17 avril 2009

"LES TARAÏETTES PROVENCALES"

... Pour les Marseillais, la tarraïette est une pièce de dînette en terre ou une petite cruche à eau dans laquelle ils soufflent pour imiter le chant du rossignol.

Le terme tarraïette, que l'on trouve également écrit terraëtte ou terraillete, est le diminutif du tarraïo qui désigne les pots en terre vernissés utilisés dans la cuisine ou dans les réserves.

Dans le Grand Trésor du Félibrige, F. MISTRAL donne la définition suivante de la tarraieto : petite poterie, petites pièces de vaisselle pour amuser les enfants.

Les tarraïettes, vaiselle de terre miniature, sont en vente à Marseille au mois de juin à l'occasion de la foire de la Saint Jean. Celle-ci est communément appelée la foire aux tarraïettes et aux aulx.

Les tarraïettes sont produites principalement à Aubagne et à Vallauris. Ces deux centres provençaux ayant maintenu une production de poteries culinaires ...

La tarraïette, jouet en terre cuite, est la miniature de la vaisselle utilisée par les ménagères. Les dînettes en terre représentent un jouet assez courant dans le monde. Cependant, à l'image des équipements culinaires qui sont spécifiques à des cultures régionales ou éthniques, les dînettes reproduisent les formes et les matériaux propres à un groupe humain.

Quels sont les caractères de la culture provençale que l'on peut retrouver à travers cette production de tarraîettes ?

- Le matériau : l'Argile de Provence.

... Les tarraîettes du début du XXe siècle sont produites un peu partout par des artisans et, en particulier, dans les deux villes qui ont des usines de terre cuite, Aubagne et Vallauris, dont les fabricants de tarraîettes utilisent aujourd'hui encore les terres.

- La technique de décoration : la glaçure arabe.

Tournés, moulés ou pressés, les pots en terre provençale ne sont pas utilisables pour la cuisine s'ils ne perçoivent pas une glaçure. Les potiers utilisaient un produit dérivé du  plomb, l'alquifoux, qui provenait depuis longtemps du Maroc Espagnol. Depuis que le plomb et ses dérivés sont considérés comme dangereux pour la consommation, on utilise des émaux non-plombeux ou glaçures produits par une usine de Golfe Juan.

La terre à la cuisson prend une belle couleur rouge ou ocre.

- Les formes :

Héritées du moyen-âge, adaptées à une alimentation "rustique" elles répondent à des fonctions de conservation, de cuisson ou de consommation . Plats des adultes et tarraîettes s'inscrivent dans un groupe de formes, spécifiques, dont nous ne connaissons pas les origines, mais qui s'est transmis dans un savoir propre à la Provence : "Le gaubi".

- La vente :

Les tarraîettes sont rarement vendues en magasin : en Provence, elles s'écoulent sur les marchés, les foires et les fêtes patronales. Elles sont vendues à Marseille à la foire de la St Jean.

- Les jeux :

... Pour préparer sa soupe, la fillette, parfois avec son jeune frère, écrase l'ail ou son équivalent dans le mortier : elle pose le poisson dans la marmite haute ou dans le poêlon à bouillabaisse et le fait cuire dans le bouillon. Les jeux de cuisine sont universels, mais l'imitation des enfants colle à une réalité culturelle qui permet de distinguer les gestes de la Provençale de ceux de la Bretonne.

Jouets d'Argile : "Les Tarraîettes provençales"

Chantal LOMBARD - Editeur : P. TACUSSEL

Num_riser0003

Posté par Une jarlandine à 12:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

"SPORTS ET JEUX EN PROVENCE"

Suite à "Prouvenço, terre dis Art" de 2005, et suite aux Jeux Olympiques d'Hiver à Turin, l'Union Provençale avait retenu pour thème en 2006 : "Sports et jeux en Provence". Pour alimenter cette exposition j'avais fait cette année là un long travail de recherche sur l'historique des jeux et du jouet. Je vous en fait profiter :

... Vieux comme l'humanité, le jouet a toujours fasciné petits et grands. Indispensable à l'enfant, né de l'imagination de l'homme, le jouet connaît une pérennité que ni les grands bouleversements, ni les découvertes de nouvelles matières n'ont pu modifier.

Si les jeux apportent des réminiscences historiques ou renferment des allusions symboliques, le jouet est plus représentatif de l'actualité politique, économique, sociale, artistique ; des historiens, des ethnologues, des sociologues, des philosophes, des poètes et des collectionneurs se penchent continuellement sur son cas.

Reflet de nos instincts, de nos moeurs, de nos religions, de nos races, le jouet peut être belliqueux, pacifique, satirique, réaliste et qu'il soit de luxe ou bon marché, le jouet ne procure pas seulement des distractions, il donne à l'enfant un support, à son imagination et en le divertissant il l'instruit.

De tous les temps, on a pensé éduquer les enfants avec des jouets.

Les petits fourneaux en fonte avec leurs casseroles en cuivre étaient conçus pour initier les fillettes à des rudiments de cuisine. Les soldats de plomb étaient destinés à développer le sentiment patriotique et à faire connaître l'Histoire de France. Les poupées avec leurs meubles servaient à apprendre la couture et le rangement.

Les modèles réduits d'instruments de musique évitaient aux jeunes prodiges de saccager des instruments précieux.

Tous ces jouets employés à des fins didactiques étaient conformes à la réalité miniaturisée.

Du hochet au fusil, du tambour à la lanterne magique, de la voiture automobile à l'aéroplane, tous ces objets sont les témoins fidèles d'un passé toujours recommencé.

Le jouet ancien est en vogue et suscite des curiosités diverses : qu'il soit né d'un morceau de fer blanc ou d'une fine porcelaine, qu'il soit d'argile ou de terre cuite.

CLASSIFICATION DES JOUETS :

  • La représentation humaine : les poupées, les automates, les marionnettes, les soldats.

  • Les animaux.

  • Les moyens de locomotion : les voitures, les chemins de fer, les bateaux, les avions ...

  • Les Inventions à échelle réduite : les armes, les phonogrqaphes, les machines à vapeur, les lanternes magiques, les instruments de musique ...

  1. Pour toucher et entendre : le hochet, premier jeux offet à l'enfant.

  2. L'objet des premières tendresses : l'animal en peluche. L'ours à la préférence.

  3. Un compagnon de course : le cerceau.

  4. Pour apprendre à se déplacer en cadence : les rondes et jeux  dansés :                                             "Nous n'irons plus au bois, les lauriers sont coupés, la belle que voilà, viedra les ramasser ..."  Une des inombrables rondes que les enfants se transmettent de siècle en siècle.

  5. Un jeu sportif à la longue histoire : les quilles.

  6. La magie de l'équilibre : la toupie.

  7. Un jeu d'origine religieuse : les osselets.

  8. Des jeux aves les éléments naturels au gré du vent : Moulins et cerfs-volants.

  9. S'enrichir pour pas cher : des noix romaines aux billes. le jeu de billes est aussi vieux que l'humanité. les Grecs y jouaient il y a plus de 2000 ans avec des osselets, des châtaignes et des glands, des olives. Les Romains utilisaint des noisettes et des noix. Les noix étaient devenues le symbole de l'enfance à tel point que sortir de l'enfance se disait : "Quitter les noix".

  10. L'habileté à sauter : la corde à sauter - Saute-mouton - la marelle.

  11. Jeux pour adultes et enfants mêlés : les jeux de société. De toujours et partout, le jeu de l'oie, les damiers.

  12. Des jeux de règle : cache-cache. Seul et contre tous : le cheval fondu - aux quatre coins - chat perché - la chandelle - Colin Maillard.

  13. Pour être en haut perché : les échasses.

  14. Pour apprendre à vaincre le vertige : la balançoire.

  15. Des jeux proches des quilles : les Boules et palets - Le Hochey

Une fois cette recherche faite et mise sur papier, je savais les jouets clés qu'il fallait trouver. Il fallait partir à la pêche aux jouets : Une personne nous a confiée, le temps de l'exposition, une poupée de 1830 qu'elle tenait de ses parents et de ses grands parents. En fin de compte, nous avons été trés satisfaits car nous avons réussi à exposer un échantillon de presque tous les jouets énumérés ci-dessus. (Voir dans Galerie photos)

LE JEU DE BILLES :

Suetone, le plus ancien écrivain qui ait fait mention du jeu de billes, raconte dans sa "Vie des douze Cesars" que ce jeu faisait partie des distractions préférées de l'empereur Auguste. A défaut de noix, on se servait également, à la même époque, de petits galets ronds ramassés au bord de la mer.

Au début du siècle, noix et galets sont remplacés par des billes en verre, en grès, en albâtre, en marbre, en agate et en ivoire. C'est en Hollande que sont fabriquées les meilleures billes avec des frgements d'albâtre, de marbre et de pierre grise, au moyen d'une sorte de moulin de fer dans lequel elles s'arrondissent et d'où elles sont projetées à travers des trous d'un diamètre différent. Des cargaisons de ces billes sont ensuite expédiées dans toutes les villes d'Europe.

Le jeu de bille est trés en vogue au début du siècle dans les écoles et les collèges. On y joue surtout pendant les fortes chaleurs de l'été. Il existe un grand nombre de jeux de billes. Les principaux sont les "cent-dix", la "bille au pot" ou la "trime", la "poursuite" ou "promenade", la "bloquette", "la tapette", le "triangle", le "cercle", la"rangette", les "villes", le "serpent", les "neuf trous", le "casse-bille" et la "bille au dé".

Pour la bille au dé, on pose un dé à jouer sur un socle. Le joueur qui touche le dé gagne à son adversaire un nombre de billes égal au nombre de points marqués sur la face du dé qui a été visée. S'il manque son coup, il perd un nombre de billes égal à celui qu'il aurait gagné.

(Ces renseignements ont été relevés en partie dans le livre  :

"Les jouets anciens" de Robet CAPIA)

Posté par Une jarlandine à 10:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
15 avril 2009

"L'ART DE LA BRODERIE "

"Le linge brodé acquiert une certaine richesse et de l'originalité. Un service de table ou une parure de lit, même s'ils ne sont que chiffrés, offrent une note personnelle incontestable. Un fait est certain, que la broderie soit  blanche ou de couleur, elle sera toujours appréciée. Cet art, après avoir connu un certain ralentissement a, de nos jours, pris un nouvel essor.

... la presse et les revues féminines ont revalorisé ce travail autorisant à se demander à quelles secrétes aspirations de la femme correspond cette tâche qui demande autant de patience dans l'exécution, sans doute dans le besoin d'inventer et de réaliser soi-même ; par ailleurs en travaillant avec l'aiguille, les femmes nerveuses se calment, les bavardes peuvent s'en donner à coeur joie, les fantaisistes improviser tout à loisir et les agitées se détendre. Mêmes celles qui font traîner leurs travaux pendant des mois et des mois voient dans leur ouvrage une sorte de moyen de récupérer leur équilibre ..."

(Cette présentation n'est pas de moi, je l'avais recopiée dans un ouvrage lors d'une expo, mais j'ai omis de relever le nom de la brochure).

Dans la descripton de mon profil, je vous indique que la broderie est une de mes passions, en effet, je dirais que j'y suis née dedans, car j'ai toujours vu ma grand-mère avec une aiguille ou un crochet à la main. De plus, adolescente, j'ai été en pension dans une école privée. Nous avions un cours de couture où toutes les filles apprenaient les points de base, et depuis j'ai réalisé de nombreux ouvrages.

Afin de répondre à l'envie de Mauricette, de voir mes broderies, j'ai réalisé un album de photo, uniquement les napperons pour aujourd'hui, car j'ai fait également pas mal de lettrage (initiales sur drap -oreiller, serviette de bain ....). Je ferai un autre album.

Je vous invite à aller voir le Blog de Mauricette qui fait elle aussi des merveilles :

http://auxfilsdutemps.over-blog.com

Merci au passage, Mauricette,  pour votre gentil commentaire.

Posté par Une jarlandine à 19:48 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

Le Costume provençal féminin

Bonsoir à tous,

Ce soir, mercredi, il pleut, je vais donc prendre un peu de temps pour adresser quelques lignes à l'intention des visiteurs et visiteuses de mon blog.

Description succinte du costume provençal féminin :

  • La coiffe, signe extérieur très disticntif qui, selon sa forme, prendra le nom de couqueto, à canon, à courduro, à gauto, à l'ensalado, plate.

  • La chemise en toile plus ou moins fine, au décolleté en carré ou ovale resséré par une coulisse dépassant le corsage.

  • Le corset à fort piqué, au dos trés ajusté, maintenant fermement le buste. (Voir explication trés bien faite sur le Blog de Garibondy)

  • Le jupon de dessous ou de travail en tissu très résistant. Nos artisanes mettaient jusqu'à trois jupons. Pour répondre à la question qui m'est posée dans le commentaire ci-dessous, les trois jupons portaient les noms suivants : La modeste, la friponne, la secrète.

  • Le cotillon piqué très caractéristique, faisant obligatoirement partie du trousseau d'une bastidane ou d'une artisane aisée.

  • Le corsage ou caraco très ajusté et très cambré dans le dos, présentant un large décolleté qui permet de voir le corset et la chemise.

  • La robe en deux parties, corsage et jupe qui apparaît d'un seul tenant au XIXe siècle, en tissus d'indienne.

  • Le tablier accompagnant toujours le costume.

  • Le fichu porté sur les épaules de amnière très précise, en cotonnade imprimée pour la paysanne, en mousseline ou tulle finement bordé pour les plus riches.

  • Les souliers très légers pour la bastidane, en cuir et fortement cloutés pour la paysanne.

  • Capes, châles, mitaines, chapeau de feutre ou de paille sont les éléments indispensables, sans oublier les bijoux et autrs accessoires.

Je vous invite à regarder une partie de mes costumes dans l'album photo à gauche, et à consulter le lien dans la colonne de droite.

Posté par Une jarlandine à 19:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
13 avril 2009

Lundi de Pâques - Bienvenue dans mon jardin en Provence

Aujour'hui il a fait un temps splendide, on se sent revivre, rien de tel que notre soleil du midi pour vous redonner du tonus. En fin de matinée, première tonte du jardin. Mon lilas est en fleur, les jonquilles sont fanées, mais les tulipes ont pris le relais. Les rosiers reprennent de la vigueur. Je vous en fais faire le tour. Aprés-midi, on va prendre l'air. Tour du lac à pied, Château-Arnoux - Volonne - L'Escale. 10 kilomètres de sentier balisé. La fréquentation de ce sentier est à la fois sportive et familiale. Il sécurisé sur toute sa longueur? "Vivez le bonheur à l'état nature !" Je vous invite à venir le découvrir. Ce n'est pas mal pour se mettre en jambes, mais je suis vannée ! (Visite de mon jardin dans la colonne de gauche).

Posté par Une jarlandine à 19:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

L'EGLISE DE JESUS OUVRIER A SAINT-AUBAN

  • Le 31 mai 1938, la direction de l'usine décide la construction d'une église à Saint-Auban. La guerre approche ... hélas ! Le projet de l'architecte, Monsieur Benezech, est retenu.

  • Le 13 octobre 1938, l'emplacement de la future église a été tracé sur le sol. Saint-Auban est en fête ...

  • En décembre 1938, les projets de M. Lapoujade (le bandeau et la peinture du choeur) sont acceptés. L'accord de Monsieur le Curé Corriol est resté dans les mémoires : "Saint-Auban est une Cité Ouvrière. Dans son enceinte, pas de bourgeois, pas de retraités ; uniquement des travailleurs. Que l'église soit donc dédiée à "Jésus Ouvrier" ... Le rêve serait d'y voir la Sainte Famille au travail. Magnifique leçon de choses donnée par la peinture, qui vaudra mieux qu'un long sermon !"

  • Le 24 août 1939, l'église est inaugurée à la hâte, sans grande cérémonie, à cause de l'imminence de la guerre.

Les peintures badigeonnées puis récréees ...

Il y a environ quarante ans, la peinture du choeur représentant la Sainte Famille et le bandeau représentant les instruments employés à l'usine ou pour la construction de l'église, n'étant pas traités pour résister à l'usure des temps, on les badigeonna ... Les Saint-Aubannais gardaient la nostalgie de ces peintures.

En 2006, le Père Maurice Gottlieb, curé de Château-Arnoux/Saint-Auban, voulant rendre hommage à la population ouvrière de ce pays et satisfaire le légitime désir des paroissiens qui souhaitaient revoir ces peintures, s'en ouvrit au Maire de l'époque, Monsieur José Escanez en qui il trouva un écho favorable. La décision a été prise par le Conseil Muncipal de financer ces peintures. Un concours a été ouvert et un projet a été retenu et réalisé en 2008.

Le 19 octobre 2008, en présence des maires du secteur paroissial, ces peintures ont été inaugurées par l'Evêque de Digne, Monseigneur François-Xavier Loizeau.

Cette église étant trés chère à mon coeur, je vous invite à la découvrir dans l'album ci-contre.

Posté par Une jarlandine à 11:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 avril 2009

Mon engagement pour la cause patrimoniale.

Depuis 2006, dès sa création, j'ai adhéré à la toute nouvelle association du Patrimoine de Château-Arnoux/Saint-Auban. Je suis membre du bureau et occupe le poste de secrétaire adjointe. Forte de trois années d'existence, cette association rassemble des personnes attachées au terroir et qui ont envie de servir la cause patrimoniale. Ayant démarré avec une quinzaine de pionniers, elle compte aujourd'hui plus de cent personnes.

Pour pouvoir informer régulièrement les adhérents des nombreuses actions entreprises, la publication d'un bulletin de liaison me paraissait nécessaire. J'ai soumis l'idée au CA qui l'a tout de suite approuvée et grâce à une étroite collabotation avec le Président de l'association, un premier numéro de quatre pages, haut en couleur, a été réalisé et distribué en septembre dernier. Il a été trés apprécié. Sa parution est semestrielle, une au printemps et une à l'automne. Le deuxième numéro est actuellement à la distribution. Je vous en fais profiter.

Posté par Une jarlandine à 17:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
09 avril 2009

Mon initiation à la culture provençale

Enfant déjà, lors de la fête de l'école, j'étais heureuse de m'habiller en provençale pour chanter les "marchés de Provence". C'était en Juillet 1958 : Le marché de Babenville à l'école Paul-Lapie de Saint-Auban.

 

 

 

C'est tout naturellement, qu'en 1997, avec mon mari, lui aussi provençal de naissance et de coeur, nous avons adhéré au groupe folklorique des "Dansaire de Sant-Dounat", association qui a vu le jour en 1996, oeuvrant pour le maintien de la culture et des traditions provençales.

Depuis ce jour là, j'ai été membre du bureau et du CA de cette association dont j'ai assuré le poste de secrétaire pendant une dizaine d'années. En plus de la danse, que nous répétions tous les vendredis, j'ai suivi les séances de langue provençale tous les 15 jours, le lundi, et j'ai été co-responsable du costume. J'ai participé, chaque année au mois de mars, à la manifestation organisée par "L'Unioun prouvençalo", justement pour sensibiliser la conscience identitaire des provençaux. Je me suis investie dans de nombreuses expositions temporaires d'une semaine : "7 jour per pouvenço" suivant le thème imposé. Aujourd'hui, cette manifestation s'intitule "Lou Printèms prouvençau". (voir diaporama dans album photo)

PLANNING des prochaines sorties/projets 2010

En 2004, j'ai passé et obtenu mon premier niveau à la Fédération Folklorique Méditéranéenne. Ma marraine, une personne trés engagée dans le Folklore local, est une personne exigeante, qui a de la rigueur et une grande connaissance de nos traditions.

Depuis, ce jour, j'ai rédigé plusieurs dossiers pour la "Revue Folklore de France" : (que l'on peut retrouver sur Internet)

- N° 283 en 2005 : "Une marche des Rois aujourd'hui"

- N° 285 en 2005 : "Prouvenço, Terro dis Art" : L'art du conte - l'art visuel - la broderie ancienne et moderne - la dentelle - L'art de la Coiffure - l'art de savoir faire la dentelle avec des planchettes et du contreplaqué...

- N° 288 en 2006 : "Sports et Jeux en Provence" Historique des jeux et du jouet "vieux comme l'humanité" - classification des jouts (une poupée de 1830) - les boules - la Fanny - les tarraïettes provençales - le jeu de billes (Suétone)

- N° 290 en 2006 : "Roumavage à Sant Dounat" Patroun de Mountfort - Donat d'hier et d'aujourd'hui : une solide humilité.

- N° 292 en 2007 : "Quouro li rode parlon prouvençau: Lou Lavadou - La bugado".

- N° 296 en 2008 : "Cuisinons les produits de Provence"

et en "lengo nostro" dans "Li Nouvello di Prouvenço" : une présentation de l'association :

- N° 143 du 25 février 2008

Après douze années de présence très active, une page est tournée : depuis la dernière A.G. de février 2009 pour x raisons, j'ai donné ma démission du secrétariat et nous avons également démissioné du CA.

Ci-dessous, une photo du groupe qui animait, sur demande, les fêtes de village, les repas de famille : mariages ou anniversaires, clubs du troisième âge, les feux de la St jean, fêtes des vieux métiers, de l'olivier ...C'est une des dernières photos du groupe sur laquelle j'apparais.

groupe 

Petite mise à jour : Suite à l'A.G. de 2011 : grands changements dans ce groupe. Nouveau Président, nouvelle secrétaire et nouvelle activité : dessin - peinture ....!!

Aujourd'hui, je suis des séances de provençal auprès de l'Association "Gavoutino" de Château-Arnoux, et continue à oeuvrer pour la maintenance mais de  façon beaucoup plus ouverte et plus large.

Félibresse c'est tout naturellement que j'adhére à la création du "Comitat dei Felibre bas aupen" en 2010 : Première A.G. le 5 mars 2011. j'en suis la secrétaire adjointe.

Janvier 2011 :  à l'invitation de la Cabiscole, Janino MOLLET, Présidente de "l'Escolo félibrenco OSCO MANOSCO", et de ses membres, avec mon mari nous prenons l'adhésion au sein de ce groupe et reprenons les répétitions de danses provençales.

 

 

Num_riser0005Num_riser0004Juillet 1958

Posté par Une jarlandine à 16:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

Bonjour à tous les amoureux de notre beau Pays !

Bienvenue sur mon blog à toutes les personnes

qui oeuvrent pour le maintien de notre culture et de nos traditions provençales.

 

Je suis née à CHATEAU-ARNOUX/SAINT-AUBAN, sur les bords de la Durance, je suis Jarlandine/Saint-Aubanaise et Gavote.

Mon pays, c'est ici, en Haute-Provence.

J'aime ses couleurs, sa lumière, son ciel bleu, son soleil, ses oliviers, sa lavande et toutes ses essences... le thym, la sauge, le romarin, toutes ces plantes qui sont à l'origine de subtiles fragances.

Le chant des cigales, le son des galoubets et tambourins qui rythment nos danses.

Toute cette chaude ambiance, ne se trouve que sur les terres de Haute-Provence.

Je suis née en 1953, fille d'ouvrier, petite-fille de paysans du Pays Gavot :  UPAIX, du côté maternel et CHATEAUVIEUX du côté paternel et de ce fait suis trés attachée à notre terroir.

Mais une ombre au tableau : ne ressentez-vous pas une grande tristesse quand on sait que nos petits enfants ne sauront plus ce que sont "les sonnailles de la transhumance", ni "les tardons" ... ; qui gambadaint allègrement aux côtés des brebis et des béliers.

Sachons être les "cadets" ... !!! et les "mainteneurs" !

Le 23 mai 1886, Frédéric Mistral était à GAP, pour présider la Santo Estello, le congrés annuel du Félibrige. Dans son discours, il évoquait déjà l'éxode rurale, "la despoupulacioun di campagno", et en tire argument pour faire valoir l'attachement au pays et à la langue.

Pour l'ouverture de mon blog, je citerai deux phrases :

"Ah ! se sabien lou mau que se fai à la patrio, que se fai à la raço, en derrabant au pople, à l'ome de la terro, lou liame que l'estaco à sa vièio famiho, à si boni coustumo, au païs ounte es na !"

"Ah ! si on savait le mal que l'on fait à la patrie, que l'ont fait à la race, en arrachant au peuble, à l'homme de la terre, le lien qui l'attache à sa vieille famille, à ses bonnes coutumes, au pays où il est né !"

"Pour savoir où l'on va, il faut savoir d'où l'on vient !"

 

 

Posté par Une jarlandine à 11:18 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
12 mars 2009

Une petite fille de paysans ....

ScannedImage-9

ScannedImage-8

ScannedImage-4

Posté par Une jarlandine à 07:40 - Commentaires [1] - Permalien [#]