Les livres et DVD de ma sélection
06 novembre 2019

PAYSAN, mon ami .....

"Marchands, n'achetez plus ces horloges,

c'est le coeur de ces fermes où naissent, vivent, meurent les paysans que vous arrachez ....."

 

Je range ce message dans la catégorie "Coin Lecture" mais j'aurais pu le classer dans : Patrimoine d'Upaix, car comme je vous l'ai déjà dis, c'est la terre de mes aïeux, et j'aurais pu le mettre aussi sur Chateauvieux où se trouve la ferme de mes grands-parents paternels.

Je suis tombée par hasard sur un livre qui m'a beaucoup touchée et émue. Son titre est : "PAYSAN, mon ami ."..

Le décor de ce livre est planté en Ardèche, mais il aurait pu l'être dans nos campagnes de Haute-Provence, dans la vallée de la Durance.Nos gens de la terre sont les mêmes et je remercie l'auteur Michel José pour son texte et ses photos magnifiques qui me sont familières. Ce paysan, c'est mon Papé, Cette vieille dame aux cheveux blancs et son tablier, c'est ma Mamée. Le décor est le même. C'est celui de mon enfance ...où je passais toutes mes vacances.

Je ne peux faire autrement que de vous faire partager ces quelques phrases de l'auteur :

.. "Paysan mon ami, que j'aime ta maison. Je me sens bien chez toi assis près de la cheminée, cette odeur de feu de bois qui imprègne les cheveux et que je retrouve en arrivant chez moi. Parfois de longues discussions à n'en plus finir, parfois de longs silences qui en disent plus que les paroles ; cette douce chaleur qui arrive par devant, la couleur que prennent les visages quand ils contemplent les flammes, le feu que l'on observe et qui fascine, les escarbilles qui jaillissent par moment et qui pètent avec un bruit sec, comme des fusées de feux d'artifice. Cette fumée que le vent renvoie à l'intérieur de la pièce, qui pique les yeux et qui fait pleurer.

Les chats, eux aussi viennent se chauffer, le chien, les yeux mi-clos, rêve. Pendue à une ferraille, dans cette marmite en fonte la soupe mijote éternellement ; de temps en temps le couvercle se soulève, laisse échapper un jet de vapeur, une odeur qui ouvre l'appétit ... un peu de liquide s'écoule dans le feu. Tu te penches, pour remettre du bois, la pièce s'assombrit et puis à nouveau les flammes s'élèvent, le bois tout neuf pétille, le rêve s'arrête, on se regarde, la vie continue et l'on parle à nouveau.

Tu te lèves brusquement, tu ouvres la porte, tu reviens une bouteille à la main ; avec toi rentre dans la maison, une odeur d'étable, de lait de chèvre un peu aigre, ces chèvres que ta femme est entrain de traire .. Dans le placard, tu prends deux verres et nous trinquons à notre santé. d'un revers de main, on essuie de chaque côté de la bouche les traces laissées par ce petit rouge bien frais, on allume une cigarette et tu m'expliques que la nuit dernière dans le champ d'en haut les sangliers ....

Que j'aime me retrouver chez toi ... en levant les yeux, je contemple ce plafond noirci par la fumée ; aucun ébéniste, quelque soit son talent, n'aurait pu lui donner cette patine incomparable qu'a su lui donner le temps. De ces murs recouverts de bois, à peine dans le bas devine-t'on la matière, puis au fur et à mesure que le regard monte, on voit que là aussi, le temps a laissé son empreinte. Par endroit, une tache plus claire, un cadre ou une image que tu as un jour enlevé et qui n'a jamais été remplacé ... Ces calendriers crucifiés chaque année les uns sur les autres dans un coin de la cheminée où l'on peut si on le désire savoir dix années en arrière, le jour de son anniversaire. Combien sont-ils ? dix, quinze ? Je reste un peu stupide en découvrant brusquement que le temps passe vite et que les années, comme ça, épinglées, c'est peu de chose.

Sur ce porte-manteau tout en longueur, les vêtements de chasse, de travail, de pluie s'amoncellent les uns sur les autres dans un désordre indescriptible. Mais est pourtant si facile pour toi de trouver et de décrocher celui dont tu as besoin. Ces fusils pendus par la bretelle, la gueule vers le plafond, cette gueule qui crache la mort à une certaine époque dans le ciel et les taillis ... Cette grande horloge inlassablement compte le temps quand tout est calme, silence, on entend même le bois vibrer au rythme de son balancier.

Cette grande table que les chiens ont griffée avec leurs pattes en mandiant un peu de nourriture, cette grande table, où tu vas, avec moi, partager ton repas, cette soupe qui sent si bon, ce lard, ce fromage, ce pain que tu as fait toi-même, l'opinal avec lequel, on coupera de larges tranches ... Je me sent envahi par une immense joie, je crois qu'à ce m oment là je suis près du bonheur dont nous rêvons tous. ......

Je vous observe tous les deux, vous vous intégrez à tout cela d'une façon extraordinaire, vous êtes à votre place ; vous faites partie de cet univers, l'enfance, l'âge adulte, la vieillesse, le rythme des saisons, le soleil, la pluie, le vent, la neige, tout cela est vrai, c'est la victoire de l'utile sur l'inutile ; tout ce que contien ta maison est nécessaire, chaque chose, chaque objet, tout est là, fidèle, prêt à te servir......

Que de courage tranquille, de labeur, de ténacité, tout ce travail pendant des années sans jamais prendre des vacances ; ces bêtes qu'il faut soigner tous les jours ; ces terres qu'il faut travailler, en hiver comme en été, ces pays inconnus que tu ne découvriras jamais.Ce voyage de noce que tu as fait il y a maintenant bien longtemps ....tu es vite revenu chez toi et depuis ...

Paysan mon ami, je te dois beaucoup. Tu m'as donné une leçon de modestie, grâce à toi, je suis revenu sur terre. Quand on découvre tout à coup que "beaucoup d'eau a coulé sous les ponts", que cette jeunesse que l'on croyait éternelle s'est évanouie, que l'on ne voit plus le soleil se lever, que l'on confond la nuit et le jour, que la communication est de plus en plus difficile avec les autres et pour un tas de choses encore ... en te rencontrant j'ai eu beaucoup de chance. Si parfois dans mon texte et dans mes images, je me suis montré maladroit, si j'ai pu te décevoir à un moment quelconque, tu sauras me pardonner car dans tous les cas, je t'aurais beaucoup aimé ....

 

Je me suis retrouvée entièrement à travers ce livre. J'aurais pu l'écrire. Pour ceux qui voudraient se le procurer :

Paysan mon ami de Michel José Editions Didier Richard Achevé d'imprimer le 30 aril 1980

ScannedImage__2_

Quand j'étais enfant avec mon grand-père

dans la cour de la ferme.

Je serais heureuse de connaître vos impressions à travers un commentaire. Bien à vous .

 

BONJOUR A VOUS TOUS.

Apparemment, ce message que j'avais posté en juillet 2010 suscite actuellement beaucoup d'intérêt. En effet, je reçois de nombreux commentaires. Hélas ils ne sont pas en français et je ne suis pas assez calée pour les lire et les comprendre. Je ne peux donc les valider. Merci de me reposter vos messages en français. et je pourrai ainsi dialoguer avec vous.

J'ai en attente toute une liste :

Dennislinee  - Timothyrib - Williequode - Bluepalmgroupinc - Ufabetss - Sofnysoymn - Benet Verlessug - Maxwell Trill;

Posté par Une jarlandine à 10:03 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , ,

31 octobre 2018

Très bientôt un quatrième ouvrage pour notre ami "Luigi CORRARO".

Je vous invite à découvrir un interview de Fréquence Mistral :

https://www.frequencemistral.com/Volonne-se-devoile-au-fil-de-l-eau-_a6763.html

27063866-27452528

Posté par Une jarlandine à 07:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 juillet 2018

La phrase du jour, signée Stéphane Bern :

"La vraie richesse des villages, ce sont les gens"

... a méditer !

Posté par Une jarlandine à 11:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Des petits moments particuliers ......

Des moments où l'on est seule dans la maison ...où tout est calme ..... des moments à soi, où l'on prend un peu le temps de faire du rangement .... qui vous fait faire un petit retour en arrière, et vous amène à revenir et analyser certains passages de sa vie....associative,

et aujourd'hui, envie de partager avec vous un petit mot que je viens d'envoyer à mon ami Luigi Corraro - Ecrivain jarlandin.

.....

Ce matin, mon mari s'est levé de bonne heure pour aller au Tir d'été du Brocard à l'approche. Réveillée et seule dans la maison, je me suis mise à un peu à ranger mes livres, chose que je n'ai jamais vraiment le temps de faire, et je suis tombée sur ton DVD de la présentation de ton premier livre, (soirée patrimoniale (castagnade) de 2014) - je l'ai glissé dans l'ordi et j'ai passé un bon moment à le revisionner pour la seconde fois...... et là en fait je le redécouvre un peu. Comme quoi, c'est bien vrai, il faut toujours revenir une seconde fois sur un ouvrage, quel qu'il soit, pour mieux le percevoir et l'apprécier. Je me suis arrêtée sur quelques photos que j'avais zappées la première fois, sur des phrases et certains mots qui m'ont vraiement émue. Je voulais te redire merci pour ta sincérité, ton amitié, et tout ce travail titanesque que tu as réalisé, pour ta satisfaction personnelle, certes, pour l'association patrimoniale jarlandine aussi- cette association où tous les deux nous nous serons beaucoup investis aux côtés de Jaque Dalcant, mais surtout pour la "mémoire".....pour ceux qui resteront après nous .....

Ouvrages Luigi CORRARO

Jaque Dalcant dans sa présentation m'a qualifiée d'"Entremetteuse" entre Luigi et l'Association du Patrimoine. Je ne pense pas que le terme "entremetteuse" convienne car l'argent n'a jamais eu sa place dans notre passion commune, mais en effet c'est moi qui les ai mis en relation car je pensais effectivement que Luigi y avait sa place et ô combien j'ai eu raison ......

Et aujourd'hui, on ne peut dissocier L'Association du Patrimoine jarlandin, le personnage de Luigi CORRARO et "PROVENCE TV". Là aussi j'ai été l'"Entremetteuse" avec mes amis Jean -Paul et Elise, mais là aussi, le dénominateur commun ont été la "passion" et "l'Amitié".

Le premier film où j'ai fait la connaissance de PROVENCE TV, il y a une dizaine d'années.

J'apparais juste sur un plan mais je participais à l'organisation de cette journée à Upais, aux côtés de ma soeur, ou j'esposais :

http://www.provencetv.fr/dentelles-et-patrimoine-a-upaix

d'autres ont suivi :

http:http://www.provencetv.fr/la-fete-de-lami-du-pain

//www.provencetv.fr/balade-patrimoniale-a-chateau-arnoux

http://www.provencetv.fr/la-danse-des-bouffets

et le dernier :

http://www.provencetv.fr/balade-au-fil-de-leau-a-volonne

 

Un grand merci à eux : 

http://www.provencetv.fr/

 

 10477073_1579468175601930_568610019843201817_n

Bonne journée à vous tous !

 


21 juillet 2018

Découverte de la balade au fil de l'eau à Chateau-Arnoux et Volonne avec nos amis : Luigi Corraro, Jean-Paul et Elise Chauffert.

Un très bel article de notre correspondant de presse, Jean-Marie DELMAERE sur mes amis Luigi, Jean-Paul et Elise CHAUFFERT qui nous onf fait le plaisir et l'amitié de venir tourner sur place et mettre en film le contenu des deux livres de Luigi. En effet, les passionnés et amoureux du patrimoine que nous sommes aimons à nous retrouver pour mettre en valeur notre région le Val de Durance et en particulier nos communes Château-Arnoux et Volonne.

ScannedImage-3 (2)

ScannedImage-5

ScannedImage-5 (2)

 

 

 

 

Balade au fil de l'eau à Volonne - ProvenceTV

25 mars 2018

Le mystérieux plancher du Menuisier Joachim .....

Une date que je vous invite à retenir dans votre agenda : Le Samedi 7 avril à 17 H 30 au Centre culturel Simone Signoret..... Oui je sais, c'est le même jour que le vide poussette à La Salle des Fêtes de Château-Arnoux .... il va falloir que je m'organise. Mais je ne saurais manquer cet évènement... d'une part, j'ai un intérêt prononcé pour les châteaux, mais de plus ce coin des Hautes-Alpes, autour du gapençais est le lieu de mes origines ....

un  témoignage extraordinaire sur la société Haut-Alpine au XIXème siècle :

ScannedImage-3 (4)

 

Qui était Joachim  MARTIN ?

Joachim Martin est né aux Crots (qui s'appelait alors les Crottes) le 8 avril 1842. Fils de menuisier, menuisier lui-même, il est aussi cultivateur sur les quelques terres qu'il possède. A ce titre, il est le représentant de ce peuple des campagnes des Hautes-Alpes. Il n'est pas pauvre. Il est propriétaire, il paye des taxes, en résumé, il peut subvenir aux besoins de sa famille. Il n'est pas non plus aisé. Sa situation reste précaire, il n'est pas à l'abri d'un accident de la vie qui mettrait en péril le fragile équilibre familial. Il se marie aux Crots le 26 avril 1870 avec Marie Robert, dont il a eu 4 enfants. Il est décédé dans cette même commune le 2 juillet 1897 à 55 ans. En 1880, Joseph Roman, qui vient d'acheter le château de Picomtal, aux Crots, lui confie la réfection des parquets. C'est alors que Joachim Martin confie ses pensées aux planches qu'ils posent.

 Pour en savoir plus, je vous invite à consulter le site :

https://bibliotheque-dauphinoise.blogspot.fr/2017/11/un-temoignage-extraordinaire-sur-la.html

Il faudrait que je vérifie l'arbre généalogique car ma tante était mariéE à Henri ROBERT de Sainte Marguerite. Peut-être un lien avec cette Marie ROBERT....??

 J'espère que lors de cette conférence nous pourrons nous procurer le livre :

Posté par Une jarlandine à 14:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 mars 2018

Un auteur Saint-Aubanais à découvrir.... Je vous en ai déjà parlé : Serge PANIS dit SERPAN.

S'il y en a qui s'ennuient à la retraite .... ce n'est pas le cas de notre ami Serge qui s'est mis à écrire dès son passage à la retraite.Je vous l'ai déjà présenté, car j'ai lu son premier livre : " le Secret des grottes blanches" qu'il a écrit en 2016.... 2017 il s'est penché sur un deuxième roman : Histoires de Normands - Contes et légendes des premiers Vikings à la bataille d'Hastings, et voilà qu'il vient de sortir  fin 2017 "La vie de Château" qu'il m'a dédicacé cet après-midi. J'ai la chance d'avoir parmi mes connaissances de sacrés potes et il se trouve que nous nous sommes tous retrouvés en cette fin d'après-midi avec Luigi et Yvon........

Voici la photo de SERPAN, cet après-midi à la librairie  De fil en page, de Château-Arnoux :

SERPAN dédicace ses livres

 

Si vous avez envie de découvrir SERPAN et ses livres, il vient de créer son site :

http://www.serpan.fr

Posté par Une jarlandine à 21:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
10 novembre 2017

"Parcours poétique du berger Albert"...... une belle présentation de ce métier de berger !

Décidément la vie rurale de nos aïeux en Haute Provence me hante et me poursuit et plus précisément celle des bergers... après l'histoire de l'abbé félibre des Basses-Alpes, le Père Eugène Cler, originaire de Lange dans la Vallée du Jabron....(voir un de mes articles précédents) voici que ce mercredi, lors d'une rencontre autour de livre d'Hubert BLOND qui est centré sur "Le Berger Albert", je me suis retrouvée plongée dans mon enfance avec à mes côtés mon oncle Gabriel qui lui, à la même époque que le berger Albert, a été Berger toute sa vie durant dans la vallée du Jabron...... Hommage lui soit rendu aujourd'hui ainsi qu'à tous les bergers, à travers les paroles d'Hubert BLOND.

Pour ceux qui n'ont pu participer à cette soirée, organisée par l'Association du Patrimoine de Château-Arnoux-Saint-Auban, voici une présentation d'Hubert Blond :

PROVENCE A LA PAGE avec Hubert BLOND

20 octobre 2017

Avez-vous entendu parler du berger Albert ????

ScannedImage-6 (2)

 

Résumé

"Entre 1912 et 1959, Albert, berger dans les Alpes de Haute-Provence, a écrit sur les pierres des bergeries des phrases poignantes ou comiques sur sa vie. Au hasard de ses randonnées, Hubert Blond découvre ces étonnants messages avec la même signature dans deux bergeries distantes de vingt kilomètres. Puis dans une troisième... Il entreprend alors la recherche des inscriptions d'Albert dans tout la montagne de Lure jusqu'au Ventoux.

 

La moisson sera belle malgré la grande fragilité de ces traces écrites au crayon sur le calcaire blanc. Au fur et à mesure de sa collecte, il se passionne pour ce personnage hors du commun et le fait revivre grâce aux archives locales et aux paysans qui l’ont connu. Cette « enquête » singulière tisse, sur près de cinquante ans, l’histoire d’un berger « poète chansonnier », comme il se définit lui-même. Ce livre est un témoignage patri­monial qui révèle, à titre posthume, l’origi­nalité et l’huma­­nisme d’un anonyme, enterré en 1963 dans la fosse commune de Banon."

 

Posté par Une jarlandine à 18:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :