Les métiers d'autrefois, qu'on ne retrouve plus aujourd'hui.
11 août 2015

Gestes et savoirs d'autrefois : suite et fin de notre balade à LABOREL.

Monsieur le Curé, était présent lui aussi parmi les habitants du village, Oui oui, nous l'avons rencontré :

IMG_2817

  Une flèche "Exposition" nous a conduit à l'église du Village

et là surprise : une exposition très riche comme nous n'en voyons pas tous les jours :

IMG_2827

Les vêtements liturgiques de Laborel

IMG_2831

 

J'ai été surprise par cette magnifique "collection" de chasubles appartenant toutes à la paroisse de LABOREL. Je dis "chapeau" à toutes les personnes qui ont su conservé et entretenir (voir rénover) ce "patrimoine".

La chasuble est un vêtement sacerdotal à deux pans et sans manche avec une ouverture pour la tête, que le prêtre revêt par dessus l'aube et l'étole pour célébrer la messe, ou d'autres actions liturgiques précédant ou suivant immédiatement lamesse1.

La chasuble a évolué au cours de l'histoire. De très belles broderies.

Un carton d'emballage pour nous rappeler qu'il existait à l'époque une manufacture de vêtements Ecclésiastiques à CREST, mais c'était en 1896, elle n'exite plus de nos jours .....

IMG_2826


06 août 2015

L'impression en Provence : suite de mes messages Gestes et savoirs d'autrefois....

Un avant dernier post sur ma balade de dimanche dernier à LABOREL, car je vous en réserve un autre.

J'ai pris une photo que je tiens à mettre en avant.

Vous connaissez mon intérêt en ce qui concerne le costume, les tissus anciens et les "indiennes". Un petit clin d'eil donc sur l'impression en Provence. 

Jusqu'en 1950 les impressions se faisaient avec des planches en bois appelées aussi "planches" ou "moules" : autant de planches que de couleurs à apposer... mais dès 1936 le procédé  du cadre plat avait remplacé en grande partie le lourd maniement des planches. Ces cadres doivent se succéder (autant que de couleurs ...) pour qu'il y ait une unité dans le dessin Ce travail d'une haute précision. qui reprend le système du pochoir est adapté à une production de grande qualité.

Lorsqu'on veut imprimer plus rapidemernt et en quantité importante, c'est la technique de l'impression à cylindre ( à l'intérieur duquel la couleur passe comme à travers le tamis. Là encore les cylindres se succèdent suivant le nombre de couleurs.

C'était une petite explication "succinte" sur l'impression des indiennes pour en arriver à vous présetner ma photo :

 Je connaissais les planches en bois, les pochoirs ...

mais je n'avais encore jamais vu ces "rouleaux" à peinture d'époque de prés. Absolument génial : Ils étaient posés là, à côté d'autres outils anciens.

 

IMG_2795

IMG_2794

 

Un livre de référence sur les "Couleurs et Etoffes" de Claude Fauque - Edition Aubanel -  qui a sa place dans ma bibliothèque.

Posté par Une jarlandine à 13:43 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
02 août 2015

Belle balade aujourd'hui en Drôme provençale : Découverte de la vie quotidienne d'autrefois !

ScannedImage

Temps splendide mais température un peu moins élevée que celle que nous avons eu au mois de juillet,

il faut dire que nous avons pris un peu d'altitude et de suite la différence est perceptible.

LABOREL, un charmant village à la limite des Hautes-Alpes et de la Drôme 

qui pour la 8ème année organise une exposition grandeurs nature en plein air

"Gestes et savoirs d'autrefois"

 

les boites

IMG_2793

IMG_2790

Pas de doute au vu du linge étendu en travers de la rue,

C'est jour de lessive au village :

la lessive à la cendre

 

 

la lessive à la cendre explications

Mesdames, regardez ces pièces de lingerie étendues, vous y voyez l'évolution de la culotte de la fin du XIXème à nos jours :

J'ai trouvé cette idée géniale,

IMG_2782

IMG_2783

 

IMG_2789

IMG_2792 (2)

Arrivée sur la place où nous découvrons des machines et outils agricoles :

IMG_2796

IMG_2797

IMG_2798

 

Suite de cette balade demain dans un autre message .......

Bonne soirée à vous tous.

 

Posté par Une jarlandine à 20:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Gestes et Savoirs d'autrefois à LABOREL : suite 3

Le "Car ASTIER" qui assurait la ligne :

Laragne-Orpierre -Laborel

Que de souvenirs ....!

le car Astier

 

Le Maréchal Ferrand :

le maréchal ferrand

Confection d'huile de noix :

Pressse à noix

un Tourneur - Sculpteur sur Bois :

Atelier "AU TOUR D'UNE RONCE" à Saléon.

sculpteur sur bois

 

 

 

 

IMG_2805

et bien avant le Car Astier et ces "Tacots"  : La Patache .......

 

IMG_2819

 

Posté par Une jarlandine à 07:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Gestes et Savoir d'autrefois à Laboreil : AU TOUR D'UNE RONCE : Démonstration

Tournage sur bois "Gestes et savoirs d'autrefois"

Posté par Une jarlandine à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
05 juillet 2014

FETE DE LA CHASSE ET DES VIEUX METIERS : Une fête comme je les aime ....

 

affiche-site-

Si vous désirez d'autres informations sur la Fête et son programme complet, vous pouvez consulter le site internet : http://www.tourisme-laragne.fr/fr/gros-evenements.html


 ​Si vous avez besoin de réserver des repas, vous pouvez le faire auprès de nous.
 Nous vous remercions de votre participation, et vous attendons avec grand plaisir à Laragne pour la Fête du 6 juillet !

 Bien cordialement
 Sylvie REVEL

 OFFICE DE TOURISME
 
LARAGNAIS – RIBIERS – VAL DE MEOUGE
 Place des Aires - 05300 Laragne Montéglin
 Tél : 04.92.65.09.38 - Fax : 04.92.65.28.41
 www.tourisme-laragne.fr <http://www.tourisme-laragne.fr>  - ot.laragne@gmail.com

Posté par Une jarlandine à 10:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
09 juillet 2013

Les métiers d'autrefois : Charbonnier ...

Dans son dernier message mon amie Nadine de "Passion Provence" parle des Charbonniers des Hautes-Alpes. vous pouvez accéder à son texte en cliquant sur le lien ci-dessous.

http://www.passionprovence.org/archives/2013/07/08/27595739.html#utm_medium=email&utm source=notification&utm_campaign=passionprovence

ce post a retenu toute mon attention, car en effet, il y avait beaucoup de charbonniers en Haute Provence.

De nombreux charbonniers vivaient dispersés sur tout le territoire de la Montagne de Lure, des immigrés Piémontais habitaient, hiver comme été, des cabanes ou des jas (cabanes de bergers en pierre) abandonnés, dans des conditons de vie extrèmement difficiles. La production de charbon de bois constituait alors une activité très importante pour l'industrie et les particuliers.

C'est parmi ces charbonniers de Lure que Pierre Magnan situe au XIXème siècle le cadre de son roman Les charbonniers de la mort.

En complément à l'article de Nadine, je vous rapporte, ci-dessous, le témoignage du dernier charbonnier de la Montagne de Lure, juste à côté de chez moi. Article relevé dans La Provence.

 

Le dernier charbonnier de Lure

A 88 ans, Second Usseglio se souvient du froid, de la guerre et du travail pénible dans la montagne

Je suis né en Italie par accident…" Ce petit bonhomme tout en rondeurs respire la joie de vivre. À 88 ans, Second Usseglio évoque sa naissance du côté du Piémont dans la province de Turin. "En fait, ma mère qui était enceinte, a dû se rendre au chevet de la sienne, très malade, en Italie. Je suis donc né là-bas, et j'en ai souffert."

Alors que ses autres frères et soeurs, nés en France eux, ont la nationalité française, le petit Second, qui est entré sur notre territoire à l'âge de 6 mois, est italien, donc considéré comme un émigré. Et ce n'est pas une sinécure à l'époque d'être un "macaroni" ou un "rital", un mot devant lequel on ajoute presque toujours un adjectif peu amène. "En 1936, à l'époque du Front populaire, les instituteurs apprenaient le tir aux élèves. Mon frère y allait mais moi, je n'y avais pas droit car j'étais étranger…"

Dans une cabane

Le père de Second Usseglio va vite se retrouver veuf et doit subvenir, seul, aux besoins de ses trois enfants en bas âge. Toute la famille habitera donc sur son lieu de travail soit dans la montagne de Lure puisqu'il est charbonnier. "C'était une cabane en bois que mon père avait construite et nous y vivions tous ensemble" se souvient Second qui poursuit : "nous y restions depuis la fin de l'hiver jusqu'à l'automne avancé avant de redescendre au village de Saint-Etienne- les-Orgues."

Trois heures de marche

C'est donc à pied, soit 3 heures de marche aller-retour, que les enfants se rendaient à l'école chaque jour. "À midi, on avait notre musette et on mangeait dans la cour ou dans les couloirs de l'école. On avait du pain, on n'en manquait pas mais on avait pas souvent quelque chose pour l'accompagner." Après le certificat d'études Second Usseglio n'est plus retourné en classe, il a aidé son père comme il le faisait depuis l'âge de 7 ans. Il fallait bien faire "bouillir la marmite".

Charbonnier à temps complet à un peu plus de 13 ans, Second Usseglio abat les arbres comme un grand pour fabriquer le charbon de bois qu'utilisaient les riches dans les chaufferettes afin de tempérer leurs lits douillets.

Et il fallait avoir du répondant dans les bras lorsqu'on sait qu'il fallait quelque 250 stères de bois pour dresser une charbonnière. Second se blessera gravement à trois reprises avec la hache et la courbure du dos qui est la sienne à 88 ans, en dit long sur la pénibilité de ce travail de forçat.

Pendant la guerre, Second Usseglio a été envoyé dans un Service de travail obligatoire (STO) dans le Nord de la France d'où il s'est échappé.

Et c'est tout naturellement dans la montagne de Lure qu'il va se réfugier et se cacher, une montagne toujours accueillante, même avec 60 cm de neige. "J'ai arrêté de faire du bois après 1945 et j'ai appris un métier, celui de boucher charcutier. Mais à l'époque, pour apprendre un métier, il fallait payer. Pendant deux ans j'ai travaillé gratuitement chez un boucher qui, en guise de salaire, me logeait et me nourrissait…"

Second a finalement été naturalisé Français, puis a ouvert sa propre boucherie à Ménerbes dans le Vaucluse. Une boucherie qu'il a gardée durant 34 ans avant de prendre sa retraite à Saint-Etienne-les-Orgues, le pays de son enfance.

Si daventure vous croisez son regard espiègle et rieur au bar du village où il boit son café tous les matins en lisant son journal, insistez un peu...

Il vous parlera peut-être de sa montagne aujourd'hui si proche et toujours chère à son coeur au sommet de laquelle sont enfouis tant de souvenirs. Et peut-être aussi de cette époque incroyablement rude où un gamin de moins de dix ans n'avait pas d'autre choix que celui d'aller, avec son père, au charbon.

Par Roberto Figaroli ( rfigaroli@laprovence-presse.fr )
 

Posté par Une jarlandine à 10:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,