12 septembre 2011

LA FËTE DU COSTUME A PERNES LES FONTAINES

Bonjour à vous toutes et à vous tous. Après mon Expo de dimanche dernier, 4 septembre, C'est avec un grand plaisir que je viens vous relater ma journée d'hier, 11 septembre, qui a été aussi fatiguante mais ô combien enrichissante et agréable.

Me voilà donc partie, à 7 h 00 du matin de la maison, avec ma fille qui, à cette occasion, nous a servies de chauffeur. Direction Manosque - Local de l'Association du Rode OSCO MANOSCO pour y rejoindre quatre de mes copines du Rode (tirées à quatre épingles)- deux voitures - Direction PERNES LES FONTAINES pour la Fête du Costume où nous allons présenter nos costumes des "Basses-Alpes".

Pernes les Fontaines est une petite ville du Vaucluse, une ville à la Campagne, située entre L'ISLE SUR SORGUE et CARPENTRAS, que l'on appelle "Perle du Comtat" et d'après le peu que que nous avons eu le temps d'en découvrir, je pense qu'elle porte bien ce nom. C'est une ville d'eau, célèbre pour ses 40 fontaines.

Une des fontaines et les Halles

Pour commencer, ci-dessous, quelques photos de Pernes que j'ai prises pour vous planter le décor.

 

 Pernes les Fontaines

 

 Nous avons rencontré le Maire "Lou conse de Perno-li-Font", Monsieur Pierre GABERT. Ce Monsieur fort sympathique, après le repas, nous a fait visiter la Mairie -Admirez un peu cette Salle des Mariages et la Seconde Salle dont les murs sont entièrement recouverts de cuir frappé. Une Merveille.....

 

 SALLE DES MARIAGES

 DEUXIEME SALLE DE LA MARIE

 


Après cette visite, il nous a fait descendre voir les caves de sa Mairie ........vous avez bien lu, nous sommes descendues dans les caves mais quelles caves !! des caves voûtées magnifiques, dans lesquelles a été fait "le Musée du Cycle Comtadin". Jugez par vous même.

 Musée du Cycle comtadin

 

Je vous disais donc que nous avons fait  bonne route (1 H 1/2 de Manosque), En arrivant nous avons été accueillies sur le Parking Frédéric Mistral par une hôtesse en costume qui nous a dirigées vers le point d'acceuil où une collation de bienvenue nous a été offerte dans un petit jardin situé à côté du Musée du Costume Nous avons été invitées à le visiter en attendant l'heure de la présentation des costumes qui devait commençer à 11 H 00 dans le jardin de la Mairie. C'est "La maison du Costume Comtadin", qui contient des pièces magnifiques.  On y retrouve les comtadines du XVIIIème et XIXème siècles. Si bien, que j'ai craqué et j'ai acheté le livre de présentation de ce musée.

Je vous invite fortement à pousser la porte de cette maison du costume si vous passez par là mais pour donner un avant goût. Voyez donc la vidéo dans un message un peu plus haut

 

 

Les groupes, les uns après les autres, arrivent : le groupe de Bédarieux (languedoc), Mode et Traditions de Trets ... Nous découvrons des costumes de plusieurs époques (Les dames d'Aix)  :

1

 

costume 1

 Et surprise, qui vois-je en face de moi, ma jeune amie Valérie que vous retrouvez dans mes liens à "l'atelier de Courdarello". C'est une "chato" de Provence amoureuse de son pays. Elle a fait le voyage de Paris pour venir présenter, en solo,  son costume confectionné entièrement de ses mains. 

Valérie 

  

Onze heures : jardin de la Mairie, c'est le grand moment. Une quinzaine de groupes sont représentés. Chacun est informé de son ordre de passage. Le Rode Osco Manosco est le seul groupe représentant les "Basses Alpes" et nos amis et voisins : "La Taiole" de Tallard, représentant les "Hautes Alpes".

Et là, l'objectif de mon appareil photo a "chauffé" : 260 photos. 

Je ne pourrai pas toutes vous les montrer, mais en voici quelques unes. Je ne vous cache pas que pour moi c'était une première. J'ai été très heureuse d'être aux côtés de mes amies du Rode pour présenter mon costume de paysanne des "Basses-Alpes" . Je suis passée aux côtés de Brigitte et Myriam. Nous avions toutes les trois un costume de paysanne.

Défilé du Rode

En costume de paysanne

  Puis est venu le tour de Marguerite avec son costume d'artisane :

une artisane

et enfin Janino qui avait revêtu son très beau costume de bastidane, la propriétaire du mas.

une bastidane

 Un beau cotillon rouge authentique. et cest Janino, bien sûr, et tant que "Cabiscole" qui a fait la présentation de nos costumes. Sur la photo ci-dessous, vous avez un aperçu du fond de scène.

 

LE RODE

 

Nos amis de la Taïole de Tallard (Haute-Alpes) nous précédaient. La complicité de nos deux groupes a été remarquée par la présentatrice (à droite de la photo ci-dessus) qui n'est autre qu'Elise MICHEL, que vous retrouvez dans la video sur la présentation du Costume Comtadin. (Elle porte le prénom de ma grand-mère : peut-être un signe!!!!) En attendant un grand merci à Elise pour sa transmission. 

 la taîole de Tallard

 

Ci-dessous notre gavote relève ses jupes pour faire voir ses jupons.

la robe du dimanche

 Ci-dessous, regardez les galoches de cette jeune personne, ainsi que son clavier auquel est entrelacé un chapelet. ce costume est celui que portait sa grand-mère dans le Queyras.

 le costume haut alpin

tallard

Regardez cette jolie coiffe ci-dessus et le détail des petits plis de cette robe, notamment aux manches. Bien que noire, elle est très élégante. A droite le Président avec ses chaussettes tricotées main et son grand chapeau. Un coucou en passant à nos amis de la Taîole à qui je vais envoyer les photos.

Sur les planches on retrouve Valérie, une charmante bouquetière ne trouvez-vous pas ?  Je peux dire à sa maman Renée qu'elle a été très applaudie. Bravo Valérie !

 Valérie en bouquetière

 En ce moment Valérie est en panne d'ordi. J'espère qu'elle pourra très rapidement s'en procurer un autre afin que nous puissions à nouveau communiquer. Cela m'a fait un grand plaisir de te revoir Valérie !

 Ci-dessus je vous ai mis le clip de ce défilé, mais celui-ci allant très vite et n'étant qu'un aperçu des nombreuses toilettes. je vais essayer de vous charger ci-dessous quelques très beaux costumes :

Robe rouge 1

.robe rouge 2

Vous conviendrez avec moi que cette tenue est exceptionnelle (jupon en boutis entièrement fait main peut-être par "une aiguille d'or" ? car je me suis laissée dire qu'elle était dans l'assistance. Le fichu et la couqueto sont également très riches.

 Au cours du Défilé, un couple a été particulièrement remarqué, inimitable en costume de révolutionnaire d'époque, chantant l'hymne de La Marseillaise :

(je continue dès que jai une minute. a bientôt)

 

 


30 juin 2011

L'ESTRAMBORD DE VELAUX par PROVENCE TV


L' Estrambord de Velaux, groupe provençal par provencetv

Jean-Paul de PROVENCE TV vient de me transmettre son dernier film. Il est très réussi, comme tous les précédents d'ailleurs. je vous invite à lui laisser un commentaire sur son site.

2134107235_1[1]Félicitations aussi au groupe "l'Estrambord de Velaux" pour le maintien de notre culture provençale et de nos traditions. Félicitations plus particulièrement à l'atelier "COUTURE", car les costumes sont très réussis.

28 juin 2011

LE COSTUME EN HAUTE-PROVENCE

Nadine (de Trans en Provence) nous commente le costume en haute-provence dans un de ces derniers articles. Vous pouvez voir cet article en cliquant sur le lien ci-dessous :

http://www.transenprovence.org/article-le-costume-des-habitants-de-la-haute-provence-60962952-comments.html#anchorComment

Toutes les deux nous sommes animées par la même envie de recherche, d'en savoir chaque fois un peu plus,et de parfaire nos connaissances de la vie de nos aîeux et le costume en fait partie. Nous avons les mêmes sources .... nous consultons les mêmes documents mais comme je l'en ai informée dans mon commentaire sur son article, je voulais porter à votre connaîssance un fascicule édité par "les Amis des Arts" à Reillanne en 1975. Je l'ai retrouvé en fouillant à la Bibliothèque. 

Voilà que que j'en ai relevé :

costume provençalLE COSTUME DE HAUTE-PROVENCE

D'une façon générale, dans presque toute la Haute-Provence, l'habillement est assez simple, de caractère médiocre tout au long du XVIIIème siècle. On peut appliquer cette remarque à la noblesse et à la bourgeoisie.

Le XVIIIème siècle est le siècle de la misère, aussi le vêtement populaire reflète cette pauvreté d'un pays "que la nature semble avoir séparé du reste de l'univers par l'aspérité du climat, la difficulté des chemins et l'ingratitude su sol" (voir Viguier "Les débuts de la Révolution en Provence" - page 65)

Les classes sociales ne se distinguent pas par le costume, les artisans des villes ou les marchands aisés tout comme la petite bourgeoisie portent des vêtements modestes, sans aucun luxe : ils sont toujours hors de la mode courante et la survivance d'une forme ancienne ; seuls quelques attributs ou quelques détails les différencient. Artisans, marchands cossus ou bourgeois disposent, peut-être d'un ensemble plus grand de vêtements pour leur usage.

Au cours du XIXème siècle, peu de changements sont apportés dans la manière de s'habiller.

LE COSTUME BAS-ALPIN

 du début du XVIIIème siècle au Début du XIXème siècle.

Il avait la réputation d'être grossier au moins quant à l'étoffe. Il est à remarquer, qu'aux XVIIème, XVIIIème, et XIXème siècles, où les moyens de communications avec les grands centres étaient assez précaires, chaque village avait ses artisans qui fournissaient le maximum des objets indispensables à l'existence de la population.

Ainsi pour le linge et les vêtements, l'artisanat du lin, du chanvre et de la laine était en plein épanouissement.

Il y avait, en Haute-Provence, une grande quantité de moutons qui fournissaient la laine brute en abondan ce "Pendant l'hiver - écrit Achard dans son Dictionnaire des communes de Provence  -les habitants de la campagne et plusieurs même de la ville (Barcelonnette) font des cadis et d'autres étoffes de laine, d'autres fabriquent des toiles. les femmes filent la laine et le chanvre".

Chaque femme, autrefois, savait se servir du fuseau et du rouet et préparait son fil au tisserand. les pièces de laine tissées servaient à confectionner les capes, et autres vêtements dont on se revêtait à l'époque.

"la variété par rapport aux habillements n'est pas bien grande - poursuit Achard -Tous, si l'on en excepte une certaine classe de personnes, hommes et femmes sont habillés de drap du Pays - Plusieurs le portent avec sa couleur naturelle, d'autres font donner à leur étoffe des couleurs de fantaisie, telles que le vert, le bleu, la garance ..."

Ce qu'observe Achard à propos de la vallée de Barcelonnete peut s'appliquer à presque tout le territoire de la Haute-Provence.

LE COSTUME MASCULIN

 

Les hommes portaient les "braie" (pantalons) de cadis roux, de cardeillat ou même de bure serrée au mollet par des guêtres de même drap et serrés à la taille par la "taiollo" ceinture de drap de couleur rouge, grise ou bleue.

Ils avaient un justaucorps ou gilet que recouvrait une veste courte. L'étoffe des vêtements est toujours du cadis ou de cardeillat. Elle est teinte en gros bleu, vert  bouteille ou reste "couleur de bête".

La vogue durable de ces gilets ne s'explique que dans les pays ou manteaux et vestes restent déboutonnés.

La veste a été portée plus d'un siècle, de 1780 environ à 1880.

Les hommes même de condition modeste, ont une préférence pour le chapeau de feutre, souple, assez large, et le portent en toute saison.

Les bergers portaient la "roupo", manteau à col montant, à pèlerine courte couvrant les épaules.

Les mantaux sont davantage portés par les hommes que par les femmes.

Les vêtements chauds étaient surtout à l'usage des travailleurs, des paysans exposés aux intempéries : on les usait jusquà la trame, aux champs, sur les chantiers.

Les guêtres, attirail purement masculin, recouvraient les bas de laine en hiver et complétaient la culotte.

Je ne peux copier l'intégralité de cet ouvrage, mais je vous invitre fortement à en prendre connaissance. On le retrouve à la bibliothèque. Bonne recherche sur le costume et bonne lecture ..... mais aujourd'hui, nous avons un livre plus récent avec des pièces aussi authentiques des dernières années du port du costume, c'est celui d'Eliane Michel que je vous ai présenté plus en avant sur mon blog.

 

Posté par Une jarlandine à 13:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 juin 2011

NOUVEAU FOND DE COIFFE

Un modèle de broderie ancienne que jai relevé chez "Elle brode" blog de "Femme 1900 ":

broderie 1

C'est la broderie que j'aurais dû effectuer au point russe, mais n'ayant pas très bien compris ce point, j'ai laissé tomber. Je ne me suis pas cassé la tête, point de tige, point de chaînette et de feston.

FOND DE COIFFE 1

Je trouve que ce modèle est "adéquat" à un fond de coiffe car il rapelle le motif "aubergine" des tissus d'indiennes provençales. Je le trouve très beau.

Je vous recommande fortement d'aller faire un petit tour chez "elle brode" (voir dans mes liens)

c'est une encyclopédie de modèles de broderies.

N'oubiez pas de lui laisser une petit commentaire, c'est une "fourmi" qui fait un travail énorme de recherche et ensuite de mise en page C'est une amie géniale. 

point-russe[1]

Posté par Une jarlandine à 19:08 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
28 mai 2011

COIFFE DE TRAVAIL

Juste un petit message pour vous présenter un exemple de coiffe de travail qui à mon goût personnel, vont mieux que les coiffes à courduro. Ce message s'adresse en particulier à Martine pour mettre avec sa jupe dans les tons de marron :

coiffe de travail à gauto

 Les attaches mesurent 1,8 cm de largeur et 80 cm de longueur pour pouvoir les croiser sur la tête et revenir faire un noeud dans la nuque.

Une seconde identique, même patron, uniquement la dentelle diffère.

 coiffe_travail

 

PS. Beaucoup de personnes me demandent le patron de cette coiffe de travail. je n'ai pas d'autres patrons que celui que je vous ai mis ci-dessus.  On le retrouve dans le "Vêtement en Haute-Provence" d'Eliane Michel. Je vais voir si je retrouve ma photo pour la mettre en puls grands.

 

Posté par Une jarlandine à 09:48 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags :

07 mai 2011

Une coiffe battant l'oeil sans barbe de Digne....

Je vous présente ma réalisation de cette semaine, en percale de coton très fine couleur écrue achetée chez le "'Tisserin". Modèle relevé dans "Le vêtement en Haute- Provence", mais attention le modèle taille petit. Il faut allonger la passe d'au moins 4 cm.

 

Coiffe_battant_l_oeil_sans_barbe_de_Digne

Sur le fond de coiffe, j'ai appliqué un motif ancien réalisé en dentelle aux fuseaux

 

fond_de_la_coiffe_avec_applicatio_d_une_dentelle_aux_fuseaux

et pour aller avec un petit fichu dans un tissu ressemblant à de la soie de couleur écrue.

fichu_en_soie_bord__d_une_broderie__crue

détail de la dentelle :

d_tail

Posté par Une jarlandine à 15:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
04 mai 2011

COIFFES DU BRIANCONNAIS

Ne sont-elles pas belles ces dames de la montagne haut-alpine ? he oui, samedi j'ai la chance d'admirer et de voir de très près les coiffes que portaient les femmes dans le briançonnais. Elles portaient toutes la "'cornette" une coiffe très courte mais très épaisse en gros tissus piqué avec un renflement assez rond et conséquent sur le dessus de la tête. c'était pour y fixer leur chignon à l'intérieur. C'était leur coiffe de travail, basique. Elles avaient toutes la même. Les jours de sorties ou le dimanche pour la messe, elles mettaient une seconde coiffe en dentelle aux fuseaux très amidonée et raide qu'elles fixaient avec une épingle et l'enfilaient comme une chaussette par dessus leur cornette. (une astuce, maintenant que peu de femmes portent le chignon, devinez ce que j'ai découvert à l'emplacement du chignon ???????? une pelote de laine ... ...

2

C'est avec cette deuxième coiffe que chacune se différenciait un peu en y apportant sa touche personnelle en y incorporant un ruban de couleur. une dentelle différente

 

 coiffe_du_brian_onnais

En ce temps là la dentelle était beaucoup utilisée pour agrémenter les coiffes. "Il était impossible de se présenter en cheveux". et je me suis laissée dire que par leur motif, il était possible de dater la coiffe ainsi que l'occasion pour laquelle elle a été confectionnée. qu'il est intéressant de se plonger dans la vie d'autrefois !!!! et quand on pense qu'avec les fuseaux on avance que de quelques millimètres par heure ....;

Eh quand je dis "enfilée comme une chaussette", je ne me trompe guère. La photo ci-dessous est un peu floue car j'ai voulu la prendre de trop près, mais cette mamie m'a montrée de près la pose de sa coiffe en retirant la coiffe dessus de celle de dessous . Si ces dames briançonnaises lisent cet article, je suis preneuse de renseignements et précisions complémentaires sur leurs coiffes qu'elles peuvent m'envoyer par mail. Et si j'ai commis une erreur de présentation, qu'elles ne se gênent pas de me le dire pour que je puisse rectifier. Il n'y a que par le partage que l'on peut assurer la transmission et conserver le savoir ...

3

 

Ce qui donne ceci. Dans la présentation des quatre coiffes ci-dessus, regardez celle de droite en bas. J'ai compté quatre rangs de dentelle tuyautée très très serrée. Il y a encore une dame dans leur village qui sait se servir du fer à tuyauter. Mais lorsque cette personne ne sera plus là, qui saura le faire ? Il faut abosulement garder ce savoir faire.

Je vous rappelle ce qu'est un fer à tuyauter. Mon amie "Garigondy" a fait un article récemment à ce sujet :

"Le fer à tuyauter est composé de branches toutes cylindriques tandis que le fer à friser comprend un cylindre et une gouttière dans laquelle la tige vient se loger." A ne pas confondre.

Ci-dessous une photo que je lui ai piquée : Ce sont de très belles pièces à 2, 3 et même 5 branches.

Je m'y suis essayée, mais je n'ai pas trouvé la bonne température.. où il n'y a aucun effet ou ça brûle.... je ne m'aventurerais pas à essayer de tuyauter la jolie coiffe ci-dessus. J'aimerais bien que ces dames de Briançon m'envoient une photo de la personne entrain de faire ce tuyautage....

 

fer_tuyauter

Posté par Une jarlandine à 19:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
23 avril 2011

VALSE DES COIFFES ..... et je continue

Cet après-midi, un temps bien triste, il pleut, je me suis donc occupée à terminer ma coiffe. Je compte la mettre lundi pour la messe à Toutes Aures à Manosque.

1

2

3

Posté par Une jarlandine à 20:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
22 avril 2011

Confection d'une nouvelle coiffe à gauto et présentation de la boutique "Le Tisserin"

Je vous présente mon travail de cet après-midi : une coiffe en cours de confection avec fond rond brodé et passe recouverte de dentelle.

COIFFE_A_GAUTO

A ce sujet, je voulais donner une info à toutes mes amies blogueuses du coin qui confectionnent des pièces de costume. Il y a bien longtemps que je n'étais plus allée faire du lèche vitrine à Sisteron. C'est ce que j'ai fait ce mercredi, et je me suis arrêtée à la boutique "LE TISSERIN". le Propriétaire à changé et j'ai fait la connaissance du nouveau, Monsieur Stéphane ROPERS. Je peux vous dire que c'est une personne très sympatique, qui va au devant de sa clientèle et essaie de la satisfaire. J'ai découvert quelques très jolies indiennes Il a cinq ou six modèles. Chose devenue très rare dans notre département. Dommage que le prix du m² soit un peu élevé. Il varie de 36 à 46 € le mètre, sachant qu'il faut un minimum de trois hauteurs pour une jupe. Mais je vous signale qu'il a également de la percale de coton très fine, pour coiffes et fichus à broder de couleur blanche et écrue. Je lui ai suggéré d'avoir égalemernt en stock des mouchoirs de cou et fichus provençaux, que nous étions quelques dames amatrices dans le coin. Une boutique sympas dans laquelle je vous suggère de jeter un petit coup d'oeil de temps en temps.

Le Tisserin 7, rue droite à SISTERON

Vous retrouvez la boutique à l'adresse ci-dessous :

http://maps.google.fr/maps/place?hl=fr&um=1&ie=UTF-8&q=linge+de+maison+sisteron&fb=1&gl=fr&hq=linge+de+maison&hnear=Sisteron&cid=8016992763381701322

Posté par Une jarlandine à 17:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
16 avril 2011

Recherche voile de mariée ou de communiante ....

Toujours dans le but de refaire des coiffes anciennes, je recherche de la gaze ..... Si toutefois vous arrivez à en trouver, et un vieux voile de mariée ou de communiante (ancien), même en mauvais état ( je récupère les morceaux qui peuvent me servir). J'ai un voile de communiante, mais il est intact. Ce serait un sacrilège de le découper.  Je lance un appel à toutes mes copines blogueuses qui font les brocantes. Je pense à Anne par exemple ou à Cécile et à vous messieurs, par exemple Jean-Paul ou mon ami brocanteur. Enfin, en parcourant les vide-greniers pensez à moi. D'avance merci.

Je voudrais me faire une "couqueto." J'ai de la dentelle, mais il me faut un voile pour le fond de la coiffe.

PS. J'ai répondu directement par mail au commentaire de Garibondy ci-dessous. mais je vais donner un élément de réponse pour les autres visiteuses de mon blog qui se poseraient la même question.

La coiffe que je porte avec mon costume de bastidone au début de mon blog, est une coiffe à gauto à fond rond.

J'ai pris le modèle sur la fiche intitulée : Coiffe à fond rond. Origine présumée de RIANS. Proproétaire : Mme CARLEVAN - Académie de Cannes. Le fond de la coiffe n'est pas si petit que ça car il a un diamètre de 24 cm. la largeur de la passe préconisée est de 11 cm, mais je l'ai ajustée à ma tête et j'ai donc fait une passe plus large qui mesure 13 cm.

Matériau employé sur le modèle d'origine : Broderie anglaise très riche, réalisée à la main sur percale blanche fine.

Posté par Une jarlandine à 11:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :