Toutes nos rencontres dans le département
04 février 2012

LA COUPO SANTO

« La COUPO SANTO »

Hymne, mythe et symbole de la  Provence.

Par Miquèu BENEDETTO

Majoral du Félibrige

 (Miquèu, est un "livre vivant" capable de tenir son public pendant plus de 2 h 1/2. il nous l'a montré hier au soir. J'y ai pris quelques notes que je partage avec vous.)

 2134107235_1[1]

LA COUPO SANTO

Un mythe qui porte sur le Sacré.

Pour cela nous sommes remontés à la naissance de Frédéric MISTRAL, le 8 septembre 1830, à Maillane, dans les Bouches du Rhône. En 1839, Frédéric MISTRAL va à l'école primaire dans une école Catholique - Abbaye St Michel de Frigolet. 1841, il rentre au Collège d'Avignon. Il se pationne pour les langues mortes, la poésie. A cette époque il cotoie des personnes qui vont avoir une influence sur son avenir.

Le Professeur Charlaire : Républicain

M. Monnier, le Pénitent rouge

Le surveillant : Joseph ROMANILLE,le blanc. qui va devenir le compère inséparable de Mistral. Frédéric Mistral va évoluer avec toutes ces sensibilités religieuses et politiques qui se croisent. 1848, il rentre à la Faculté de Droit pour être Avocat.

Mistral a participé au mouvement des idées de son temps. Il était un partisan convaincu du Fédéralisme.

Miquèu nous a fait survoler sa vie d'alors :

- La Mejeanne

- Le dictionnaire d'Honnorat de la Foux d'Allos.

- Le café républicain de Brissac,

- Les Chambrettes : Frédéric Mistral rentre dans une de ces chambrettes : "La Marianne". (Mais ce n'est pas un Battant, il va très vite démissionner).

- Les Meneurs de l'Insurrection de 1851 du Var. 

Une petite incursion sur le personnage d'Antoine Fabre d'Olivet - 1767/1825 : Précurseur du Félibrige, qui est un Troubadour, (Poésie occitane 1803)

- Les vers dorés de Pythagore (1813)

- La langue hébraique restituée (1816)

Fondateur d'une secte à structure maçonnique où il y a rituel faisant appel au magnétisme.

Pour revenir à Frédéric Mistral, en 1852, il est avocat et fonde le Félibrige en 1854 au Château de Fontsegugne. Nous découvrons les 7 Primadié : Mistral, Roumanille, Brunet, Tavan, Aubanel, Giéra et Mathieu.

La mission du Félibrige : sauver le Provençal, à travers :

La Littérature, la poésie, l'almanach, le Journalisme, les chansons et le Théâtre.

C'est à ce moment là, qu'il publie "Mireio" (en 27 Traductions), avec la complicité d'Alphonse LAMARTINE qui lui présente Adolphe DUMAS  en 1858,

Dans le quarantième Entretiens : "Un nouvel Homère est né en Provence".

Le l8 septembre 1859, Mistral écrit à LAMARTINE :

"Je te consacre Mireille : c'est mon coeur et mon âme ; c'est la fleur de mes années ; c'est un raison de Crau qu'avec toutes ses feuilles t'offre un paysan".

Victor BALAGUER e li Catalan

 Lous despatriamen de 1866.

Les origines de la Coupo : 30 de juliet 1867

Victor BALAGUER est un poête. Il donne une philosophie particulière, mystique. Il connaît l'Histoire et c'est un orateur.

En 1867 en Catalogne un puissant mouvement fédéraliste se dresse contre l'Etat espagnol, il est conduit par Victor Balaguer, Jacinto Verdaguer, Milos y Fontals. Pendant quelques temps ces derniers sont déclarés indésirables en Espagne et la reine Isabelle II les exile.

C'est ainsi qu'en 1866, les catalans vont être exilés et Victor BALAGUER vient rencontrer Frédéric MISTRAL par l'intermédiaire de Jean BRUNET, fondateur du Félibrige aux côtés de Mistral, qui, lié à certains des exilés catalans, leur offre l'hospitalité des félibres provençaux. Les catalans passent quelques mois en terre provençale ......

C'est à ce moment là que Frédéric MISTRAL écrit "La Countesso"(1866).  La Countesso, c'est la Provence. (assez troublant). Il sort une deuxième oeuvre (plan pOlitique) :"Calendau"

Les catalans viennent d'apprendre qu'ils peuvent rentrer chez eux.

 

En remerciement de l'accueil fait à Avignon au poète  catalan Don Victor BALAGUER, expatrié pour cause politique et aussi  en témoignage de la fraternité qui, de tous temps, a rapproché la Catalogne et la Provence, les patriotes catalans et les amis de Balaguer ont envoyé au Félibrige un cadeau de grand prix. C'est une coupe d'argent adorablement ciselée.

 

Elle provient d'une souscription de 1800 signatures ; et a été commandée à Paris chez l'orfèvre Jarry, ce sont les évènements d'Espagne qui n'ont pas permis  de la fabriquer à Barcelone.

 

Voici la description de la Coupo : c'est une conque de forme antique, supportée par un palmier. Debout contre le tronc du palmier deux charmantes figurines se regardent, elles représentent comme deux sœurs la Catalogne et la Provence. La Provence a le bras droit autour du cou de son amie, pour lui marquer son amitié ; la Catalogne met la main droite à son cœur et semble dire merci. 

 

C'est une coupe admirablement réussie, ciselée par le sculpteur Fulconis d'Avignon, qui  honnore doublement l'artiste, devons-nous  dire, car lorsque Fulconis, à qui le travail avait été  commandé (il habitait à Paris à l'époque), apprit  la destination patriotique de l'objet, refusa le paiement de sa main-d'œuvre, et généreusement donna son art divin à l'idée poétique  et  nationale.

 

Aux pieds des deux  figurines vêtues d'une toge latine  et le sein nu, se trouve un écusson aux armoiries qui la désignent.

  

Autour de la conque  et  au dehors, écrit sur une bande tréssée avec du laurier peut se lire l'inscription suivante:

  

" Souvenir offert par les patriotes catalans aux félibres provençaux pour l'hospitalité donnée au poète catalan Victor Balaguer. 1867 ".

  

Sur le piedestal sont finement gravées les inscriptions suivantes:

 

" Elle est morte, disent-ils,                         "Ah!  s'il  savaient  m' entendre!

  Mais je crois qu'elle est vivante "              Ah!  s'ils  voulaient  me  suivre! " 

   V.  Balaguer                                               F. Mistral

 

La Coupo Santo

 

Au mois d'août les catalans sont invités par les félibres provençaux ; un grand banquet se déroule à Font-Ségugne, C'est au cours de ce repas que les catalans, offrent une coupe en argent aux félibres. Mistral prévenu de ce cadeau compose "la Cansoun de la Coupo". Elle contient 7 couplets de 4 vers et un refrain de 5 vers.

Mistral croyait avoir composé cette Cansoun sur l'air de "Guihame, Tòni, Pèire" un noël de Saboly (noëlliste comtadin du XVIIème s.), des recherches ultérieures ont permis de savoir que le noël est d'un certain frère Sérapion (XVIIème s.) sans qu'on soit sûr que la musique soit de ce même frère.

La Cansoun de la Coupo, appelée couramment :"la Coupo Santo" est devenue l'hymne national des provençaux.

Lors du banquet de 1867, tous les participants avaient bu un peu de Chateauneuf du Pape dans la Coupo.

En temps normal la Coupo est conservée dans un coffre, traditionnellement elle "sort" au moins une fois l'an au moment de la Santo Estello (fête annuelle des félibres se déroulant pour Pentecôte dans une grande ville du pays d'Oc). A la fin du banquet de la Santo Estello, le Capoulié du Felibrige prononce un discours puis boit à la Coupo (du vin de Chateauneuf du Pape). Ensuite tous les félibres peuvent boire aussi à la Coupo.

La Cansoun de la Coupo se chante le plus souvent à la fin d'une manisfestation provençale. Habituellement on chante les couplets 1, 2 et 7, encore que certains aiment remplacer le couplet 2 par le troisième …. Le dernier couplet se chante un peu plus lentement et solennellement ;  pour chanter ce dernier couplet on se lève, encore que certains chantent la totalité de la Coupo Santo debout (c'est un hymne national …!), les hommes se découvrent. Au dernier couplet aussi, les hommes se découvrent.

 

LA COUPO   LA COUPE
Prouvençau, veici la coupo   Provençaux, voici la coupe
Que nous vèn di Catalan :   Qui nous vient des Catalans :
A-de-rèng beguen en troupo   Tour à tour buvons ensemble
Lou vin pur de noste plant !   Le vin pur de notre cru.
Coupo santo   Coupe sainte
E versanto,   Et débordante,
Vuejo à plen bord,   Verse à pleins bords,
Vuejo abord   Verse à flots 
Lis estrambord   Les enthousiasmes
E l’enavans di fort !   Et l’énergie des forts !
D’un vièi pople fièr e libre   D’un ancien peuple fier et libre
Sian bessai la finicioun ;   Nous sommes peut-être la fin ;
E, se toumbon li Felibre,   Et, si les Félibres tombent,

Toumbara nosto nacioun.

  Tombera notre nation.
D’uno raço que regreio   D’une race qui regerme
Sian bessai li proumié gréu ;   Peut-être sommes-nous les premiers jets ;
Sian bessai de la patrìo   De la patrie, peut-être, nous sommes

Li cepoun emai li priéu.

  Les piliers et les chefs.
Vuejo-nous lis esperanço   Verse-nous les espérances
E li raive dóu jouvènt,   Et les rêves de la jeunesse,
Dóu passat la remembranço   Le souvenir du passé

E la fe dins l’an que vèn.

  Et la foi dans l’an qui vient.
Vuejo-nous la couneissènço   Verse-nous la connaissance
Dóu Verai emai dóu Bèu,   Du Vrai comme du Beau
E lis àuti jouïssènço   Et les hautes jouissances
Que se trufon dóu toumbèu.   Qui se rient de la tombe.

Vuejo-nous la Pouësìo

  Verse-nous la poésie
Pèr canta tout ço que viéu,   Pour chanter tout ce qui vit,
Car es elo l’ambrousio   Car c’est elle l’ambroisie

Que tremudo l’ome en diéu.

 

  Qui transforme l’homme en Dieu.
Pèr la glòri dóu terraire   Pour la gloire du pays
Vautre enfin que sias counsènt,   Vous enfin nos complices,
Catalan, de liuen, o fraire,   Catalans, de loin, ô frères,
Coumunien tóutis ensèn !   Tous ensemble communions !

En 1877 les félibres provençaux invités en Catalogne ont offert à leur tour une Coupo aux catalans : La Coupo prouvençalo". Celle-ci a été cachée de 1939 (chute de la Catalogne) à 1974 (mort de Franco). Elle est conservée à la Generalitat de Catalogne à Barcelone.

 

La Prouvènço, terro sacrado. Miquèu nous rappelle également la venue du Saint Graal en Provence. C'est un passage fort intéressant, mais je ne peux tout vous raconter, et connaissez-vous la "coupo dou Rei Reiné", une coupe de cristal ?

Vraiment très intéressante cette conférence ! Ce n'est pas la première fois que j'écoute les explications de Miquèu, mais à chaque fois j'en apprends un peu plus. Il nous a non seulement conté l'histoire de la Coupo, mais il nous a également présenté l'objet et "la géométrie sacrée de la Coupo" respectée par Guillaume de Fulconis.

Pour terminer, notre Majoral, Miquèu Bénédetto nous a lu un Hommage de Louis Guillaume à Victor Ballaguer.

Merci Miquèu ! et Merci aux organisateurs pour cette soirée.

Pour plus de détails sur Louis Guillaume Fulconis, le créateur de la Coupo, son temps et ses amis, on peut se reporter au site : www.fulconis.com

 

Posté par Une jarlandine à 17:23 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

10 avril 2011

HOMMAGE A PAUL PONS, Capoulié ....

2134107235_1_1_Comme, je vous l'annonçais dans mon message du 29 mars dernier, hier, je me trouvais à Digne, aux côtés de plusieurs félibres venus d'autres départements, et bien sûr les membres du "Coumitat dei Felibre bas-aupen" dont le fais partie. Etaient présents également, le Président de l'Union Prouvençalo et Michel TOUVAT pour la Traversado. Personnellement, je me rappelle très bien la silhouette de Monsieur Paul PONS, pour l'avoir croisé de nombreuses fois. Je passais très souvent par la rue Mère de Dieu, où il habitait, quand j'étais pensionnaire au Sacré-Coeur. mais hier j'ai pu parfaire ma connaissance sur ce personnage qui a été trés actif toute sa vie durant. A l'époque, j'avais une quinzaine d'années, je ne savais pas ce qu'était un Capoulié du Félibrige et je ne connaissais pas la Traversado. Aujourd'hui, je sais ....

Ci-dessous article paru dans la presse de ce jour. Je peux souligner que Claudette Occelli-Sadaillan a été très émouvante . Elle n'a nulle autre paraille pour faire passer à travers un mico, sincérité et chaleur et elle s'exprime avec tant de naturel... Bien sûr elle était en costume.

ScannedImage_4

 ScannedImage_3

Num_riser0002

 

Paul PONS, qui fut Capoulié du Félibrige, professeur d'histoire et géographie ainsi que de langue et littérature provençale est né à Digne le 8 juilet 1910 dans une famille tenant une épicerie. il a fait ses études à Digne, à Aix et à Paris. Fervent Régionaliste mistralien il a fait de l'écoute et de l'observation de la population une grande qualité d'humaniste.

l'influence la plus forte de Paul PONS dans la vie familiale comme dans la vie sociale a probablement été la joie de vivre et l'écoute disponible sur un fonds courageux de pensée chrétienne : l'esprit de bonté plus important que les habitudes ou les rites sociaux. Il faut ajouter à cela une solide formation universitaire en lettres provençales, histoire, géographie et théologie. Ces quatre éléments convergeaient pour faire une synthèse de joie de vivre dans un pays et de bonté active avec cette qualité assez rare à notre époque, celle de l'écoute.

Adolescent, Paul PONS est élève au Lycée Gassendi. C'est l'époque où entre dans sa vie une méthode pédagogique très neuve et audacieuse : celle du général anglais Baden Powel, le Scoutisme. Il suit sa progression scoute par les diverses épreuves d'étapes dans cette patrouille des "Chamois" qui gagne presque tous les concours entre patrouilles et il juge que cela crée dans la troupe un certain déséqulibre.

Il accède à la branche aînée du Scoutisme qui s'appelle à cette époque "La Route" où le scout reçoit des responsabilités d'homme adulte en particulier dans le Service. Dans les stages de formation de chefs, il rencontre le Père Doncoeur, auteur de nombre de chants scouts et du film sur Jeanne d'Arc avec Ingrid Berman.

 Les principes de la confiance faite aux jeunes et de la liberté d'initiative comme ceux de l'optimisme et de l'humour le guideront toute sa vie, tant dans l'enseignement, dans l'animation culturelle et régionalistes que dans la vie de famille ...

En 1929 et 1930, il contribue à la création et la rédaction du mensuel "Lou Gavouot" en patois bas-alpin.

Je ne peux vous retracer toute sa vie, tellement elle a été riche, mais je terminerai par une page de livret du souvenir sur laquelle figure un de ses poèmes.

Num_riser0004

et j'ai relevé un extrait écclésiastique qui nous appelle à méditer :

 

L'apprentissage de la sagesse :

Mon fils ! dès ta jeunesse choisis l'instruction et jusqu'à tes cheveux blancs tu trouveras la sagesse.

Comme le laboureur et le semeur, cultive-la et compte sur ses fruits excellents.

Car tu peineras quelque temps à la cultiver, mais bientôt tu mangeras de ses produits.

 

Ecoute, mon fils, accueille mes pensées, ne rejette pas mon conseil :

Engage tes pieds dans ses entraves et ton cou dans son collier

Présente ton épaule à son fardeau, ne sois pas impatient de ses liens.

 

Mets-toi sur ta trace et cherche-la : elle se fera connaître ; si tu la tiens ne la lâche pas.

Car à la fin tu trouveras en elle le repos et pour toi elle se cchangera en joie.

Ses entraves te deviendront une puissante protection, ses colliers une parure précieuse

Son joug sera un ornement d'or, ses liens des rubans de pourpre;

 

Si tu le veux, mon fils, tu t'instruiras et ta docilité te vaudra l'intelligence.

Si tu aimes à écouter tu apprendras et si tu prêtes l'oreille tu seras sage.

Tiens-toi dans l'assemblée des vieillards et si tu vois un sage attache-toi à lui

Ecoute volontiers toute parole qui vient de Dioeu, que les proverbes subtils ne t'échappent pas.

Si tu vois un homme de sens, va vers lui dès le matin, et que tes pas usent le seuil de sa porte.

Médite sur les commandements du Seigneur, occupe-toi sans cesse de ses préceptes.

C'est lui qui fortifierera ton coeur et la sagesse que tu désires te sera accordée.

 

Posté par Une jarlandine à 13:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
29 mars 2011

Prochain RENDEZ-VOUS : Hommage à PAUL PONS ;;;

Avec le Printemps la Vie associative passe à la vitesse supérieure.

Emploi du temps très chargé en ce moment. Je vous invite à venir nous rejoindre Samedi 9 Avril après-midi. Pour ceux qui ne l'ont pas connu, vous découvrirez qui était Paul PONS. Nous terminerons la journée par une veillée provençale en chansons.

paul_PONS

Posté par Une jarlandine à 20:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
07 mars 2011

COULOQUI PAU PONS A DIGNO-LI-BAN

Dissate 9 d'abriéu 2011

Salo Perchot

Souto la Présidènci de :

Jaque MOUTTET, Capoulié dou Félibrige2134107235_1_1_

Serge Gloagen, Conse de Digno-li-Ban

14 ouro 1/2 acuiènço

15 ouro Couloqui Pau Pons

emé la participacioun de :

Yves Playoust, Président de la Société d'Etudes de Gap : Paul Pons et la Société d'Etudes.

Pierrette Bérenguier : Pau Pons atour de l'AIDLCM e dou Prouvençau à l'Escolo.

Michel Benedetto : La Traversado.

Guy Revest : La Cigalo de Doufinat

Jacques Mouttet, Capoulié dou Felibrige : Rôle e acioun d'un Capoulié.

Claudette Occelli-Sadaillan : Pau Pons l'ome, lou Felibre.

18 ouro 1/4 inaguracioun de la lauso

33 carriero de l'Ubac

seguido d'un vin d'ounour

21 ouro 1/2

Salo Perchot

Vihado cantadisso émé : ????

 

DIMENCHE 10 - 9 OURO 1/2

Vesito coumentado de la vilo

Rendès-vous davans l'Oufice dou tourisme.

 2134107235_1_1_

COULOQUI PAU PONS

DIGNO LI BAN

Lou dissate 9 d'abriéu 2011

En 2010, Pau Pons aurié agu cènt an.

Es pas toujour la buteto d'ourganisa 'no manifestacioun d'impourtanço dins un endré precis, à-n-un moumen douna ; lou tèms quicho, e faut pièi teni comte di dispounibleta dis un e dis autre. Enfin basto, es em-uno deseno de mes de retard que se retroubaren à Digno-li-Ban pèr festeja lou tregen Capoulié dou Felibrige (1989-1992)

Pau Pons nasquè lou 8 de Juliet 1910 à Digno d'uno maire gavoto e d'un paire catalano-maiourquin. Poudié que teta de bon la, enco de si grand, dins l'auto valèio de Blèuno ounte la lengo dou brès èro courrentamen parlado. Fara dis estùdi segoundàri à Digno avans de li countinua à :

- Aix, à Grenoble e meme à Paris. Poudèn apoudre que, en mai dis estùdi d'istori e geougrafio, Pau Pons daverè un Certificat de letro e literaturo prouvençalo.

Tout soun tèms professiounau lou passara à ensigna l'istori e la geourafio, e bèn segur lou prouvençau. Soun aviado lou pourtara dins lis escolo de Cano, de Manosco, d'Arle, de Valènço, de Briançoun, de la Flèche e enfin à coumta de 1948 en licèu Dominique Villard à Gap.

A la retirado quitara pas l'establimen, qu'èro just e jus la periodo ounte li lengo regiounalo, enjusqu'aqui toulerado, van intra pèr la grand porto de l'Educacioun naciounalo ; em'aco à la demando de si coulègo ensignaire perseguira soun oubre de "pastre de la lengo" en dounant la man pèr li cous de lengo regiounalo.

En mai de soun ativeta de proufessour, Pau Pons participè ativamen, tre soun arribado à Gap en 1948, à la bono marcho de la Soucieta d'Estùdi dis Autis-Aup de Gap.

Pastre de la lengo avèn di, Pau Pons oubrara touto sa vido pèr soun desveloupamen.

Venès escouta, veire et parteja tout ço que faguè d'aquel ome un vertadié disciple de Fréderi Mistral.

A la fin dou couloqui, lou proumié Conse de Digno-li-Ban e lou Capoulié dou Felibrige inaguraran uno lauso sus la paret de soun oustau de neissènço.

 

Posté par Une jarlandine à 19:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 mars 2011

ACAMP GENERAU 2011 DU COUMITAT DEI FELIBRE BAS AUPEN

Cars ami felibre,

En 2008, la Santo Estello de Grèus-li-Ban, fuguè uno tras que belle aventuro partejado pèr l'ensèn dei Felibre bas-aupen.

Aquèlo manifestacioun dounè l'oucasioun de travaia toutei coutrio, de miès se counèisse de se senti mai proche leis un deis autrei. Nous permeteguè de vèire que toutis ensèn èro poussible de faire mai e miès, d'èstre mai eficace dins nosto toco d'aparamen, de desvouloupamen, e de trasmessioun de nosto culturo, de nosto lengo. Nous pourgiguè peréu l'envejo de countinua sus aquèlo draio.

Ansin, à la séguido d'aquèlo Santo-Estello, un coumitat di Felibre bas-aupen fugè créa dins un biais infourmau dins un proumié tèms, pièi aro, bèn ouficiau.

Aquéu coumitat a déjà oubra à l'ourganisacioun dei noumbrouso manifestacioun dou cent-cinquentenàri de Mirèio, ansi qu'à d'autre animacioun dins tout lou despartamen (fèsto douo pan à Castèu-Arnous, espectacle de J-B. Plantevin à Peirui ...). A tambèn ourganisa de noumbrous acamp de travail à Castèu-Arnous e un rescountre amistadous à Carluc.

Es beileja pèr lou Majourau e Sendi de la Mantenènço, Miquèu Benedetto emé dins lou burèu, Reinié Martel, Daniéu Guillot, Jouelo Berg e Franço Bertrand.

Aquest an, sieis tenu lou promié acamp générau dou Coumitat, aièr, Dissate 5 de Mars à 15 ouro 30, à Castèu Arnous, grando salo de l'oustau communau.

Un peu plus d'explications en français pour les personnes qui ne comprennent pas le provençal.

Le Félibrige est l'Association la plus ancienne de France, rassemblant toutes celles et ceux qui se reconnaissent dans la pensée de Frédéric Mistral. Le Félibrige s'étend sur les sept régions du midi que nous appelons les maintenances.

Depuis plusieurs mois les félibres des Alpes de Haute-Provence et du Haut Var ont créé un Comité des Félibres du département que nous avons nommé "COUMITAT DEI FELIBRE BAS AUPEN". Nous avons choisi le siège de notre association à Château-Arnoux par ce que :

- d'une part, c'est le lieu géographique le plus adapté,

- d'aure part, parce que chaque fois que l'occasion s'est présentée nous avons reçu de cette commune l'accueil le plus chaleureux et le soutien le plus sincère.

Par ailleurs, dans nos statuts déposés depuis Février 1010, il apparaît l'Hôtel de Ville de Château-Arnoux  comme étant notre siège.

Comme il est de rigueur, nous avons, samedi dernier, 5 mars 2011, tenu notre première Assemblée Générale et nous avons été honorés par la présence de Monsieur le Maire et trois de ses adjoints, dont un fait également partie du Coumitat,comme vous pouvez le voir sur les photos ci-dessous.

Une petite précision, pour adhérer au Coumitat, il faut être à jour de sa cotisation au Félibrige. La cotisation est de 10 €/an et si vous êtres intéressé. Vous pouvez prendre contact avec un des membres du bureau ou pourquoi pas me laisser un commentaire sur ce blog.

 

AG_COUMITAT

Posté par Une jarlandine à 21:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

06 février 2011

'Cigalo d'argènt' pour Eliane MICHEL

C'était la fête hier, pour "Lou Coumitat dei Felibre Bas Aupen e touti lei manteneire" car une des leurs a reçu la Cigale d'Argent.  En effet Eliane MICHEL, Présidente de l'association "Parlaren Lis Aup" était à l'honneur, hier Samedi, dans le petit village d'Aubignosc. Le Capoulié n'ayant pu être présent comme prévu, c'est donc le Majoral, Miquèu BENEDETTO, qui, en présence de nombreuses personnalités,  a remis cette cigale à Eliane, reconnue "Mèstre d'Obro".

En 2007, Eliane avec tous les membres de son association avait présenté une très belle exposition sur le costume de Haute-Provence à la bibliothèque de Sisteron. Devant le succès et l'intérêt suscité par cette exposition, Eliane a publié un ouvrage sur le vêtement bas-alpin allant de la période 1830 à 1920. Je vous ai déjà présenté ce livre dans un message précédent, C'est pour ce travail de longue haleine, un travail de fourmi, sa persévérance et son engagement au sein de la maintenance qu'elle a été reconnue par ses pairs. OSCO Eliane ! Je lui renouvelle toutes mes félicitations.

Toujours est-il que nous avons passé un très agréable après-midi, plein d'émotions, orchestré de main de maître par notre amie, Noëlla, et tous les membres de l'association. Un grand Merci à toutes ces petites mains (et ce n'est pas péjoratif) qui ont fait que cette fête a été réussite.

 

Posté par Une jarlandine à 20:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
28 janvier 2011

Prochain Rassemblement Félibréen de GANAGOBIE

Compte tenu des nombreuses manifestations prévues le 5 juin :

Fête de l'Olivier à Forcalquier, Fête du peuple provençal à Lauris ...

et le 10, 11 et 12 juin Ste Estelle aux Saintes Maries de la mer....

Le rassemblement félibréen de Ganagobie

est repoussé au 19 juin 2011.

 

Nous espèrons vous y retrouver nombreux.

Le Rode Osco Manosco.

Posté par Une jarlandine à 13:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
04 novembre 2010

L'ESPELIDO ....

Chers visiteurs,

Entendez-vous ce chant de cigales qui vous accueille ?..... Bienvenue, chez moi, en Provence .

Pendant que vous écoutez cette musique, je vous offre ci-dessous, un très beau texte, écrit par un ami, Eimound PIERAZZI, di "Momond des collines",

Il nous a lu, très ému, ces quelques lignes, le jour où le Capoulié du Félibrige lui a remis sa cigale d'argent.

(voir mes articles du 1er mars et 27 Février 2010).

Je suis sûre que toutes les personnes comprenant la langue de Mistral (Félibres ou non) apprécieront ce poème.

 

L'ESPELIDO

 

Aquéu qu'agu la chabençon

De vèire espéli la cigalo58___Copie

A lou dre de va faire assaupre

En aquéli que va sabon pas.

Se pèr asard vosto regard

L'apercebe sus un'erbo seco

Acroucado desesperadamen

Dins soun courset que l'ensarro

Aquelo crisalido que la proutejo

Pèr l'ouro de si predatour

E de rai pèr trop brulant

D'aquéu soulèu que l'a fe neisse.

Es d'aqui qu'es sourtido

Après de long mès dins la nue

Crousènt sa longo galerié

Per espeli dins lou bèu estiéu

Après de gros esfort la veici libre

Sourtido de sa gango fino

Fréilo dins sa raubo verdo

Tout'umido et fragile.

Aro es touto brounzado

Coume une bagnado sus la plajo

A près de coulour, cambia d'aspet

Emé sa crecello poudra s'envoula

De bounur enebriado dins l'azur

D'un long vou dins lou ceu

Sus un gros pin centenàri

S'es pausado toute fiéro.

Aqui coumence sa litanio

Nautre li prouvençau l'amon

En d'autré beleu n'en desplese

Li coumprenon rèn, pecaire

Noun se pourdiré imagina sèns élo.

Lis estieu sènso sa ritournello

Sarien trop fadas lou pastis

Et l'aioli souto la tounello.

Osco pèr nostro pichoto musiciano

Entreinento tambourinaire.

Eimound PIERAZZI

Di momond des collines.

 

 

Posté par Une jarlandine à 20:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 octobre 2010

Histoire de la "Coupo Santo" .....

ScannedImage_10

 

Je suis sûre qu'au cours de cette conférence, Miquèu va vous apprendre quelque chose que vous ne saviez pas. Mon petit doigt me l'a dit. Dommage, je ne pourrais pas y assister car au même moment, j'ai un C.A. du Patrimoine. mais je compte sur certains d'entre vous, pour me faire le compte-rendu. A ben lèu !

Posté par Une jarlandine à 16:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

Conférence sur le Félibrige

ScannedImage_9

Posté par Une jarlandine à 16:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :