Vous l'aurez compris, j'adore visiter les châteaux pour leur mobilier et l'atmosphère qui s'en dégage. A travers eux, c'est toute l'histoire de notre Pays. C'est notre "histoire" et notre Patrimoine....!!
06 octobre 2011

DECOUVERTE DU CHATEAU DE MALIJAI

Suite de notre Visite du 2 octobre : 

Après une pause pique-nique fort sympathique et riche en échanges, rendez-vous est donné à 14 h 30, devant la château de Malijai.

malijai 1

Ce château, construit entre 1635 et 1643, fut acheté en 1766 par la famille Noguier et restauré vers 1770 pour devenir tel qu'il est actuellement. En 1982, il devient propriété de la commune et abrite aujourd'hui la mairie. Il  est construit entre le village et la Bléone. Il est assez imposant par ses façades strictes. D'un  plan rectangulaire, il possède deux tours rondes en éteignoir qui sont recouvertes de tuiles vernissées, ce qui donne à l'ensemble un air de fantaisie.

 

malijai 2

L'intérieur marque un contraste frappant avec l'extérieur et renferme un exceptionnel décor de gypseries, (très fines), de trumeaux et de cartouches de style Louis XV et Louix XVI (classement aux Monuments historiques en 1983). Le château de Malijai est dans cette partie des Alpes provençales, l'un des rares exemples de l'architecture seigneuriale du XVIIIème siècle.

Un parc "à la française"  fut agrandi et clôturé par Adrien Noguier en 1840. Il renferme de nombreuses essences végétales.

Dans l'entrée, se trouve une maquette du château :

 

malijai 3

Petit historique :

1635 : à cette époque, la maison seigneuriale qui se trouve sur les hauteurs de St Bonnet est toute rompue, Melchior de Mazargues, Seigneur de Malijai, fait construire un château dans un endroit plus commode.

1771 : Louis Maximilien Toussaint Noguier fait restaurer le château qui devient celui que l'on peut admirer aujourd'hui.

A la Révolution : le château échappe à la destruction car il n'est pas bâti en terre noble, mais il subit de nombreux vols.

1815 : dans la nuit du 4 au 5 mars, Napoléon 1er à son retour de l'Ile d'Elbe passe la nuit dans le château.

1840 : Adrien Noguier agrandit et améliore les jardins.

1923 : la veuve du dernier Noguier, Madame de Parceval vend le château à la Société Alais Forges Camargue qui le transforme en logements pour ses employés.

1982 : La ville de Malijai rachète le château, installe la mairie au rez-de-chaussée, la société HLM aménage les étages en appartements.

 Poursuite de notre visite :

 Les salons du rez-de-chaussée, occupés aujourd'hui par les bureaux de la Mairie, se suivent les uns aux autres séparés par de grandes portes d'époque. Dans chaque salon une cheminée, des trés beaux médaillons au -dessus des portes et les murs sont recouverts de très belles tapisseries tendues

  

Médaillon 2

 

 

 

médaillon 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous apercevez, ci-dessus, Madame BOURVEAU, entrain de nous présenter chaque salon.

Vient ensuite la Salle à manger avec sa fontaine intérieure toute de marbre gris, identique à celui de la cheminée qui se trouve sur l'autre pan de mur.

la salle à manger

 Dans la salle à manger : quelques pièces dans une vitrine pour rappeler le passage de Napoléon à MALIJAI: Echappé de l'Ile d'Elbe, après avoir déjoué la surveillance des flottes anglaise et française, Napoléon 1er débarqua à Golfe-Juan le 1er mars 1815  bien décidé à reconquérir son trône. Remontant la route des Alpes par Castellane, Brrêe et Digne, il arriva à Malijai le 4 mars vers 20 Heures. l'Empereur, monté sur un cheval blanc, salua les habitants massés le long de la "Grand rue"" et sur la place. Après avoir été accueilli par Jean-Baptiste HUGUES, Maire de la commune, il fut hébergé en son château par Edouard Noguier. Il attendit anxieux des nouvelles de Sisteron dont la citadelle constituait la clé du Dauphiné. Finalement le général Cambronne étant parvenu à occuper sans difrficulté la ville, rassurés, Napoléon et sa troupe quittèrent Malijai le 5 mars à 6 heures du matin.

 malijai 4

Ci-dessous Bureau de Madame le Maire :

  

 Bureau de Madame le Maire

 Trés beau médaillon et un gros bouquet sur la table de travail le rappelant :

  

médaillon 3

Un mobilier qui n'est pas d'époque, mais non moins intéressant, même s'il a été rapporté :

malijai 18

malijai 22

On remercie notre hôte d'avoir bien voulu nous recevoir en ce dimanche après-midi ainsi que notre guide qui n'a pas été avare d'explications.

 

malijai 23

Merci à l'Association Histoire et Patrimoine peyruisiens pour cette journée découverte à la fois culturelle et très agréable.

Posté par Une jarlandine à 20:54 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

LA CHATEAU DE VOLONNE

Suite de notre visite du 2 octobre :

Après la visite du château de Château-Arnoux, nous voici sur la place de Volonne.  où se trouve un château Bastide du XVIIème siècle. Le Château a été inscrit en 1987 et classé en 1992 à l'inentaire des Monuments historiques. Vraiment dommage, c'est dimanche et personne n'a été disponible pour venir nous ouvrir la mairie. Nous n'avons donc pas pu faire notre visite complète. Nous n'avons pas pu voir le salon : salle d'honneur, ni la fontaine intérieure,  mais je vais quand même vous faire voir un superbe escalier tout décoré de gypseries. Ces gypseries sont magnifiques surtout dans les étages car dans le Vestibule à l'entrée elles sont vraiment malades et demanderaient à être restaurées.

 

 .

 

 

 

 Voici ce petit château vue de l'extérieur :

Vestibule : entrée de l'Escalier :

 volonne 1

  

gypseries 1

 

VOLONNE 7

 

 

gypseries 3 gypseries 2

 

 de part et d'autre de cette escalier, des portes qui donnent sur des appartements loués ......

Peut-être aurez-vous quelques commentaires à faire sur ces gypseries ......

Prochain message : Château de Malijai.

 

Posté par Une jarlandine à 18:18 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
21 avril 2011

Le château de CHENONCEAU

Revenons une peu sur mon escapade de l'été dernier en Touraine où j'ai eu la chance de découvrir quelques Châteaux, dont celui de CHENONCEAU que je vous ai présenté.

L'histoire de ce château est marqué par les femmes qui en furent les propriétaires et les batisseuses.

Parmi elles, Louise de Lorraine épouse de Henri III dont la chambre au second étage porte le deuil de son mari, assasiné en 1589.


Une pièce est dédiée aux filles et belles filles de Catherine de Médicis. La chambre des Cinq Reines.

Je vous invite à une petite recherche dans notre histoire de France. Qui saurait me dire qui sont ces cinq Reines ?????

Eh bien je dis Bravo à Galinette qui est la seule à m'avoir répondu et en plus une réponse juste.

Les cinq Reines sont :

 Marie Stuart - Marguerite de France (la reine Margot) - Louise de Lorraine -

Elisabeth d'Autriche et Elisabeth de France.

 

Posté par Une jarlandine à 20:54 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
28 septembre 2010

CHATEAU D'AZAY LE RIDEAU

Le dernier des Châteaux de notre escapade en Touraine :

Un vaisseau Renaissance dans un Parc à l'anglaise.

Département de l'Indre et Loire, à l'ouest de Tours

Erigé au coeur de la Touraine, sur les fondations d'une forteresse médiévale, le château d'Azay-le-Rideau est l'oeuvre d'un riche financier de François 1er, Gilles Berthelot.

Au centre d'un parc romantique, ce chef-d'oeuvre de l'architecture du XVIème siècle a conservé, au fil du temps, tout le raffinement, l'élégance et la grâce d'un château d'exception de la Renaissance.

Délicat mélange de traditions françaises et de détails innovants venus d'Italie, Azay le Rideau émerge des eaux de l'Indre. les longues allées du Parc vous invitent à flâner tout en contemplant les reflets changeants des façades sur les miroirs d'eau.

Nous n'avons pas visité ce château à l'intérieur, mais pour changer nous avons opté pour la "visite magique" - un parcours spectacle nocturne  - organisé les deux mois d'été - qui a enchanté ma petite fille. Je vous laisse voir le diaporama.

Ci-dessous, le village d'Azay Le Rideau, où nous avons pique-niqué au bord de l'Indre avant de nous rendre au Château.

AZAY_LE_RIDEAU___le_pont

AZAY_LE_RIDEAU

AYAY_LE_RIDEAU_2

Posté par Une jarlandine à 07:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
18 septembre 2010

LE CHATEAU DE CHENONCEAU

Suite de notre Balade en Touraine : Août 2010

Aujourd'hui, journée du Patrimoine, je vous offre la visite du Château de CHENONCEAU.

Pour cette visite, sur place il faut prévoir une journée complète.

On entre dans le Parc du Château par cette grande allée :

All_e_de_l_entr_e_de_Chenonceau

Le Château de CHENONCEAU : Le Château des Dames

Bien que situé sur le Cher, le Château de Chenonceau fait partie de ce que l'on appelle "les châteaux de la Loire". Château meublé, décoré de rares tapisseries et peintures anciennes, fleuri selon les saisons, c'est le Monument historique privé le plus visité de France. Les femmes ont eu une grande importance dans sa destinée, aussi le surnomme t'on souvent le "Château des Dames".

Le_Ch_teau_de_Chenonceau

Histoire du Château de Chenonceau :

Le château est édifié dans le lit du Cher, sur les piles d'un ancien moulin fortifié et du château-fort acheté à la famille des Marques. Celui-ci fut rasé, à l'exception du donjon (la tour des Marques, qui sera adaptée au style renaissance) et du puits qui le jouxte. Il fut bâti par Thomas Bohler, le secrétaire général des finances du Roi François 1er. Le corps de logis carré qui constitue le château originel fut constuit entre 1512 et 1521; Bolher étant occupé par la guerre, c'est surtout sa femme, Catherine Briçonnet, une tourangelle appartenant à une famille de grands financiers qui dirigea les travaux et fait les choix architecturaux. C'est ainsi que, pour la première fois, les pièces sont réparties de chaque côté dun vestibule central, ce qui facilite grandement le service. De même pour cette autre nouveauté de Chenonceau : l'escalier en rampe droite, plus pratique et mieux adapté aux réceptions que l'escalier à vis.

La_tour_des_Marques

A la mort de Thomas Bohier, un examen des comptes publics mit en évidence des malversations, ce qui permit à François 1er d'imposer une forte amende à ses héritiers et de confisquer le domaine en 1535, qui sera offert par Henri II à sa favorite Diane de Poitiers. Elle fit aménager sur la rive droite du Cher le jardin qui porte son nom et confia à son architecte le soin de construire un pont reliant le château à la rive gauche afin d'y créer de nouveaux jardins et d'accéder à de plus amples chasses.

La tour des Marques

L_escalier_2

Vue de l'Escalier à rampe droite.

L_Escalier

A la disparition de Henri II, mortellement blessé lors d'un tournoi en 1529, Catherine de Médicis, devenue régente, contraignit sa rivale Diane de Poitiers, à restituer Chenonceau à la Couronne et à accepter en échange le château de Chaumont-sur-Loire, dominant La Loire entre Blois et Amboise.

Passage_sur_l_autre_rive

Au bout de la première galerie, passage sur l'autre rive

vers le territoire de chasse.

C'est Catherine de Médicis qui fera édifier sur le pont de Diane deux galeries superposées formant un espace de réception unique au monde, et donnant ainsi au château son aspect actuel.

Chemin_e_en_bout_de_la_galerie  Vue_sur_la_galerie

Gros_plan_du_Bouquet_dans_la_galerie

J'ai flashé sur les bouquets....(bonne idée déco !!)

en voici deux autres relevés au cours de la visite :

Bouquet_1

Bouquet_2

Plaque_dans_la_galerie

Dans la galerie, une plaque en mémoire des blessés

qui y ont été soignés pendant la guerre de 1914/1918

Visite du Château de Chenonceau :

Le château présente un corps de logis carré avec un vestibule central donnant sur quatre pièces de part et d'autre. Au rez-de-chaussée, il y a une chapelle,

5

La chambre de Diane de Poitiers :

2

Cette pièce fut la chambre de la favorite du Roi Henry II, Diane de Poitiers, à laquelle il avait fait don de Chenonceau. En 1559, à la mort d'Henri II, tué en combat singulier lors d'un tournoi par le Capitaine de ses gardes écossais, Gabriel Montgomery, sa veuve la reine, se fit restituer le château de Chenonceau par Diane et lui donna en échange Chaumont-sur-Loire. La cheminée (ci-dessous) de Jean Goujon, Sculpteur français de l'Ecole de Fontainebleau, porte (ainsi que le plafond à caisson) les initiales d'Henri III et Catherine de Médicis: H et C qui, entrelacés pouvaient former le D de Diane de Poitiers. Le lit à baldaquin, les fauteursl Henri II recouvert de cuir de Cordoue et la magnifique table de marqueterie, à côté du lit sont Renaissance.

Remarquez également sur la cheminée un portrait de Catherine de Médicis par Sauvage.

.

3

et le "Cabinet de travail de Catherine de Médicis".

Au bout du vestibule, on accède à la galerie au dessus du Cher. La galerie du rez-de-chaussee porte un dallage classique de damiers blancs et noirs. le reste du rez-de-chaussée comprend la "chambre François 1er" et le "Salon Louis XIV".

6

L'escalier à double volées droites, est accessible derrière une porte qui se situe au milieu du vestibule. Il permet d'accéder au vestibule Catherine Briçonnet au premier étage. A nouveau 4 chambres, la "chambre de Catherine de Médicis", celle de César de Vendôme et celle de Gabrielle d'Estrées (favorite de Henri IV). la dernière est la chambre dédiée aux filles et belles filles de Catherine de Médicis, la "chambre des Cinq Reines".

La chambre des cinq reines :

Cette chambre est ainsi nommée en souvenir des deux filles et des trois belles-filles de Catherine de Médicis. Ses filles : la Reine Margot, (épouse d'Henri IV), Elisabeth de France (épouse de Philippe II d'Espagne) , ses belles filles : Marie Stuart (épouse de Françolis Ier) Elisabeth d'Autriche (épouse de Charles IX) et Louise de Lorraine (épouse d'Henri III). Le plafond à caissons du XVIème siècle provenant des appartements de Louise de Lorraine arbore les armoiries des cinq Reines.

9

La chambre de Catherine de Médicis

Cette chambre possède un beau mobilier sculpté du XVIème siècle et s'orne d'un ensemble de tapisseries des Flandres du XVIème siècle retraçant la vie de Samson. Ces tapisseries sont remarquables par leurs bordures peuplées d'animaux symbolisant des proverbes et des fables....

A doite du lit "L'éducation de l'amour" par "Le Corrège" peinte sur bois.

Une version peinte sur toile est à la National Gallery de Londres.

8

La "chambre de Louise de Lorraine", au second étage, porte le deuil de la femme d'Henri III, et l'on remarque la couleur noire dominante du lambris, les peintures macabres, le prie-dieu tourné vers la fenêtre et les décorations religieuses évoquant le deuil. (Je regrette de n'avoir pu prendre cette chambre je suis tombée en panne de piles à ce moment là)

Autre grand intérêt de Chenonceau, les deux jardins, le jardin de Diane de Poitiers et le jardin de Catherine de Médicis, situés de part et d'autre de la Tour des Marques, vestige des fortifications précédant l'édification du chateau actuel. mais je dois dire que ces jardins n'ont rien à voir avec les jardins du Château de Villandry qui sont à mes yeux les plus beaux.

Ci-dessous le jardin de Catherine de Médicis.

CHATEAUX_DE_LA_LOIRE_JUILLET_2010_046

Puis de l'autre côté, le Jardin de Diane de Poitiers :

Jardin_de_Diane_de_Poitiers

Enfin pour le plaisir des visiteurs, des promenades en barques sont possibles sur le Cher, à l'ombre des arches du Pont de Diane.

11

Les Cuisines :

Les cuisines de Chenonceau sont installées dans les énormes soubassements que forment les deux premières piles assises dans le lit du Cher.

L'office est une Salle basse aux deux voûtes sur croisées d'ogives. Sa cheminée du XVIème siècle est la plus grande du Château, à côté se trouve le four à pain.

L'office dessert à la fois :

- la Salle à manger réservée au personnel du Château.

- la boucherie dans laquelle on voit encore les crochets pour suspendre le gibier et les billots pour le dépecer.

- le garde à manger assure le stockage des denrées.

- Un pont menant à la cuisine proprement dite. En traversant d'une pile à l'autre, on aperçoit une plate-forme où accostaient les bateaux de ravitaillements (selon la légende, elle est appelée "Bain de Diane") Les Cuisines Renaissance ont reçu pendant la Première Guerre Mondiale, un équipement moderne qu'imposait la transformation du Château en Hôpital.

cuisine_chenonceau

Dans les anciennes écuries, il a été aménagé un Self Service, où l'on peut faire une petite halte pour déjeuner et ensuite visiter  un musée de cire.Les photos étant trop conséquenctes, je ne peux les charger ici, mais vous pouvez les retrouver dans l'album photo colonne de gauche.

Ci-dessous une vue sur le bâtiment des anciennes écuries :

Vue_sur_les_anciennes__curies

LA FERME

La Ferme, superbe ensemble du XVIème siècle, ouvre sur le potager; le Bâtiment en son centre, abrite l'atelier floral. La mise en fleurs quotidienne de chaque pièce du château, en harmonie avec les saisons et les événements, fai partie itnégrante du charme de Chenonceau. le château a le souci permanent d'accueillir ses visiteurs comme des hôtes.

LA_FERME

LE POTAGER :

Le potager, ouvert à la visite, est organisé en douze carrés bordés de pommiers et de rosier thype Queen Elisabeth sur plus d'un hectare. L'équipe des jardiniers y cultive une centaine de variétés de fleurs à couper, que nécessite la décorationflorale du château et plus de 4àà pieds de rosiers. Les visiteurs peuvent aussi y découvrir de nombreaux légumes, plus de 20 variétés de tomates et poivrons de collection. Ainsi que des fleurs étonnantes comme les tubéreuses et les agapanthes. Deux serres anciennes permettent la culture des bulbes de jacinthes, amaryllis, narcisses, tulipes et plantation de semis.

BONNE JOURNEE DU PATRIMOINE A TOUS,

le temps s'est relevé, il va faire une belle journnée.

POTAGER

C'était le Château de Chenonceau....

10

Posté par Une jarlandine à 08:50 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
28 août 2010

LE CHATEAU de VILLANDRY ......

Suite de notre Balade en Touraine :

Brève Histoire du château de VILLANDRY :

Un témoignage unique de l'architecture et des jardins Renaissance.

Villandry fut construit en 1536 par Jean le Breton, Ministe des Finances de François 1er. Il rasa alors une forteresse médiévale dont seul le donjon subsiste aujourd'hui.

En 1754, le marquis de Castellane, issue d'une famille provençale, prit possession du château et le réaménagea aux normes de confort du XVIIIème siècle.

En 1906, le château fut acheté par Joachim Carvallo, arrière-grand-père de l'actuel propriétaire. Il créa alors des jardins dans le style de ceux qui existaient au XVIème siècle, en parfaite harmonie avec l'architecture du château. De chaque pièce vous découvrirez un point de vue différent sur le site en général et sur les jardins en particulier.

Le Vestibule et la Salle de la Maquette :

Cette Salle dite de la maquette, offre quelques bon repères nécessaires à la compréhension générale de Villandry :

- la maquette permet de situer château et jardins et de repérer les différents jardins, organisés en quatre terrasses distinctes  le jardin potager, le jardin d'ornement et le jardin d'eau, le Jardin du Soleil.

- les photos et gravures montrent l'évolution architecturale du château et des jardins de l'époque médiévale à nos jours.

- enfin panneaux et frise chronologique présentent les différents propriétaires qui ont marqué visiblement et durablement Villandry. En particulier : Jean le Breton (XVIème siècle) - Le Marquis Michel Ange de Castellane (XVIIème siècle) - la famille Hainguerlot (XIXème siècle) et enfin le couple Joachim Carvallo et Ann Coleman (début XXème siècle).

Le Salon et le Cabinet de Travail :

Ce salon est aménagé avec un mobilier du XVIII ème siècle. Fauteuils et bergères sont recouverts de soie provenant d'une manufacture tourangelle toujours en activité. Les photographies disposées sur les meubles ainsi que la taille de cette pièce, insiste sur le fait que Villandry est avant tout une demeure familiale aux dimensions humaines.

Le Cabinet de travail, situé au rez-de-chaussée du donjon, était le lieu de travail privilégié de Joachim Carvallo. C'est dans cette pièce qu'il composait notamment ses plans de culture de potager. Le donjon est la partie la plus ancienne du château : elle date du XIIème siècle. C'est d'ailleurs dans cette forteresse médiévale qu'eut lieu le 4 juillet 1189, "La Paix de Colombiers" entre Henri II Plantagenêt, roi d'Angleterre et Philippe Auguste, roi de France.

La Salle à manger :

C'est le Marquis de Castellane qui aménagea cette pièce au goût du XVIIIème siècle : les Boiseries, d'époque Louis XV, remplacent les tapisseries, tandis qu'au sol, les marbres succèdent aux parquets. Les fenêtres offrent une très belle vue sur les salons d'ornement, conçus comme de véritables salons de plein air. Cette pièce aux teintes roses saumonées et agrémentée d'une fontaine, n'est pas sans rappeler les origines provençales du marquis. Elle a été classée dès 1934 au titre des Monuments Historiques

salle___manger

Mille excuses, le chapeau ne fait pas partie du décor, c'est celui de mon mari

ci-dessous, la Fontaine sur le mur opposé de Salle à manger :

LA_FONTAINE

.

La Cuisine et l'Escalier d'Honneur :

La cuisine est la seule pièce rustique du château avec ses tomettes en terre cuite, sa cheminée imposante et ses murs en pierre apparente. Elle présente tous les éléments d'une cuisine ancienne : Table en chêne, casseroles en cuivre et tournebroche....

la_cuisine

l'Escalier d'honneur :en tuffeau, fut constuit par le Marquis de Castellane en remplacement d'un escalier octogonal hors oeuvre qui se trouvait dans la cour d'honneur. Les initiales du Marquis Michel-Ange de Castellane sont entrelacées au niveau des paliers de la rampe en fer forgé,typique du XVIIIème siècle. Cet escalier est également classé depuis 1934.

Le Premier Etage :

on y trouve :

La chambre du Prince Jérôme.

La_chambre_du_Prince_J_r_me

La_chambre_du_Prince_J_r_me_1

La Bibliothèque

.

biblioth_que

La chambre de Joachim Carvallo

Chambre_de_Joachim_Carvallo

Baignoire.

- La chambre du Potager.

La chambre des douves.

Egalement aménagée au XVIIIème siècle, cette chambre était celle d'Ann Coleman, la femme de Joachim Carvallo. Les tableaux représentent trois des six enfants du couple : Ils ont été peints par le fameux peintre vendéen Milcendeau, ami de Joachim et Ann

La_chambre_des_Douves

.La_Chambre_des_douves

- la Galerie des Peintures.

Le Salon Oriental.

Le plafond provient du palais des ducs de Maqueda, construit au XVème siècle à Tolède. Le palais fut démantelé en 1905 et Joachim Carvallo rapporta l'un des quatre plafonds à Villandry tandis que les trois autres sont actuellement conservés dans de grands musées internationaux La reconstruction de ce plafond, fait de 3 600 pièces de bois polychrome demanda un an de travail... De style mudéjar, réalisé par des artisans maures pour le compte de patrons espagnols, il mêle les éléments décoratifs représentatifs des arts chrétiens et mauresque. Les cordes franciscaines, les coquilles Saint-Jacques de Compostelle, les décors floraux et les écus héraldiques des souverains s'unissent avec les entrelacs, les dorures et inscriptions arabisantes, dans un harmonieux syncrétisme.

.

Le_salon_oriental

VISITE DES JARDINS

Comme annoncé plus haut, le château est acheté par Joachim Carvallo, né en Espagne en 1869. Il abandonne une brillante carrière scientifique qu'il mène auprès du Pr Richet, (Prix nobel de Médecine en 1913)) pour se consacrer à Villandry. Il restaure d'abord le château Puis souhaite restituer les jardins Renaissance qui avaient été remplacés par un parc à l'anglaise au XIXème siècle. Il utilise pour cela une source littéraire en étudiant Les Plus excellents bastiments de France, ouvrage d'un architecte du XVIème siècle, J. Androuet du Cerceau, qui décrit l'organisation des jardins en France à la Renaissance. Joachim complète cette étude par des sondages archéologiques qui lui révèlent des vestiges de l'ancien jardin à la française. En croisant ces deux sources il parvient à restituer les jardins que l'on peut admirer aujourd'hui.

le canal traverse les jardins :

LE_CANAL

Joachim Carvallo est également le fondateur en 1924, de la "Demeure Historique", première association regroupant, les propriétairs de demeures historiques. Il se révèle ainsi comme étant un pionnier de l'ouverture des monuments au public.

LE JARDIN D'ORNEMENT :

Il se trouve au dessus du potager et constitue la prolongation des salons du château. Pour avoir une vue d'ensemble, Le mieux est de monter jusqu'au belvédère. De là, on distingue, juste en dessous, quatre carrés qui constituent les jardins d'amour :

- L'amour tendre.

- L'amour passionné.

- L'amour volage

- L'amour tragique.

Le_jardin_d_ornement_2

Le_jardin_d_ornement_3

LA FORET

La promenade dans les bois permet de découvrir de très beaux points de vue sur les jardins, le village et la vallée car le chemin domine de près de trente mètres l'ensemble des jardins. A l'extrémité Sud de cette promenade, vous découvrirez de petites terrasses fleuries qui entourent les serres et le très beau Pavillon de l'Audience, datant du XVIIIème siècle

Ci-dessous les terrrasses :

Les_Terrasses

Pavillon_de_l_Audience

.

LE JARDIN D'EAU

Au-desus du jardin d'ornement, à l'extrémité Sud du domaine, se trouve je jardin d'"eau. Celui-ci, d'inspiration classique, centré autour d'une grande pièce d'eau en forme de miroir Louis XY, est entouré d'un cloître de tilleuls. C'est l'endroit idéal pour se reposer et méditer.

LE_JARDIN_D_EAU

LE JARDIN SU SOLEIL

Le dernier né des jardins, le jardin du Soleil est un lieu dépaysant, constitué de trois espaces de verdure :

- la chambre des nuages est plantée d'arbustes et de vivaces bleutés et blancs.

Les_tons_bleu

- la chambre du soleil, dans les tons orange et jaune, rayonne, toute centrée autour d'un majestueux bassin en forme d'étoile.

Les_tons_de_jaune

Enfin la chambre des enfants accueille leurs rires et leurs jeux, à l'ombre paisible des pommiers.

LE LABYRINTHE

Planté de charmes, il symbolise le cheminement terrestre de l'homme. D'inspiration chrétienne, et contrairement au Labyrinthe grec, il ne présente pas de voies sans issues et le but du visiteur n'est pas de trouver une sortie mais de s'élever humainement et spirituellement en atteignant la jolie cabanne centrale

LE JARDIN DES SIMPLES

Entre le potager et l'église vous pourrez admirer, le jardin des simples. C'est le jardin traditionnel du Moyen Age qui est consacré aux herbes aromatiques, condimentaires et médicinales.

CHATEAUX_DE_LA_LOIRE_JUILLET_2010_062

LE POTAGER

Entre le château et le village se trouve le potager de la Renaissance, composé de neufs carrés de taille identique mais à 'lintérieur desquels les motifs géométriques sont différents. Ces carrés sont plantés de légumes dont les couleurs alternent ente elles (bleu du poireau, rouge du chou et de la betterave, vert jade des fanes de carottes) pour donner au regard l'illusion d'un damier multicolore. L'origine du jardin de légumes remonte au Moyen Age. En effet, les moines dans les abbayes aimaient à disposer leurs légumes selon des formes géométriques en particulier la croix. Les rosiers-tiges, plantés de façon symétrique symbolisent les mones bêchant leur carré.

le_jardin_potager

la deuxième influence vient d'Italie et apporta à ce potager monacal ses éléments décoratifs : fontaines, tonnelles et carrés de fleurs

Vue sur les tonnelles :

Vue_sur_les_tonnelles.

LES_TONELLES

Les jardiniers français du XVIème siècle vont réunir ces deux inspirations, monacale et italienne afin de créer le jardin ont ils avaient besoin pour les roses et les légumes nouveaux venus des "Amériques". Ils appelleront ce jardin : potager décoratif. Ces jardins ont été décrits par J. Androuet du Cerceau, architecte du XVIème siècle. Ce sont, entre autres, ses plans qui ont insipiré Joachim Carvallo au début du XXème siècle pour restituer ce jardin.

L'ARCHITECTURE DU CHATEAU

et la Cour d'Honneur

CHATEAU_2010

Galeries à arcades, fenêtres à meneaux entourées de pilastres richement décorés, hautes lucarnes au galbe sculpté, toitures d'ardoises aux fortes pentes et aux amples volumes, forment le cadre de la cour d'honneur, aux proportions d'unre rare élégance.

L'originalité de Villandry, ne se situe pas seulement dans une conception architecturale novatrice, elle est aussi dans l'utilisation qui a été faite du site pour y construire en pleine harmonie avec la nature et la pierre, des jardins d'une remarquable beauté. Une petite vallée, parcourue d'un ruisseau descend le plateau au sud vers le nord, ce qui a permis d'étager trois niveaux de jardins

Mon avis personnel : Les jardins de Villandry sont les plus beaux de ceux que j'ai pu voir jusqu'à ce jour. Le Château de VILLANDRY est à visiter absolument..

Posté par Une jarlandine à 20:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
14 août 2010

LE CHATEAU DE LANGEAIS

Vie et splendeur d'une résidence seigneuriale entre TOURS et SAUMUR.

Histoire et architecture du château royal de LANGEAIS :

Le rois Louis XI ordonne la construction de langeais en 1465. Le château a fait partie du domaine royal jusqu'à Louis XIII, puis a appartenu à plusieurs familles qui l'ont toujours entretenu. L'homme d'affaires Jacques Siegfried l'achète en 1886; Il le restaure et le meuble superbement avant de le donner à l'Institut de France, qui en a la garde depuis 1904.

L'aspect extérieur du château avec ses mâchicoulis et ses hautes toitures, est inchangé depuis le Moyen Age.

LE_PONT_LEVIS_DU_CHATEAU_DE_LANGEAIS

A l'intérieur, les pièces sont garnies de carrelages tous différents, reconstitués sur des modèles du XVème siècle. Les cheminées des salles d'apparât sont finement sculptées. Une d'elles est ornée d'un chemin de ronde miniature d'où dépassent les têtes des gardes du château.

Le_ch_teau_de_LANGEAIS_C_t__Jardins

Le triomphe du meuble gothique :

Les lits, les coffres aux serrures ouvragées, les chaires et les crédences de syle gothique flamboyant constituent avec les tapisseries un ensemble unique en France qui redonne vie au Moyen âge.

les_tapisseries

La Tour de Foulques Nerra, plus vieux château de France.

Foulques Nerra, le féroce compte d'Anjou, s'empare de Langeais en 994. De là, il s'attaque à Tours détenue par son rival le Compte de Blois. Dans l'enceinte bâtie par Foulques, une grosse tour sert de résidence. Sa haute façade domine encore la tour du château de Louis XI.

Premier_donjon_construit_en_994

La Salle du Mariage

Soyez les témoins du mariage qui unit la Bretagne à la France

Mariage_de_Anne_de_Bretagne.

Le 6 décembre 1491, Anne, Duchesse de Bretagne, âgée de 14 ans, épouse à Langeais le roi de France Charles VIII. Anne arrivée secrètement dans la nuiit, revêt sa robe de drap d'or garnie de cent soixante peaux de zibeline. Le mariage est célébré à sept heures du matin.

Reconstitué en son et lumière avec quinze personnages d'un réalisme saisissant. Le mariage est raconté par Jean Favier.

J'ai beaucoup aimé la visite de ce château et je vous le recommande.

Le pont de Langeais

Arpès le château, je pense qu'il va de soit, que je vous montre le Pont de Langais. un très beau pont au décor gothique de 1937. Il a été inauguré en 1849, détruit en 1859 (foudre), 1871, 1940, reconstruit en 1861, 1874, 1937, 1951; C'est un pont suspendu de 359 m. Trois travées de 90 m - deux travées latérales de 44.3 m.

le_pont_de_langeais

Posté par Une jarlandine à 14:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :