02 août 2013

Une pleïade d'artistes ...pour Artistes en Liberté à l'Espace Notre Dame à VOLONNE

87869016_p[1]

Il ne vous reste plus que trois jours. !

Je ne m'y connais pas du tout en peinture et en sculpture, mais je sais quand même ce qui me plaît, c'est déjà ça ... Ceci dit, je suis toujours curieuse de découvrir l'exposition "Artistes en Liberté", et voir ce que peuvent réaliser certaines personnes .... et il m'arrive d'avoir des "coups de coeur"....

une trentaine d'artistes, peintres, sculpteurs, céramistes, venus du département et des départements voisins (Hautes-Alpes, Var, Vaucluse, Bouches du Rhône).

le samedi 3 août à 17 h remise du Prix du Public.

Cette année, je n'ai pas de photos à vous présenter, car j'avais oublié de prendre mon appareil photos, mais je vais essayer de vous énumérer les artistes que j'ai découvert, au risque d'en oublier un, ce qui est quasiment sûr, mais si cette personne s'en aperçoit, qu'elle me le dise et je la rajouterai aussitôt.

Je commencerai par l'invité d'honneur : Prix public 2012, dont j'avais vu les sculptures l'année dernière, Monsieur Bernard De Fazio, que vous pouvez retrouver sur son blog :

http://bernadlindo.blog.spot.fr

 

Bernard De Fazio

Parmi les exposants :

- l'Atelier Zulma : Delphine Chaillan de Barrême que vous retrouvez sur Internet :

www.atelierzulma.fr

- Pascale DE BONI de Manosque   ;

- Luis CLEMENTE de l'Escale :

www.lesmees.org/expos/luisclemente/lc03.html

- Jean-Pierre PONS 

-  Emmanuelle Bernard, Peinture, céramiste de Saint Vincent sur jabron

- Jean-Christophe BERGER : Peintures sur carton

- Martine Marchal : Artiste peintre, portraitiste que vous retrouvez également sur son site :

www.mm-saudade.com

- Louise LATIL de Laragne : Dessins, Gravures sur plaques de zinc, peintures.

- Franck CHAUVET, Créations Bois et Métaux

- Laurent SAMOYAU, Artiste Peintre

- Lucie Chaume COURIOL

- Pascale MACERA de Digne les Bains

www.artegalerie.com

- l'Atelier de Méziane : Genevière LEFEBVRE d'Entrepierres.

- Paternoster Hugo : Sculpteur de Digne les Bains

- Monsieur POLI, que je connais bien, un jarlandin qui sulpte le bois d'Olivier. Il présente de magnifiques lampes et pendules. Un branche lumineuse qui a attiré mon attention

Et pour finir deux volonnais :

Barbara le Henanf, Peintre

ScannedImage (2)

 

et un ami, Lucien FINO avec ses sculptures, toutes plus impressionnantes les unes que les autres :

Lucien FINOT

et comme je lui ai indiqué sur son livre d'or, je verrais bien ce bel oiseau dans mon gazon après l'expo de Volonne.

Ce petit clien d'oeil à Lucien pour finir mon message de ce jour. Bonne journée à tous.

 

 

 

 

Posté par Une jarlandine à 20:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

01 août 2013

Jour de grande Bugade au Lavoir de Volonne dimanche dernier

JOËLLE

Excellente idée qu'ont eu, cette année, les organisateurs de la Fête Mediévale d'animer l'espace du Lavoir. mais je vous invite à relire mon message du 13 mars : quand est né le Lavoir ?

En effet, ce n'est qu'après 1850 que les lavoirs firent vraiment leur apparition, des lavoirs tels que nous les connaissons fonctionnels et considérés comme indispensables à la vie de la cité en facilitant un tant soit peu le travail des lavandières.

C'est donc en rapport avec cette date, vous l'aurez compris, que les bugadières que vous apercevez sur ces photos ne portaient pas le costume médiéval, comme l'ensemble des autres acteurs de cette fête médiévale, mais celui que portaient les femmes de 1850 à 1900, qui se retrouvaient aux lavoirs de nos villages en Haute Provence.

Nos lavandières portent le costume paysan, qui était celui qui correspondait à leur classe sociale.

Les lavoirs n'existaient pas à l'époque médiévale. Je pense que cette précision sur le costume était nécessaire. 

ODETTE MARTIN

Noëlla

 

BUGADE VOLONNE 1

Sur ces panneaux des explications sur la bugade comme la faisaient nos grand-mères, à la cendre, de vieilles photos où nous les voyons à l'oeuvre, mais aussi des "bugadoun" (petite lessive) du linge délicat, coiffes, linges de bébé... avec la Saponaire, mais Qu'es Aco ???

Une bonne transmission du savoir auprès de nos jeunes, qui n'ont jamais vu faire la lessive autrement qu'en tournant le bouton de nos machines à laver, et pour les anciens que de souvenirs sont revenus l'espace d'une journée, en entandant de nouveau la cadence des battoirs au lavoir du village ......

Ce fut une journée riche en échanges et fort sympathique.

La Saponaire

La Saponaire officinale ou Savonnière :

Nomb botanique :  Saponaria Officinalis

Nom français :       Saponaire officinale - Herbe à savon

Nom anglais :        Soapwort

Famille :               Caryophyllacées

Caractéristiques :   Plante vivace, Zone de rusticité 3, Hauteur 30 à 60 cm - Fleurs Rose pale - Floraison de juillet à septembre. Plante envahissante.

Exigences de culture : Plein soleil ou ombre légère. Sol bien drainé. Distance de plantation 60 CM On la trouve souvent en bord de route et buissons, au bort de l'eau.

Propagation : Semence et division. Une souche souterraine rampante d'où poussent des tiges dressées qui portent des feuilles vert foncé et des cymes terminales de 5 à 7 fleurs.

Utilisation ; médicinale, Ornementale, Cosmétique.

Parties utilisées : les feuilles.

La Saponaire est indigène de l'Asie de l'Ouest mais on la retrouve maintenant naturalisée en Amérique du Nord. La saponaire doit son nom à la mousse produite par ses feuilles et ses racines froissées dans l'eau qui était employées (pour laver les tissus âgés et déiicat comme la laine et la soie) comme un savon. C'est la saponine que contient la plante qui fait la mousse.

Autrefois les gens l'utilisaient pour certains applications mais c'est un purgatif très fort et maintenant elle est considérée comme toxique. Elle est cependant utilisée extérieurement pour traiter les irritations cutanées, l'acné et l'eczéma.

 

Posté par Une jarlandine à 10:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
31 juillet 2013

la 14ème Edition de la Fête médiévale à VOLONNE a tenu toutes ses promesses : Une réussite indéniable.

Un temps splendide tout le week-end dernier, même s'il a fait très chaud : on ne va pas se plaindre. L'orage a attendu la nuit pour éclater. Les Spectateurs n'ont pas boudé cette manifestation bien au contraire. Beaucoup de monde Samedi soir pour cette nuit d'été enflammée. Commerçants et villageois ont tous joué le jeu;  tout le petit village de Volonne a renoué avec son passé le temps d'un week-end.

Dimanche également beaucoup de visiteurs ont déambulé dans les rues. Pour ma part, je n'ai pas pu voir les spectacles, car c'était jour de grande bugade au Lavoir mais cela a été un plaisir pour moi de les accueillir au Lavoir. Les différents groupes ont quand même défilé dans les rues de village, ce qui m'a permis de prendre quelques photos lors de leur passage A noter de grès beaux costumes portés médiévaux.

Ci-dessous, Monsieur le Maire avec son épouse entouré de deux de ses adjointes et de la Présidente de "Volonne Initiatives".

Les organisateurs

 

bugade à Volonne médiévales 2013 008

un couple de jarlandins venus en voisins :

De très beaux costumes

Défilé des groupes

La roupe l'Armée des Maures

Ci-dessous, nous reconnaissons les Gueux de volonne :

Les gueux de Volonne

bugade à Volonne médiévales 2013 007

Posté par Une jarlandine à 19:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
27 juillet 2013

Le grande Fête médiévale à VOLONNE, c'est ce week-end. Le Spectacle de la troupe de l'Armée des Maures, c'est ce soir.

Nous vous attendons nombreux à VOLONNE. Voici l'article paru dans la presse ce matin. Pour ma part, je vous donne rendez-vous au Lavoir demain où ce sera le jour de Grande lessive à l'ancienne.

ScannedImage-8

ScannedImage-7


26 juin 2013

ARTISTES EN LIBERTE 2013, c'est bientôt. A noter dans votre agenda .....

ScannedImage-3

Une trentaine d'artistes : peintres, sculpteurs, céramistes, venus du département mais aussi des départements voisins exposeront leurs oeuvres.

Entrée libre

Posté par Une jarlandine à 20:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
03 avril 2013

L'apprentissage de la dentelle aux fuseaux ....... au siècle dernier

Pour toutes mes amies apprenties dentellières d'aujourd'hui, je vous invite à consulter un blog que je viens de découvrir. Cliquer sur le lien ci-dessous :

http://dentelle-et-papillon.over-blog.com/article-o-la-belle-vie-de-l-apprentie-dentelliere-58560171.html

J'attends vos commentaires. Bonne journée à toutes.

Posté par Une jarlandine à 11:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
30 mars 2013

Coiffe paysanne médiévale :

 

Modèle de découpe identique à la coiffe plate du costume provençal mais avec les côtés un peu plus longs :

demi patron de ma coiffe médiévale - tissu double

coiffe plate

 Voici mon travail fini :

coiffe médiévale (paysanne)

 

 

N'est-ce pas un bon compromis entre les deux modèles ci-dessous trouvés sur Inter net ???? : J'attends vos commentaires.

 Bonnet-Greta[1]coiffe paysanne médiévale

Posté par Une jarlandine à 13:19 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :
15 mars 2013

A.G. de l'Association Volonne Initiatives : Mardi 19 mars 2013 à 20 H 30

Si vous voulez découvrir cette association, vous êtes les bienvenus à son A.G. L'ambiance y est fort sympathique et comme toutes les associations, nous avons besoin de volontaires bénévoles, notamment pour préparer la Fête Médiévale du 28 juillet.

Par ailleurs l'atelier du Mercredi est ouvert à toutes les "Fées main" qui veulent s'exprimer ou apprendre : broderies diverses, boutis, tricot, crochet et dentelle aux fuseaux. On s'aide mutuellement sans se prendre la tête, c'est génial .....

130315100847_0001

76072887[1]

Posté par Une jarlandine à 10:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 mars 2013

LA BUGADE à l'époque Médiévale ??? à la rivière et des cendres pour laver le linge.

LA NAISSANCE DES LAVOIRS :

Dans les campagnes autrefois, pas de lave-linge à faire tourner quotidiennement : la lessive, on la faisait deux fois par an au grand maximum. C'était alors une affaire collective, très ritualisée, et tout le village se donnait rendez-vous au lavoir. Tout le village ? Pas tout à fait, car la lessive était, comme cela devait être le cas pour longtemps, une tâche entièrement dévolue aux femmes.

La rareté des lessives ne doit pas vous laisser imaginer que nos aieux étaient tous des pouilleux portant la même chemise toute l'année ! Car dès que les villages se sont arrachés à la misère noire de l'époque féodale, le linge a commencé à s'accumuler dans leurs malles et leurs armoires.

C'est que les vêtements que portaient nos grands-pères et nos grands-mères étaient "increvables". Une robe ou une chemise se transmettait de mère en fille et de père en fils.

Abram_Jefimowitsch_Archipow_003[1]

Tout le contraire de la frénésie de consommation de vêtements qui prévaut aujourd'hui, encouragée par la créativité des couturiers et les va-et-vient de la mode. Dans le trousseau des jeunes mariés, quelques vêtements neufs taillés dans des étoffes rustiques mais inaltérables, leur dureraient toute une vie.

Et leurs enfants en hériteraient. C'est pourquoi au fil des générations, les stocks de linge d'une famille devenaient énormes. Tout au long de l'année, on laissait donc le linge s'accumuler au grenier.

Et le jour du lavoir, souvent un jour de printemps ou de la fin de l'été, par un climat sec et doux, c'étaient des dizaines de kilos de linge que les mères de famille s'en allaient  battre au lavoir, en groupe et en chanson.

La lessive que l'on appelle aussi la bue, la bugade chez nous, peut occuper trois journées entières de nos grands-mères. Le linge est d'abord entassé dans une grande cuve qu'on appelle cuvier. Parfois mélangé à des plantes aromatiques, il est recouvert d'un linceul sur lequel on étale un lit de cendres. Le fait de verser de l'eau bouillante sur ces cendres crée un phénomène de saponification.

 

Le linge repose ensuite dans son cuvier jusqu'au lendemain. Il est alors conduit à la rivière ou au lavoir, où les femmes le battent à bout de bras, opération longue et épuisante rendue joyeuse par les conversations, les commérages et les rires qui l'accompagnent.

Ce n'est que le troisième jour que le linge est étendu, souvent à même l'herbe d'un pré. Là, il est encore arrosé, puis il sèche tranquillement avant de réintégrer les armoires familiales.

Mais avant le lavoir ??? Quand est né le lavoir ???

A l'époque moyennageuse les lavoirs n'étaient pas encore là. Longtemps la lessive s'est faite sur une pierre inclinée ou une simple planche et sans abri au bord de la rivière ou au bord de l'étang, ou à la fontaine, quand elle existe.

Abram_Jefimowitsch_Archipow_002[1]

Les femmes vont laver leur linge à la rivière, à la fontaine ou à la marre communale. Les invonvénients sont évidents : les habitants qui viennent s'approvisionner en eau pour leurs tâches domestiques y trouvent une eau souillée par les savons et les saletés.

Il apparaît nécessaire de supprimer au plus vite ces causes d'infection. l'édification de lavoirs s'impose. Par ailleurs, la propreté du corps devient un impératif et celle du vêtement aussi. Le linge peut véhiculer des germes malsains.

L'eau devient l'objet d'une attention accrue. Sa pureté devient un impératif.

La création des lavoirs résulte ainsi d'une prise de conscience collective de l'importance de la sabubrité publique et des principes élémentaires d'hygiène. Choléra, variole et typhoïde meurtrissent le XIXème siècle.

La loi du 3 février 1851 vote un crédit spécial pour subventionner à hauteur de 30 % la construction des lavoirs.

L'Assemblée législative vote un crédit de 600 000 F le 3 décembre 1851 sous Napoléon III, pour la construction de lavoirs publics.

Les travaux étaient mis alors en adjudication sur rabais à la chandelle, d'où une certaine similitude de conception et de matériaux.

Dans certaines communes les femmes utilisaient les lavoirs gratuitement, dans d'autres communes, elles devaient payer un droit.

On constate effectivement que c'est après 1850 que ces lavoirs firent vraiment et partout leur apparition, les lavoirs tels que nous les connaissons : aménagés, couverts, transformés en bâtiments fonctionnels et considérés comme indispensables à la vie de la cité en facilitant un tant soit peu le travail des lavandières.

Certains confèrent au lavoir l'allure d'un petit temple où s'incarne la part des lavandières elles-mêmes dont la tâche répétitive et souvent épuisante se trouve valorisée, presque sacralisée par un édifice remarquable.

Autrefois, il y avait au moins un lavoir par village ou hameau et l'on pouvait estimer l'importance du village au nombre de lavoirs qu'il possédait.

LE LAVOIR AGORA : (Où le Parlement des Femmes)

Le lavoir est un lieu éminemment social dans chaque village. C'est l'endroit où les femmes se retrouvaient (non plus deux fois par an.... progrès oblige) mais une fois par semaine ou plus et où l'on échangeait les nouvelles du village, voire de la région .... On y chantait.

Sources : Dans la peau de nos ancêtres de Guy Solenn (petites histoires insolites de la vie quotidienne)

internet : Histoire des Lavoirs

Illustrattions prises sur WIKIPEDIA

 

420px-Honoré_Daumier_016[1]

 

Posté par Une jarlandine à 10:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :