitulée Le Baron de Triqueti. Cette oeuvre qui sert de socle, de support d'exposition, fut réalisée en 2006 pour une exposition du grand palais à Paris. Installée pour 3 années, l'exposition 2016 est le dernier épisode du parcours dans la sculpture contemporaine.

Les institutions partenaires (Le Musée des Beaux Arts de Dijon, le Consortium, le FRAC Bourgogne) ont permis d'exposer au public des oeuvres sculptées du XIXème, du XXe et du XIX siècle. Illustrant ainsi différentes périodes de création. Le commissariat de chaque exposition a été assuré par l'artiste lui-même, reflétant ainsi une part de sa perception de l'art des derniers siècles.

Pour la dernière année de présence de cet artiste à l'abbaye de Cluny, l'exposition propose exclusivement des oeuvres de Xavier Veilhan. Des créations qui s'échelonnent de 1993 à 2 016 et permettant un parcours privilégié dans l'oeuvre de Xavier Veilhan.

La Salle basse du Farinier, nommée le cellier, a été choisie pour accueillir cette exposition afin de créer un dialogue privilégié entre les oeuvres présentées et l'architecture. le socle jaune renvoie la lumière sur les pierres des voûtes et baigne ainsi tout l'espace d'une lumière dorée.

L'architecture et la création contemporaine se rencontrent à Cluny et apportent un nouvel élément d'interrogation sur la grandeur de ce lieu. Le Moyen âge omniprésent, le XVIIIe siècle grandiose et les artistes contemporains dialoguent, se confrontent et ouvrent la porte à un nouvel imaginaire.

IMG_4038

 

Suite de notre visite dans message suivant .....