31 juillet 2013

la 14ème Edition de la Fête médiévale à VOLONNE a tenu toutes ses promesses : Une réussite indéniable.

Un temps splendide tout le week-end dernier, même s'il a fait très chaud : on ne va pas se plaindre. L'orage a attendu la nuit pour éclater. Les Spectateurs n'ont pas boudé cette manifestation bien au contraire. Beaucoup de monde Samedi soir pour cette nuit d'été enflammée. Commerçants et villageois ont tous joué le jeu;  tout le petit village de Volonne a renoué avec son passé le temps d'un week-end.

Dimanche également beaucoup de visiteurs ont déambulé dans les rues. Pour ma part, je n'ai pas pu voir les spectacles, car c'était jour de grande bugade au Lavoir mais cela a été un plaisir pour moi de les accueillir au Lavoir. Les différents groupes ont quand même défilé dans les rues de village, ce qui m'a permis de prendre quelques photos lors de leur passage A noter de grès beaux costumes portés médiévaux.

Ci-dessous, Monsieur le Maire avec son épouse entouré de deux de ses adjointes et de la Présidente de "Volonne Initiatives".

Les organisateurs

 

bugade à Volonne médiévales 2013 008

un couple de jarlandins venus en voisins :

De très beaux costumes

Défilé des groupes

La roupe l'Armée des Maures

Ci-dessous, nous reconnaissons les Gueux de volonne :

Les gueux de Volonne

bugade à Volonne médiévales 2013 007

Posté par Une jarlandine à 19:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

Mes lectures de l'été ...

Farniente au bord de la piscine, j'aime me plonger dans une belle histoire.

Si vous ne l'avez pas lu, je vous conseille fortement ce roman, en deux voulumes, qui se déroule dans une petite ville médiévale de la Drôme : Romans à la fin du second Empire. En plus d'une histoire d'amour, vous y découvrirez le monde de la tannerie et la chaussure d'un côté, et celui du feutre et du chapeau de l'autre.

BAL AU PALAIS DARELLI

de Janine MONTUPET

Edition V.D.B.

1870 : Adélaïde et Donatienne sont ouvrières dans deux petites villes juumelles, Roman et Bourg-de-Péage, liées par deux traditions : la fabrication des chaussures pour l'une, des chapeaux pour l'autre. Au fil des saisons du cuir et du feutre alternées, les deux soeurs ont appris, dès l'enfance, à travailler de l'un ou l'autre côté de l'Isère.

Mais à l'âge où l'on découvre l'amour, elles s'éprennent toutes deux du même homme : Calixte ROYER, bottier visionnaire et génial précurseur dans l'industrie de la chaussure.

Dans ce conflit Adélaïde l'emporte et épouse Calixte, que Donatienne ne cessera d'adorer toute sa vie, tout en se résigannt à une union raisonnable avec un maître chapelier.

1948 , Au soir de leur vie, à Venise, où les conduit le déroulement fabuleux de leurs destinées, Adélaîde et Donatienne font le bilan de leur passion exclusive et partagée : laquelle de ces deux femmes a été réallement aimée par le seul homme qui a vraiment compté dans leur vie ?

 

 

Posté par Une jarlandine à 09:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 juillet 2013

Le grande Fête médiévale à VOLONNE, c'est ce week-end. Le Spectacle de la troupe de l'Armée des Maures, c'est ce soir.

Nous vous attendons nombreux à VOLONNE. Voici l'article paru dans la presse ce matin. Pour ma part, je vous donne rendez-vous au Lavoir demain où ce sera le jour de Grande lessive à l'ancienne.

ScannedImage-8

ScannedImage-7

Le premier stage juillet 2013 a pris fin .....

Ce n'est qu'un aurevoir ....! Le stage culturel (des plus jeunes) organisé par l'Association Joie et Soleil est terminé. Place au second stage.

Ces enfants sont repartis avec plein de souvenirs et riches de nouvelles expériences après les 15 jours de vie de groupe passés au Centre de Vacances à Chauffayer dans le Champsaur. A en juger leurs mines rayonnantes, ils ne se sont pas ennuyés, mais, au contraire, se sont "éclatés" et ils en redemandent. Rendez-vous est pris pour l'année prochaine.

Ci-dessous photos :  Départ en car de Saint-Auban. et repas de fin de stage en présence de Monsieur le Maire et quelques uns de ses adjoints, fidèles de "CHAUFF", ayant été eux mêmes "colons" quand ils étaint enfants. Une bonne école de l'apprentissage de la vie en communauté, hors contexte scolaire.......!

1ER STAGE JUILLET 2013 Les plus petits

 Ci-dessous, article paru dans la presse de ce matin : Le deuxième stage vient d'arriver au centre. Comme vous pouvez le lire, il reste encore quelques places pour le 3ème stage.

ScannedImage-9

26 juillet 2013

VIVE LES VACANCES ! mais c'est toujours trop court .....

Une petite coupure avec le train train quotidien, fait toujours du bien... il est bon de temps en temps d'un peu se "déconnecter"... C'est ce que nous avons fait la semaine dernière, quelques jours sur la commune du Castellet dans le Var, à une encablure de la mer, des plages de Bandol et de St-Cyr-sur-mer....avec nos petites filles, ravies de ces vacances : ... que l'eau était bonne......!

LA MER

Après la plage, des moments de farniente bercés par le chant des cigales .....

LES CIGALES

moment de détente

En fin d'après-midi découverte des villages voisins :

 

VIVE LES VACANCES

La Cadière d'Azur

Ci-dessous le Village médiéval du Castellet avec de très jolies petites boutiques artisanales :

Le Castellet

Mais aussi promenades dans le vignoble provençal : découvertes des Domaines, Caves et Châteaux et dégustation des vins de Bandol.

Les gens de Bandol ont su au fil des siècles, se bâtir un vignoble à l'image de leur courage et de leur talent : ces restanques (terrassses de pierres sèches) qui retiennent la terre sur les flancs des collines. Chez eux, tout le travail se fait "à la main", les caractéristiques de leur environnement bannissant la machine à vandanger par exemple.

Cette terre bénificie également d'un micro climat exceptionnel : 3000 heures de soleil, un sol pierreux, le mistral et la brise marine qui tempèrent la chaleur permettant au Mourvèdre, cépage "ROI" de ce terroir, d'exprimer toutes ses qualités.

Une tradition née du terroir :

Tout en s'éntégrant au vignoble provençal, le "Terroir Bandol" en est le plus beau joyau depuis des siècles. les caractères originaux de ces vins les ont fait entrer dans la famille des grands vins d'Appellation d'Origine Controlée dès 1941, c'est à dire pratiquement à la naissance de l'Institut National des Appellations d'origine controlée.

..."Pour dire vrai, le Sud-Est représente une telle diversité de robes et de Bouquets qu'il est vraiment dificile de les résumer en quelques mots ... Il y a bien sûr des rouges puissants et corsés, avec une solidité bien charpentée, mais aussi des Merlot plus en rondeur, épicés, des rosés et des blancs particulièrement fruités, tout en finesse aux notes florales et fraîches ..;" Didier, oenologue.

Découverte de la CADIERENNE, créée en 1929, sur la D 66,

 où nous avons acheté quelques bouteilles :

VINS DE BANDOL

Pour les amateurs qui seraient intéressés, voir leur site :

www.cadierenne.com

Me voilà de retour, déjà ..... je pense déjà à notre prochaine escapade,

mais pour l'heure, je vais de ce pas dans ma piscine, l'eau est à 28°, un régal.

BON ETE A VOUS TOUS

 

 

 


13 juillet 2013

Une très belle exposition de Vêtements de Baptême réalisée par le groupe floklorique "Lei Feilloue d'Auresoun"

Je ne pouvais manquer d'aller voir l'exposition qu'ont réalisée mes amies les Fileuses d'Oraison. Ayant a faire à des passionnées, je savais par avence que je ne serais pas déçue. Je suis donc allée, cet après-midi, me promener jusqu'à ORAISON, une petite ville à la campagne, très acceuillante, ne serait-ce que par les fleurs qui ornent la place et les peties boutiques très achalandées.

EX¨PO BAPTEME LES FILEUSES 015

Vous ne pouvez manquer l'expo, le local des Fileuses, se trouve sur la place.

EX¨PO BAPTEME LES FILEUSES 012

EX¨PO BAPTEME LES FILEUSES 001

expo robe de Baptême 1

expo robe de Baptême 2

expo robe de Baptême 3

EX¨PO BAPTEME LES FILEUSES 002

De magnifiques pièces, très anciennes.

 

EX¨PO BAPTEME LES FILEUSES 13

EX¨PO BAPTEME LES FILEUSES 004

EX¨PO BAPTEME LES FILEUSES 3

Qu'ils étaient beaux tous ces bébés .... Les absents ont eu tord.

Bon dimanche à tous.

12 juillet 2013

UN MAS EN PROVENCE .......!

54418547[1]

Ne gaspille pas ton temps,
c'est un cadeau de Dieu.
Ne passe pas ton temps
à courir après le temps.
Prends ton temps.
Ne dis pas : je n'ai pas le temps.
Dis plutôt : j'ai tout mon temps.
Ne sois pas avare de ton temps.
Donne de ton temps aux autres
comme Dieu te le donne à toi.
Ne cours pas tout le temps,
prends ton temps.
Et laisse au temps
le temps
de faire son temps.

Alors, tu gagneras du temps.
Et tu découvriras
que c'est beau et bon le temps,
que c'est plein de Dieu dedans.

Jules Beaulac

 

Un peu pressée par mon temps....

Je voulais vous embrasser doucement...

Une jolie fin de semaine @ vous ♥

A travers ce message, je voudrais vous enmener visiter un blog que je viens de découvrir, et qui j'en suis sûre, vous donnera envie de venir nous rendre visite en Provence. Vous y retrouverez ce poême sur le temps ......

 Certaines rêvent d'avoir un mas en Provence et pour d'autres, et bien c'est une réalité .....

http://masenprovence.canalblog.com

BONNE VISITE ....

 

 

10 juillet 2013

Trois petits points, et trois petits pots..... pour une naissance.

Ma petite voisine Natacha vient d'avoir une petite fille Caroline qui est née à la fin du mois de juin, Mois des papillons ........ Voici le petit présent que j'ai préparé pour fêter cette nouvelle :

des petits pots brodés 001

Petit cadeau de voisinage fait main qui a été trés apprécié par la jeune maman. Les pots ont trouvé leur place sur une étagère de la chambre de bébé.

09 juillet 2013

Les métiers d'autrefois : Charbonnier ...

Dans son dernier message mon amie Nadine de "Passion Provence" parle des Charbonniers des Hautes-Alpes. vous pouvez accéder à son texte en cliquant sur le lien ci-dessous.

http://www.passionprovence.org/archives/2013/07/08/27595739.html#utm_medium=email&utm source=notification&utm_campaign=passionprovence

ce post a retenu toute mon attention, car en effet, il y avait beaucoup de charbonniers en Haute Provence.

De nombreux charbonniers vivaient dispersés sur tout le territoire de la Montagne de Lure, des immigrés Piémontais habitaient, hiver comme été, des cabanes ou des jas (cabanes de bergers en pierre) abandonnés, dans des conditons de vie extrèmement difficiles. La production de charbon de bois constituait alors une activité très importante pour l'industrie et les particuliers.

C'est parmi ces charbonniers de Lure que Pierre Magnan situe au XIXème siècle le cadre de son roman Les charbonniers de la mort.

En complément à l'article de Nadine, je vous rapporte, ci-dessous, le témoignage du dernier charbonnier de la Montagne de Lure, juste à côté de chez moi. Article relevé dans La Provence.

 

Le dernier charbonnier de Lure

A 88 ans, Second Usseglio se souvient du froid, de la guerre et du travail pénible dans la montagne

Je suis né en Italie par accident…" Ce petit bonhomme tout en rondeurs respire la joie de vivre. À 88 ans, Second Usseglio évoque sa naissance du côté du Piémont dans la province de Turin. "En fait, ma mère qui était enceinte, a dû se rendre au chevet de la sienne, très malade, en Italie. Je suis donc né là-bas, et j'en ai souffert."

Alors que ses autres frères et soeurs, nés en France eux, ont la nationalité française, le petit Second, qui est entré sur notre territoire à l'âge de 6 mois, est italien, donc considéré comme un émigré. Et ce n'est pas une sinécure à l'époque d'être un "macaroni" ou un "rital", un mot devant lequel on ajoute presque toujours un adjectif peu amène. "En 1936, à l'époque du Front populaire, les instituteurs apprenaient le tir aux élèves. Mon frère y allait mais moi, je n'y avais pas droit car j'étais étranger…"

Dans une cabane

Le père de Second Usseglio va vite se retrouver veuf et doit subvenir, seul, aux besoins de ses trois enfants en bas âge. Toute la famille habitera donc sur son lieu de travail soit dans la montagne de Lure puisqu'il est charbonnier. "C'était une cabane en bois que mon père avait construite et nous y vivions tous ensemble" se souvient Second qui poursuit : "nous y restions depuis la fin de l'hiver jusqu'à l'automne avancé avant de redescendre au village de Saint-Etienne- les-Orgues."

Trois heures de marche

C'est donc à pied, soit 3 heures de marche aller-retour, que les enfants se rendaient à l'école chaque jour. "À midi, on avait notre musette et on mangeait dans la cour ou dans les couloirs de l'école. On avait du pain, on n'en manquait pas mais on avait pas souvent quelque chose pour l'accompagner." Après le certificat d'études Second Usseglio n'est plus retourné en classe, il a aidé son père comme il le faisait depuis l'âge de 7 ans. Il fallait bien faire "bouillir la marmite".

Charbonnier à temps complet à un peu plus de 13 ans, Second Usseglio abat les arbres comme un grand pour fabriquer le charbon de bois qu'utilisaient les riches dans les chaufferettes afin de tempérer leurs lits douillets.

Et il fallait avoir du répondant dans les bras lorsqu'on sait qu'il fallait quelque 250 stères de bois pour dresser une charbonnière. Second se blessera gravement à trois reprises avec la hache et la courbure du dos qui est la sienne à 88 ans, en dit long sur la pénibilité de ce travail de forçat.

Pendant la guerre, Second Usseglio a été envoyé dans un Service de travail obligatoire (STO) dans le Nord de la France d'où il s'est échappé.

Et c'est tout naturellement dans la montagne de Lure qu'il va se réfugier et se cacher, une montagne toujours accueillante, même avec 60 cm de neige. "J'ai arrêté de faire du bois après 1945 et j'ai appris un métier, celui de boucher charcutier. Mais à l'époque, pour apprendre un métier, il fallait payer. Pendant deux ans j'ai travaillé gratuitement chez un boucher qui, en guise de salaire, me logeait et me nourrissait…"

Second a finalement été naturalisé Français, puis a ouvert sa propre boucherie à Ménerbes dans le Vaucluse. Une boucherie qu'il a gardée durant 34 ans avant de prendre sa retraite à Saint-Etienne-les-Orgues, le pays de son enfance.

Si daventure vous croisez son regard espiègle et rieur au bar du village où il boit son café tous les matins en lisant son journal, insistez un peu...

Il vous parlera peut-être de sa montagne aujourd'hui si proche et toujours chère à son coeur au sommet de laquelle sont enfouis tant de souvenirs. Et peut-être aussi de cette époque incroyablement rude où un gamin de moins de dix ans n'avait pas d'autre choix que celui d'aller, avec son père, au charbon.

Par Roberto Figaroli ( rfigaroli@laprovence-presse.fr )
 

Posté par Une jarlandine à 10:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,