22 septembre 2015

Journées Européennes du Patrimoine à Avignon : Ma troisième visite : LE PALAIS DU ROURE

Suite de ma balade à Avignon. Après avoir vu l'exposition de Marie Sylvestre dans la chapelle du Palais du Roure et avoir sympathisé avec les charmantes provençales en habit traditionnel dans la cour, j'ai commencé la visite de cette grande demeure d'Atmosphère.

Un peu d'histoire .... L'Histoire de la demeure commence par l'arrivée en Avignon de deux frères issus d'une famille de banquiers florentins, Pierre et Carle BARONCELLI.

En 1462, Pierre BARRONCELLI épouse Léonarde de Passis, appartenant à la famille des Pazzi, également oringinaires de Florence. Le couple s'installe dans une demeure appelée "La Taverne du Mûrier" qui appartenait au beau-père de Pierre Barroncelli. Ils y résident en tant que locataires jusqu'en 1469, date à laquelle Pierre Barroncelli rachète la demeure.

Voici le porche de l'entrée et son plafond :

IMG_3072

IMG_3074

IMG_3073

 

LA COUR :

A l'origine la cour était plus étroite et on y trouvait un puits. Dans l'angle Nord-Ouest se dressait une tourelle qui logeait l'escalier principal de la maison. Le long de la façade Ouest, les traces d'anciennes arcades sont encore perceptibles. Ces dernières étaient surmontées d'une galerie dont on perçoit également les traces de couverture. Tout cela disparait à la fin du XVIIème siècle pour une entière rénovation de la maison. Ainsi la cour est élargie et le puits détruit. On installe une salle à manger au rez-de-chaussée, un grand escalier d'honneur et au premier étage des ailes Est et Ouest, deux grandes enfilades de salons et d'apparetements qui seront superbement ornés dans le courant du XVIIIème siècle.

Voici la cour, aujourd'hui, photo prise de la Chambre au plafond au 1er Etage :

IMG_3071

L'ESCALIER D'HONNEUR :

Parmi les travaux de remaniement qui transformèrent la maison à la fin du XVIIIème siècle, la pièce maîtresse est sans conteste le grand escalier.Comme dans toutes les grandes demeures de l'époque, il ne conduit qu'au premier étage, "l'étage noble", réservé au maître de maison et à a ses invités ; la domesticité était logée au second. Cet important volume est surmonté d'une galerie de musique. Ici sont exposées des huiles du peintre Belge Henry de Groux, dont son célèbre Christ aux outrages, et une série consacrée à l'Enfet de Dante. On remarquera également la maquette d'Ugolin de J.B. Carpeaux.

Dans l'escalier, J'ai fixé mon objectif sur cette toile qui me plaît particulièrement .....

"Le marché de la Place Pie" par Clément Brun

IMG_3058

 

L'ANTICHAMBRE :

Le mobilier contenu dans cette pièce, y compris le miroir, provient du salon du château de Fontségugne. C'est dans cette demeure de Châteauneuf de Cadagne que, le 21 MAI 1854, Frédéric Mistral at ses amis écrivains fondèrent le Félibrige. une porte donne accès à l'escalier de service. En exposition une statue de Saint-Roch (XVIIIème siècle) le portrait de Rose Bordas par Pierre Grivolas, et la vue du pont St Benezet par Camille Dufour (v. 1902).

LE SALON

 

IMG_3060

Le salon est meublé en style provençal du XVIIIeme siècle. A remarquer, un coffre à dentelle posé sur la commode. On y trouve un beau portrait de Frédéric Mistral, peint en 1806 par Paul Saïn. Au dessus, un portrait de jeanne de Flandreysy peint par Léo Lelée. A droite et à gauche, deux portraits en pied du couple Semenow, des aristocrates russes qui adoraient la région d'Avingnon, peints par Pierre Grivolas. le couple fit construire le "Château des Chênes Verts" dans lequel ils conviaient leurs amis comme Frédéric Mistral, Paul Arène, Alphonse Daudet et pierre Grivolas dans le cadre de petites soirées de culture provençale.

IMG_3061

 

 

LA SALLE A MANGER 

IMG_3059

 

 Cette pièce est essentiellement meublée avec un mobilier provençal du XVIIIème siècle : on y trouve un très beau buffet à deux corps ainsi qu'un meuble fixé au mur, appelée "panetière", particulier à la Provence et servant à conserver le pain.

IMG_3062

IMG_3063

  

 

LE BOUDOIR

Le Boudoir est une pièce consacrée à la femme qui racheta la demeure en 1918, Jeanne de Flandreysy. De son vrai nom Jeanne Mellier, elle est la fille d'Etienne Mellier, personnage éminent de la ville et très estimé de ses contemporains. Elle se montre digne de son père, avec un talent d'écrivain qu'elle exerce en publiant dans des journaux de Valence avant de devenir journaliste littéraire pour le Figaro de 1904 à 1910. Entre-temps elle fait la connaissance d'un certain nombre d'écrivains provençaux, parmi eux Frédéric Mistral et Folco de Baroncelli. Au contact de ces deux personnages, grands défenseurs de leur culture, Jeanne de Flandreysy se prend de passion pour la culture provençale. Elle accumule une énorme quantité de documents, d'objets ethnographiques et de souvenirs. Lorsqu'en 1918, le Plais du Roure est à endre, elle essaie de rassembler les fonds nécessaires et s'associe à Jule Charles-Roux, un grand mécène marseillais ; mais ce dernier décède. Le projet est finalement réalisé grâce à son père qui avance la somme nécessaire, Jeanne de Flandreysy s'installe et entame un énorme programme de restauration. Au fur et à mesure, elle peut jeter les bases de ce qui deviendra le "Centre de Culture Méditéranéenne du Palais du Roure". L'origninalité de cette femme reste aussi sa grande collection de cloches répartie dans toute la demeure et se chiffrant à 175 pièces. En 1944, jeanne de Flandreysy lègue sa fondation à la Ville d'Avignon. Elle décèdera en 1959 à l'âge de 85 ans.

 

IMG_3066

 

 

LA CHAMBRE A PLAFOND :

La"chambre au plafond" est une des rares pièces ayant conservé son volume original. On peut y admirer son très beau plafond à caissons, posé vers la fin du XVème siècle. Le mobilier de la pièce n'est pas d'origine, mais on y trouve un meuble ayant appartenu aux Baroncelli : leur Cathèdre. Il s'agit d'un siège d'apparat fabriqué lorsqu'ils furent anoblis par le Pape LéonX en 1514 et obtinrent le titre de Seigneurs de Javon.

 

IMG_3070

 Le Cathèdre (dommage un peu flou)

La pièce est également décorée de nombreux portraits de la Famille Baroncelli et de ses alliés par le mariage, dont Julien Della Rovere, Légat d'Avignon qui devint Pape sous le nom de Jules II. La famille Baroncelli conservera la maison pendant cinq siècles, jusqu'à sa vente en 1908. En sortant de la pièce, l'arbre généalogique est à découvrir.

IMG_3068

IMG_3067

 

 

L'ESCALIER A VIS

Seul escalier d'origine (XIème siècle) conservé dans la maison, ses marches présentent l'usure caractéristique d'un usage prolongé. outre les deux étages principaux, il dessert plusieurs petites pièces en entresol et en terrasse. Comme dans la cour, un certains nombre de cloches de la collection de Jeanne de Flandreysy y sont exposées.

 

Ainsi se termine ma visite du Palais du Roure, mais trois autres messages en prévision sur : 

- Jeanne de Flandreysy

- l'histoire de sa passion

- l'exposition qui se tient actuellement au Palais du Roure sur Henri FABRE (Félibre et Savant)

 

A suivre donc ....... Bonne journée ensoleillée à vous tous.

 

 


21 septembre 2015

Journées européennes du Patrimoine à Avignon : Exposition du Boutis au Palais du Roure par Marie SYLVESTRE :

Comment peut-on définir le boutis ???? voici la définition que présente mon amie Marie Sylvestre à ses visiteurs :

C'est une broderie que l'on peut appeler "Broderie de Marseille" obtenue par l'assemblage de deux étoffes fines de coton (battiste), par un point avant ou un point de piqûre en suivant le contour d'un motif dessiné. Par centimètre on compte 6 à 8 points ( Oh là là, je n'y suis pas encore ...) Ce motif est ensuite mis en relief par un méchage qui se fait à l'envers entre les deux épaisseurs du tissu à l'aide d'une aiguille afin de produire un relief très prononcé. Les plumets de début et fin de mèches sont repoussés à l'aide d'un petit outil de bois de buis dit "boutis", (boutis vient du vieux français "bouter" qui signifie pousser).

Le boutis est un travail rigoureux et précieux. Il n'y a ni endroit, ni envers. La particularité du boutis est qu'il se regarde à la lumière, sa perfection se lit dans la transparence qu'offre le contre-jour. Comment ne pas résister à cette délicate transparence que ne partage pas les ouvrages matelassés qui eux restent opaques. Malheureusement le boutis est souvent confondu avec le piqué marseillais qui aujourd'hui est une technique industrialisée.

Le vrai boutis est fait à la main. L'ouvrage terminé se lave au savon de Marseille et peut être bouillé.

Au XIXème siècle, les provençales réintroduirent le boutis. Il était présent dans les trousseaux, des évènements essentiels de la vie : naissance, mariage, mort.

Au départ, on confectionnait des vannes, des vêtements tels que jupons, brassières. Pour un nouveau né, l'objet incontournable est "le petasson", ouvrage carré qui faisait office de linge absorbant et que 'lon mettait sous les fesses du bébé pour protéger les vêtements de la personne qui le portait. C'était souvent une femme de la famille qui le réalisait pour l'offrir en cadeau de naissance. On pouvait aussi faire un tour de berceau.

Chaque jeune fille à partir de 14 ans se confectionnait un trousseau avec des pièces en boutis. Son premier ouvrage était généralement le jupon qu'elle portait le jour de son mariage. Elle y mettait tout son coeur et donnait un sens à son ouvrage grâce aux symboles dont elle disposait. En effet, au fil du temps un langage a été créé avec ces motifs. Elle pouvait ainsi parler de sa vie, de ses espoirs, de ses rêves ... Dans les milieux populaires, les jeunes filles cousaint le sori après la journée de travail.

boutis 003

On y rencontrait des motifs symboliques et très importants. la place que va occuper le symbole, va permettre de reconnaître la signification que va donner la "boutisseuse" à son ouvrage. Suivant l'ampleur des ouvrages il pouvait s'agir d'un travail individuel ou collectif, pour une utilisation personnelle ou commerçante.

Les boutis des nobles comportaient des armoiries et des écussons.

Quelques exemples de symboles :

Blanc : pureté, virginité,

Coeur, artichaud : amour,

Fleur : beauté,

Olivier : paix, sagesse,

Colombe : paix,

Raisin : prospérité,

Vigne : joie, amitié,vie,fécondité,

Chêne : bonheur, prospérité,

Blé : bonheur, prospérité,

Laurier : victoire, immortalité,

Bleu : sagesse, divinité,

Ananas : l'hospitalité,

La grenade éclatée : des voeux de fécondité,

Paon : symbolise l'orgueil,

Hibou : mal être n'aimant pas l'époux choisit,

Cyprés : le deuil.

La nature est une source inépuisable. Le boutis est toujours blanc (là aussi un symbole).

Nous sommes heureuses que certaines personnes aient découvert cette technique et aient pu nous la transmettre car elle a dormi pendant près d'un siècle. A ce jour, les boutis se trouvent dans les musées, chez les antiquaires ou dans certaines maisons bien conservées. la valeur tient à l'ancienneté du tissu et à la qualité du piquage. La valeur pour les "boutisseuses" du XXIème siècle est sentimentale car n'oublions pas, que l'on peut difficilement acquérir une oeuvre dont le travail est considérable, sans oublier l'immense dextérité dont les femmes font preuve pour créer ces oeuvres. Pour réaliser le boutis, il faut le penser, laisser le te:mps au temps. De nos jours, le boutis, est un moment de réflexion, d'abandon, de relaxation, de repli sur soi-même, de plaisir.

Dans le langage parlé "botuis" en provençal désigne l'aiguille à bout rond grâce à laquelle on introduit le coton dans les motifs. Ensuite par extension cela désigne l'ouvrage réalisé par la brodeuses avec cet outil.

Frédéric Mistral disait du boutis "'Cet ouvrage divin qui ressemble à un pré dont le givre broda de blanc les feuilles et les pousses".

D'après son livre "Lou trésor dou Félibrige" "Boutis" viendrait de l'italien "imbottito" : (rembourré, rempli).

Le boutis semble tirer son nom de l'ancienne aiguille de buis qui permettait ce délicat travail. Pour d'autres encore, voient l'origine du boutis dans le provençal "boutiholo" qui signifie "bulle,vésicule".

Le boutis est à la portée de beaucoup de personnes même si quand on voit un ouvrage pour la première fois on se dit que cela doit être compliqué. Ce qui arrête le plus les personnes c'est le facteur temps car il en faut ; c'est sûr, mais lorsque l'on a vraiment le désir de faire quelques chose le temps importe peu. On constate 3 étapes : le report du dessin (très important), la couture du motif, le méchage de tous les espaces.

 

Merci encore à Marie pour ce partage, mais une chose est sûre en matière de boutis, je ne lui arrive pas encore à la cheville. Il va falloir que j'en fasse encore et encore des petits points.

 Pour terminer ce message voici une photo de trois jolies provençales qui accueillaient le public dans la cour du Palais du Roure. Ces dames, fort sympathiques sont "Li Courduriero de Parlaren Païs d'Avignoun". Nous avons sympathisé et bien sûr parlé costume.

IMG_3057

Ces dames se réunissent tous les jeudis de 14 H à 17 H Salle Estello à l'Oustau de la Culturo Provençale,

1, Avenue de la Foire, Champfleury à AVIGNON,

Si vous voulez être renseignées, Mesdames, sur les costumes comtadins traditionnels,

un contact : 06 75 68 71 97

 

 

 

 

 

 

 

20 septembre 2015

BOUTIS aux Journées européennes du Patrimoine à Avignon : Visite à mon amie Marie Sylvestre au Palais du Roure....

Suite de ma petite escapade à Avignon ..... Voici mon deuxième message ..... et bien oui, comme qui dirait d'une pierre deux coups .... Si j'ai souhaité me rendre à Avignon pour ces journées du Patrimoine c'est avant tout pour rendre visite à mon amie Marie qui exposait ses magnifiques pièces de boutis dans la chapelle du Palais du Roure et aussi pour enfin visiter le Palais du Roure que je ne connaissais qu'à travers son histoire....

Pour tout vous dire :

Marie Silvestre adhérente à France Boutis , qui habite Villeuneuve lès Avignon a  remporté en 2014

L 'AIGUILLE D'OR

  à la biennale des jupons piqués à Trest   pour  son jupon piqué en boutis 

Le trophée de l'Aiguille d'Or est attribué à la production la plus remarquable sur le plan de la recherche, de la réalisation et de la fabrication. Bravo Marie.

aiguille d 'or

Donc ce samedi matin, après le petit déjeuner, nous voici traversant le pont du Rhône à pied,

pour rejoindre le Palais du Roure, très facile avec le plan que l'on nous a remis à l'hôtel :

IMG_3030

IMG_3031

un grand plaisir pour moi de découvrir cette belle exposition dans cet endroit exceptionnel qu'est la chapelle du Palais du Roure.

IMG_3039

 

Les ouvrages en boutis de Marie Sylvestre

page

IMG_3052

IMG_3040

IMG_3043

 

De très beaux ouvrages, mais je vous laisse admirer le  jupon de mariée

pour lequel l'aiguille d'or lui a été attribuée :

Jupons de mariée en boutis

Ci-dessous la phrase de Frédéric MISTRAL qui qualifiait le boutis d'ouvrage divin.

IMG_3053

Ci-dessous, Marie nous présente son dernier ouvrage en cours :

IMG_3054

C'est sûr je reviendrai à ta prochaine expo Marie pour voir cette pièce terminée ...

Quel courage, que d'heures de travail .....!

Dans un prochain message la définition du  "BOUTIS" présentéE lors de cette expo.

et visite du Palais du ROURE.

Voici un lien direct avec le message de Marie sur son Blog :

http://marisil.canalblog.com/archives/2015/09/26/32688104.html

19 septembre 2015

Les journées européennes du Patrimoine c'est ce week-end...... aujourd'hui samedi un temps magnifique nous en avons bien profité

Ces journées sont, chaque année, l'occasion de porter un autre regard sur notre patrimoine. l'Occasion pour nous de marquer une pause et de découvrir ou revisiter les très nombreuses richesses qu'offrent les villes et villages de notre région. C'est ainsi que nous sommes partis hier vendredi, 18 Septembre, en début d'après-midi pour une petites escapade ..... vers Villeneuve lez Avignon et Avignon juste séparées par le Rhone.

Il suffit de passer le pont ......

Le Rhône (photo prise à coté de la Guingette ...)

IMG_3014

Première Etape :

C'est dans la cité royale fondée par Philippe Le Bel que papes et cardinaux ont construit leurs villégiatures pour échapper à l'effervescence d'Avignon. De leurs palais villenevois, coeur de la diplomatie européenne pendant un siècle, ils ont écrit les plus fastueuses pages de l'histoire de Provence et du Languedoc. Comme au temps des Papes, de nos jours, Villeneuve est toujours un lieu de résidence privilégié. Ses trésors artistiques éblouissants, avec six monuments d'exception ouverts au public, et son cadre préservé entre Rhône et collines, attirent et retiennent depuis longtemps les visiteurs du monde entier. Cette longue tradition d'accueil est fidèlement maintenue par tous les Villeneuvois qui vous réserverons le meilleur d'eux-mêmes.

.... C'est ainsi que nous avons réservé une chambre de l'autre côté du pont ..... Une fois garé notre voiture à l'hôtel, c'est à pied que nos sommes partis à la découverte de cette cité royale que nous ne connaissions pas du tout. Comme beaucoup de monde nous y passions mais sans s'y être arrêtés comme nous l'avons fait hier......

Tour Philippe Le Bel

Donjon d'une forteresse édifiée au XIIIème siècle par le Roi de France, au débouché du célèbre Pont d'Avignon, la Tour du Pont avait une importance stratégique capitale.

 

Tour Philippe Le Bel

 

De belles salles voûtées accueillent des expositions artistiques et le toi terrasse offre un panorama spectaculaire sur Avignon et la Vallée du Rhône, des Dentelles de Montmirail jusqu'aux Alpilles.

 

Les palais cardinalices

 

Edifiés par les cardinaux de la cour pontificale avignonnaise, ils étaient de fastueuses résidences de plaisance, entourées de jardins. Abandonnés après le retour du pape à Rome, morcelés et ransformés, ces quatroze palais marquent encore fortement la physionnomie de la cité. (Un plaisir de s'y promener...)

 

Les palais cardinalices

 

Lecture des explications au fur et à mesure de la progression ....à travers des ruelles pittoresques  reliant les quartiers historiques et les sites classés;

IMG_3021 - Copie

 

 

 

Passage à côté de la colline des Mourgues qui s'étend sur Sept hectares, mais clôturée de murs. La colline des Mourgues est un lieu de promenade qui doit être agréable mais pas le temps de s'y attarder, car l'heure tourne. On découvre de magnifiques vues sur Villeneuve les Avignon et le fort Saint André :

IMG_3019

 

Cette forteresse fut érigée par les rois de France au XIVème siècle pour protéger l'abbaye et le Bourg Saint-André.

pour en savoir plus sur le Fort Saint-André :

www.fort-saint-andré.monuments-nationaux.fr

Rue de l'hôpital,

en fond nous apercevons l'Eglise collégiale Notre Dame et son cloître

IMG_3024

 

IMG_3025

IMG_3026

Nous passons ensuite devant Le Musée Pierre de Luxembourg et arrivons sur la Pace Jean-Jaures

où nous choississons un petit Resto.

Et c'est de nuit, que nous refaisons le sens inverse pour rejoindre l'hôtel,

Ci-dessous l'Eglise et le Fort Saint Jean éclairés :

IMG_3027

IMG_3028

 

ci-dessous une vidéo de la Chartreuse pour terminer cette balade :

la chartreuse vue du drone

Je vous souhaite une douce nuit. Rendez-vous à demain pour la suite de notre visite.

 

 

14 septembre 2015

Prochainement : SALON DES EVENEMENTS à Château-Arnoux

11949494_1883326945226846_7416035335912699690_n - Copie

 

Vous y retrouverez plus d'une vingtaine d'exposants .... mais pas de coiffeuse ....

Pour vos coiffures de mariage ou autres fêtes de famille dans le Val de Durance,

une artiste en coiffures événementielles :

http://oasiscoiffure.canalblog.com/ 

 

 

 


STOP au loup ! Gros problème en France : pendant que l'on parle des Immigrants. nos Agriculteurs sont entrain de mourir de faim

Hautes-Alpes : CPNT soutient la ferme du désespoir

CPNT le Mouvement de la ruralité soutient fermement le monde agricole et notamment celui de l'élevage. Dans ce sens, il soutient l'initiative de  la mise en place devant la préfecture des Hautes-Alpes de leur "ferme du désespoir".

CPNT dénonce une situation scandaleuse pour une profession tellement utile pour la France et ses territoires ruraux. Il appelle les Français à soutenir massivement l'action des agriculteurs et à comprendre leur désarroi. Il est grand temps d'ouvrir les yeux des Français sur les conditions de vie déplorables de très nombreuses familles d’agriculteurs.

Il faut conduire le gouvernement et l'Europe à changer de politique pour redonner un avenir à toute une profession. CPNT demande une mise à plat de la chaine des prix des produits agricoles afin de permettre aux agriculteurs de vivre directement et dignement de leurs propres productions grâce à a des prix décents.

Il faut décider un allègement des charges et des normes ainsi qu'une égalité dans les contraintes et conditions sur l’ensemble du marché européen. Il faut défendre nos producteurs aussi avec une règlementation stricte sur les importations.  Enfin, une politique nationale plus forte de régulation des grands prédateurs, notamment le loup, est pressante.

Toutes ces orientations politiques urgentes doivent offrir enfin une concurrence loyale pour les agriculteurs français et leur donner des conditions de travail et vie plus dignes pour eux et leurs familles.

 

Posté par Une jarlandine à 11:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
09 septembre 2015

Journées Européennes du Patrimoine à Château-Arnoux : Conférence.

 

CHATEAU-ARNOUX

        SAMEDI 19 SEPTEMBRE 2015

A l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine

L’Association du Patrimoine organise, en étroite relation avec la Municipalité

   et avec le concours de la CCMD

à 15 h, salle d’honneur du  château :

CONFERENCES

           par deux Universitaires Archéologues Médiévistes

-         Daniel MOUTON : « Archéologie des châteaux précoces du Moyen Age en Provence » avec pour centre d’intérêt local : le Castrum Arnulphi de la colline St-Jean à CHATEAU-ARNOUX.

-         Mariacristina VARANO : « Archéologie de l’Habitat au Moyen Age ; la moyenne vallée de la  Durance dans le paysage archéologique provençal » avec pour centre d’intérêt local : les fouilles de la Cassine en 2013.

à 18 h, au Four « citoyen », construit en 1792, RueHaute :

   VISITE/DECOUVERTE

 faisant suite aux récents aménagements municipaux s’inscrivant dans le projet patrimonial  intitulé « de la Ferme à la Chapelle »

à 18h45, au Lavoir jouxtant le Four : pot de l’Amitié  offert  par l’Association du Patrimoine

                        

Je vous invite à la découverte d'une ribambelle de Pères Noël ....

L'été est terminé, petits et grands ont fait leur rentrée, Dimanche c'est l'ouverture de la chasse, ça sent l'automne..... et si dès à présent nous pensions à préparer les marchés de Noël. les ateliers viennent tout juste de reprendre, mais le compte à rebours a déjà commencé, nous arriverons très vite au temps de l'aVent.

Je vous fait découvrir mon travail de la semaine : des trio de pères Noël à suspendre ou à poser. Ces los de pères Noël très stylés en forme de cône décoreront facilement votre beau sapin, portes, cheminée, murs ou même table, avec un peu d'imagination. Laissez-vous prendre au jeu et faites-en une ribambelle.... (Création de Marianne Bender-Chevalley).

Ribanbelle de pères Noël

IMG_3006