26 janvier 2013

Le Mariage autrefois en opposition au mariage d'aujourd'hui qui n'a plus aucune valeur .....

Aujourd'hui, Nadine vient de rédiger un excellent article sur les coutumes du mariage autrefois.

Je vous invite à en prendre connaissance en cliquant sur le lien ci-dessous :

http://www.passionprovence.org/archives/2013/01/12/26114950.html

Pour ne pas dire "de mon temps "......! Mais aujourd'hui, nous sommes en face d'une réalité : les couples se font et se défont à une vitesse grand V. Les jeunes n'ont que faire de l'avis de leurs parents, je dirais même qu'ils n'ont plus d'amour propre et n'ont plus conscience de l'importance, des obligations, des engagements et des enjeux d'un mariage. On se marie sur un coup de tête, et même par Internet..... Il faut le faire... 

Les conditions pour qu'un mariage soit réussi, ne sont plus là : plus de stabilité familliale ni financière, et l'amour dans tout ça ? On ne sait même plus ce que cela vent dire ....C'est devenu catastrophique.. et aujourd'hui on parle du "mariage pour tous".. 

 

A méditer,....que vont devenir tous ces jeunes qui n'ont plus de repère ????

 

Posté par Une jarlandine à 10:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

28 janvier 2012

LA ROBE DE MARIEE - SUITE

LE VËTEMENT EN HAUTE PROVENCE

 Dans son livre "Le vêtement en Haute-Provence, Eiliane MICHEL nous présente deux robes de mariée :

Celle-ci dessous, dans une très belle soie "gris tourterelle" 1870 (Mireille Amiel, Riez)

Quelques détails de cette robe :

- Boutons de velours noir, ruban de velours à l'encolure et aux manches.

- un grand pli plat part de l'épaule jusqu'à la taille

L'ampleur est retenue par des plis canons de chauqe côté de l'ouverture.

- La jupe ouverte devant et cousue à la ceinture et maintenue sur le côté par un crochet.

 

 

ROBE DE MARIEE GRIS TOURTERELLE EN SOIE 1870

 La robe de mariée ci-dessous est en soie violette à fins carreaux (1875)

Le corsage de ce modèle est sensiblement le même que celui ci-dessus. Les boutons sont recouverts dans le tissu de la robe (musée de la Vallée, Barcelonnette, fonds Pauline Hermelin). Une fine frange violette décorele bas de la manche et la couture d'enmanchure. Contrairement à la robe "gris tourterelle", le montage du dos de la jupe n'est fait que de plis plats. L'encolure des deux robes est bordée d'une fine dentelle.

Robe de mariée en soie violette à fins carreaux 1875

LE COSTUME DE LA MARIEE

jupon 2

Le mot mariage évoque robe  blanche et nuage de tulle. Cela est vrai depuis la fin du XVIIIème siècle pour Paris et certaines villes, mais cette coutume ne se généralise que vers la fin du second Empire - 1860-

Comment s'habillent les jeunes provençales le jour de leur mariage ??

Avec la démocratisation des tissus de soie, la robe dans le peuple devient plus courante, mais reste de couleur. Il semble que la couleur rouge, et plus encore la couleur verte, furent choisies de préférence à toute autre. mais on trouve des robes de mariées, puce, gorge de pigeon, voir noire.

Les jupes piquées et "caraco" sont en belles étoffes, taffetas lourds à larges rayures ou unis, en indienne "piso" à riches rinceaux.

Le tablier est très étroit, mais sans dentelle, ni broderie.

la mariée porte la coiffe de pays ornée de très belles dentelles (une mesure de dentelle pour une coiffe est offerte à la mariée en cadeau de mariage.)

Le plus beau fichu en  mousseline brodée.

Son châle est aussi des plus riches.

Dans le même ordre d'idée, la mariée met ce jour-là de beaux dessous. Il arrive fréquemment qu'elle ait confectionné ou qu'on lui ait offert un jupon blanc piqué d'arabesques appelé "boutis". Ce jupon n'est jamais une jupe de dessus et il serait du plus mauvais goût que celles qui en possèdent un se croient autorisée à le porter comme tel.

Costume_de_mari_e_proven_al

Le vrai signe de la tenue de mariée est "le clavié d'argènt" (clavier d'argent, crochet suspendu à la ceinture et supportant les clés de la maison dont elle prend la direction), symbole de la maîtrise de son nouveau foyer.

 

 
 
 
 
Robe de mariée
 
 
 
 
 
Voir mes articles précédents dans la catégorie Fiançaïlles et Mariage en Provence.
 
 

21 août 2011

MARIAGE DANS LES ALPES DE HAUTE-PROVENCE

Bonjour à vous,

Très difficile en ce moment d'arriver à rédiger tous les messages que je voudrais publier sur mon blog, car entre la canicule et mon emploi du temps je n'ai pas une minute à moi. Hier après-midi, j'étais de mariage, mariage d'un petit cousin. La mariée était ravissante ainsi que son époux. Le mariage civil et religieux a eu lieu dans le petit village de Cruis, au pied de la montagne de Lure et le reste de la fête s'est ensuite déroulé sur la commune de Château-Arnoux, où vont résider les jeunes novis. Je partage avec vous ces quelques photos de ce moment très agréable. L'Eglise de Cruis est très belle. Elle vient d'être restaurée et brille des ses milles lumières. Vous remarquerez, l'autel de la Vierge tout en bleu, du plus bel effet.

Le mariage s'est déroulé sous un beau ciel bleu, mais sous un soleil de plomb. 40 ° à l'ombre ce n'est rien de le dire.

Je peux vous dire qu'après l'apéro, nous sommes venus direct dans la piscine, dont l'eau est à 27 °, ce qui est fort agréable.

 MARIAGE CRUIS

 

AUTEL DE LA VIEGE

 

AUTEL

 

 

 eglise

 

lES ALLIANCES

 

 

sortie de l'église

 

 

Les mariés et les demoiselles d'honneur

Ce fut beau mariage fort sympathique.

 Je renouvelle tous mes voeux de bonheur aux jeunes novis.

A présent un petit tour du côté des voitures :

voitures 2

 

Les voitures

 

voitures

Rien n'a été négligé.

Un petit aperçu de la décoration de la salle pour l'apéro :

Mariage NICOLAS REYNEIR 048

 apero

Posté par Une jarlandine à 14:19 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
31 mai 2011

VASE DE MARIEE

Samedi, c'était le baptême de ma petite nièce, le seule et unique pour l'instant car de mon côté, je n'ai qu'une soeur , qui n'a qu'une fille et qui vient d'avoir une petite fille Elise.

J'ai donc pris des photos et dans l'égise, devinez sur quoi s'est posé mon objectif ? sur des vases de mariées. voir mon article précédent et je ne me trompais pas quand je vous disais qu'il y avait le vase de la mariée et en général deux plus petits identiques. La preuve en est là.

Je tenais à vous faire partager ces photos.

 

1

 

2

 

et de l'autre côté  .....

3

Surprise, il y en a deux autres .....

4

Posté par Une jarlandine à 14:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

11 avril 2011

LES VASES DE MARIEES...

Pour compléter mon article précédent sur la mariage je vais attirer votre attention sur une autre tradition aujourd'hui un peu oubliée :

"LES VASES DE MARIES".

J'en ai découvert un trés joli chez mon ami brocanteur.

Vase_de_mariee_1_

Le vase de mariée faisait partie du rituel des cadeaux de mariage offert par un membre de la famille proche, tradition très ancrée en France durant les années 1850 à 1930. Ce vase faisait en réalité partie d'une parure : le vase de mariée et deux plus petits (garçon et demoiselle d'honneur). Bien souvent garnis de bouquets, le plus grand était souvent déposé sur l'autel de la Vierge dans les églises catholiques après avoir été béni par le prêtre. Parfois, celui de la mariée était ensuite vissé sur un socle en bois noir et protégé d'un globe en verre avant d'être placé dans la chambre des époux. Ces vases sont d'une grande variété par leurs tailles, leurs décors dorés ou peints à main levée, leurs ornementations diverses comme le motif des colombes ou de cornets de fleurs. Ils sont presque tous en porcelaine blanche, en forme de coquille ou d'éventail à col largement ouvert, symbole de réceptivité aux influences célestes.

La plupart de ces vases sont estampillés. On peut facilement connaître leur manufacture d'origine. Ils sont parfois numérotés, ce qui permet de connaître le nombre d'exemplaires du modèle. Enfin, les vases signés sont rares ...

Les principaux motifs qui ornaient ces vases étaient les colombes, porteuses de paix, le Lierre, symbole d'attachement. La vigne et les grappes de raisIn évoquent l'union et la prospérité, les maillons de chaînes expriment les liens d'amour, les feuilles d'acacia, l'immortalité quant aux feuilles de chêne, elle sont censées apporter longévité et force au couple. Enfin, l'un des motifs les plus connu est celui de la rose qui reste le symbole de l'amour éternel !

Pour info, fruit de mes recherches, il y a un Musée : La Maison de la Mariée en Pays de Loire, où sont exposés cent cinquante globes de mariage dont de nombreux modèles avec vases en porcelaine. Je n'ai pas encore du la chance d'aller voir ce musée, mais je le note pour une prochaine "escapade", mais je vous donne l'adresse :

130, île de Frédun - 42720 SAINT JOACHIM - que j'ai retrouvée sur Internet

Il est indiqué ce qui suit :

Conçus au départ pour préserver les mouvements d’horlogerie de la poussière, les globes accueillent les couronnes de mariées à partir de 1850.

Ils étaient composés de 3 éléments :

  • le socle, en bois de poirier peint en noir
  • le coussin, une calotte et un capitonnage
  • le décor, de végétaux en bronze doré ou laiton, de fleurs en porcelaine ou de miroirs

Au fil du temps, le couple ajoutait des objets marquants de la vie commune…

Ce musée, labellisé Musée de France, est entièrement consacré au mariage et à la fleur d’oranger en cire, élément indispensable des couronnes de mariées que confectionnaient les ouvrières de Saint-Joachim.

 Num_riser0005

Renseignements relevés à la page Brocante de la revue Campagne Décoration N° 57

18 mars 2011

Dans l'intimité de la famille ..... les différents caps de la vie sont marqués par des rites de passage .... dont le mariage

Un petit complément à mes articles précédents sur le Mariage :

FAIRE LA NOCE

LE_MARIAGE 

... L'une des plus vieilles traditions festives familiales est sans nul doute le mariage. Au XXème siècle, l'augmentation du niveau de vie et l'accès d'un plus grand nombre aux  biens de consommation ont fait de cette cérémonie la plus importante fête familiale et surtout la plus fastueuse. .... Ce sont les Romains et les Grecs qui ont les premiers sacralisé l'union d'un homme et d'une femme. A Rome, il était d'usage, pour les citoyens seulement, de prononcer ses voeux vêtu de blanc, les femmes se devant en outre de porter un voile orangé et une couronne de fleurs. Ces "justes noces" étaient bien sûr soumises à l'accord préalable des parents et unissaient régulièrement des enfants à partir de l'âge de treize ans ... 

Costume_de_mari_e_proven_alCe costume de mariée provençal du XIXème siècle comprend un fichu brodé de mousseline blanche, une robe et un tablier de soie brune, relevé pour dévoiler un jupon blanc en broderie de Marseille. Robe_de_mari_e

 

 A droite une robe de mariée portée avant le retour du mariage en blanc.

 

 

Tandis que la mariée de l'Ancien Régime se présentait devant l'autel simplement vêtue de sa plus belle robe, la  Belle Epoque consacre à nouveau la tradition romaine du mariage en blanc. Cette couleur devient pour les conciences occidentales synonyme de pureté et les jeunes épouses ainsi vêtues revendiquent leur virginité, nécessaires aux yeux du dogme catholique. Ainsi les épouses enceintes lors de leurs noces portaient une robe de couleur. ...

 

mariage

photo : Fêtes et Traditions - Collection Souvenirs d'en France

Bien que fixée peu à peu par la haute couture française, cette robe d'un seul jour suivait l'évolution de la mode ; elle devait être longue, couvrir largement les épaules et les bras, sans décolelté ostentatoireet comporter une traîne importante, soutenue le plus souvent par deux demoiselles d'honneur.La tête de la mariée était enveloppée d'un voile blanc généralement transmis de génération en génération. (Aujourd'hui  certains découpent le voile de la mariée et en distribue un morceau aux invités ,..)1950

ScannedImage_7Symbole de virginité au même titre que la robe blanche et le voile, les fleurs d'oranger étaient traditionnellement portées en couronnes ou à la boutonnière mais celles-ci ont quasiment disparues dans les années 1960 et sont aujourd'hui considérées comme désuètes (Quel dommage ! ..) Dans certaines régions, les roses ou une branche de romarin remplaçaient les fleurs d'oranger confectionnées en tissus.

 Une cérémonie ritualisée :

de 1900 à 1960, les lois se sont succédées pour encadrer et garantir l'union des époux, mais les principauxAnn_e_50 traits sont restés immuables. Ainsi, la publication des bans doit impérativement avoir lieu 10 jours au moins avant la date des noces, cette règle a été instituée pour permettre aux éventuels opposants au mariage de se manifester. l'Age légal du mariage, fixé depuis 1804, est de 15 ans pour les filles et de 18 ans pour les jeunes hommes (il sera modifié en 2006), à condition d'avoir l'accord des parents ; ces derniers peuvent s'opposer à l'union des enfants jusqu'à leur majorité (21 ans).

D'autres coutumes ... comme le fait de jeter du riz sur le passage des jeunes mariés ou de consommer les désormais traditionnelles dragées. Il s'agirait dans les deux cas de favoriser la fécondité de la nouvelle union. Dans le courant du XXème siècle, et dans certaines régions, il était d'usage de jeter de la menue monnaie qui, une fois ramassée, constituait un petit pécule pour les époux. C'est le même but financier que partage la traditionnelle mise aux enchères de la jarretière de la mariée, lors du banquet nuptial. Le meilleur enchérisseur gagnant le droit de prélever son dû avec les dents ...

 Mariage 1950

ScannedImage_8Ce cordon noué d'organza, de soie et de dentelle pouvait être brodé par la mariée. (aujourd'hui, c'est aussi une tradition qui se perd. On met une urne .... mais ce n'est plus la même chose !)

 

 

 Date de ce mariage 23/12/1972ScannedImage_3

 

Enfin le bouquet de la mariée, qui a fait lui aussi son apparition au cours du XXème siècle est censé garantir une union heureuse dans l'année à celle des demoiselles d'honneur qui l'attrape des mains de la jeune épouse.

25/10/1975

1975

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Ci-dessous, un album de mariage que j'ai trouvé sur ce nouveau site que vient de créer le mari de mon amie "Femme 1900". C'est un "brocanteur" dans l'âme, passionné de veilles pièces.

http://brocante-antiquites.over-blog.com

album_mariage_1_

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je vous invite à lui rendre visite, vous découvrirez de magnifiques globes de mariage, très anciens comme celui ci-dessous : 

 globe_de_mariage

Posté par Une jarlandine à 09:45 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
01 août 2010

DE BEAUX MARIAGES !!!!

En l'espace d'un mois, nous avons eu la chance d'être invités à trois mariages.

Que ces mariées étaient belles !

Le mois de Juillet a été trés beau et chaud, chez nous en Provence. Que la fête a été belle !

Les bouquets en bout de bancs :

Garniture_Banc

Les petites demoiselles d'honneur n'étaient pas de trop pour tenir le voile :

Mariage_marjorie_BARILLON_15

Admirez cette robe :

Quelle_robe____

Le Papa a accompagné sa fille à l'hôtel et lui relève le voile.

Le_papa_rel_ve_le_voile

La Haie d'honneur à la sortie de l'église avec les casques de Pompier.

haie_d_honneur_

Les novis.

Les_Novis

URNE

Le mariage précédent : deux autres jeunes tout aussi sympathiques ont unis leur destinées

Sortie de la Salle des Mariages..

11

Autre mariage, autre décor, dans la même église...

15

Ces petites demoiselles d'honneur étaient aussi charmantes.

Mais si pour le mariage précédent, il y avait une haie d'honneur avec des casques de pompiers,

Celui-ci a eu droit à un cortège particulier :

Non, Vous ne revez pas. "une valse de Porsches". :

029___Copie

16___Copie

029___Copie__2_

028

Les Papas des novis ont quitté l'église dans une de ces petites perles,

et vous laquelle préférez-vous ? 911 - 918 ???? Il y avait le choix..

Posté par Une jarlandine à 21:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 mars 2010

Un mariage en Provence

Dans la continuité de mon message précédent sur les fiançailles ...

 

Le mariage et ses coutumes PLANNING des prochaines sorties/projets 2010

"Les us et coutumes" des XVIIIe et XIXe siècles, afférant au mariage sont plus que la description d'une tradition.

En, effet, à travers ces unions, nous découvrons l'organisation de la vie des familles de nos ascendants.

Les familles organisaient au mieux les futurs foyers, pensant à leurs ressources. Aussi, les préliminaires, les accordailles revêtaient une grande importance.

A travers rencontres, visites, les parents usaient de beaucoup de perspicacité pour mettre toutes les chances matérielles en jeu, afin de donner au futur couple les moyens de mener une vie la plus agréable possible. Les coutumes qui nous paraissent surannées correspondaient à l'équilibre recherché dans une société rurale, artisanale en un temps donné.

Ces quelques lignes font partie de l'Edito de Raymonde Eynaud, Responsable de la Commission Patrimoine de la Fédération Folklorique Méditéranéenne. En effet, un numéro Hors série (2004) de la Revue Folklore de France a traité du mariage et ses coutumes dans nos régions. Quarante pages pour découvrir les cérémonies traditionnelles.

C'était un numéro trés intéressant qui confirme tout ce qui a été évoqué dans "La vie de Paysanne".

Une autre personne a fait des recherches sur les coutumes autour du Mariage et plus particulièrement en Provence. Il s'agit de Marcel PROVENCE :

Avez-vous entendu parler du dimanche des poules ???

Le soir du mariage, la jeunesse du pays va prendre deux, trois poules dans le poulailler des parents de l'épousée qu'elle fait cuire et qu'elle mange le dimanche suivant appelé "Dimenché das poulas" (dimanche des poules). (La Bréole B.-A. Note Charles Joisten).

La barrière aux mariés qui abandonnent ou viennent au village, se pratique encore ça et là en Haute-Provence, parfois sous une forme symbolique, parfois effectivement :

"La compagnie de la Jeunesse se réunit chaque fois qu'une jeune fille qui contracte mariage abandonne le pays ou y entre en venant d'autres communes. Le marié doit faire un don à la compagnie selon ses propres moyens : l'argent reçu est dépensé dans un repas et une ripaille collective. Les époux sont accompagnés à l'église avec la barrière et le tambour et des chants nuptiaux. La compagnie offre un coup à boire aux époux et au cortège. Après la célébration du mariage, les membres de la compagnie se rendent au domicile des époux, embrassent la mariée, en reçoivent un ruban multicolore et lui font un cadeau en argent".

A Larche, en se rendant de la maison de la fiancée à la mairie et à l'église, quelques jeunes filles portaient devant le cortège un long et large ruban auquel éaient noués d'autres rubans : au sortir de l'église, les garçons et le filles du village tendaient ce ruban en travers du chemin et le nouveaux-mariés devaient passer sous cette "barrière".

Marcel Provence regrette la disparition de cette coutume et l'attribue à l'influence des émigrations temporaires et des villes. Il dit avoir vu à Sisteron en 1928, à Peyruis, en 1933 et "dans nombre de paroisses" sous une forme qui l'apparente à la coutume du Serrois décrite ci-dessus :

"Au cours d'une cérémonie de barre fleurie, à Peyruis, le "rampelaire de l'Escolo dis Aup", Mestre BERARD, appariteur de la commune, a improvisé ce quatrain au mariage d'Aimé Julien avec Reine Estève :

Aquesto barro vous invito

A la sauta galoi, uni,

N'en trouvarés tant dinsla vida

Couràgi, amour, unioun,

E vivo l'aveni.

 
   

Cette barre vous invite

A la sauter joyeux, unis

Vous en trouverez tant dans la vie,

Courage, amour , union

Et vive l'avenir.

(A. van Gennep. Folklore des Hautes-Alpes t I p. 143)

Coutume de la Barre fleurie à Lincel, B-A : Deux enfants tiennent à quarante centimètres environ du sol, une barre de branches de buis ou autres, garnies de fleurs, sur laquelle doivent sauter les couples du cortège. Les gens donnent de l'argent aux enfants. En principe l'argent recueilli est remis aux écoles.

Marcel PROVENCE, nous signale également qu'à Cadenet, dans le Vaucluse, les amies de la mariée dressent un barrage aussez haut (60 à 80 cm) que les nòvi (nouveaux mariés) doivent franchir en sautant, avant de poursuivre leur chemin jusqu'à la maison.

Effectivement, les habitants de Cadenet ont longtemps observé une singulière coutume, le saut de la barre, dont l'origine remonte au Moye Age. "A l'origine, l'abbé de la Jeunesse et sa troupe faisaient sauter la barre aux étrangers ou étrangères venant se marier à Cadenet avec une fille ou un garçon du pays. Le léger impôt perçu était en somme un droit de cité. Par la suite, ont fit sauter la barre à tous les mariés, sans distinction d'origine. C'était alors les amis qui appliquaient la coutume pour aller banqueter à la santé des novis. Si la mariée faisait partie de la congrégation des filles, ses camarades lui offraient un bouquet et sollicitaient un cadeau".

Aujourd'hui certaines familles continuent cette tradition du saut de la barre, et invitent même certains groupes folkloriques pour des animations à la sortie de l'église. et ce sont eux alors qui se chargent de la confection de la barre et attendent les mariés à la sortie de l'église pour leur faire une haie d'honneur et leur faire sauter la barre.

Je vous offre un diaporama de "saut de barre fleurie". C'était la dernière animation de mariage à laquelle j'ai participée.

 

 

Je pense que vous apprécierez. J'attends vos commentaires.