LE CHATEAU DE CHATEAU-ARNOUX

le_ch_teauDans mon message du 7 mai 2009, je vous présentais le Château de Château-Arnoux à l'aide d'un article réalisé par l'Office de Tourisme, aujourd'hui, je vais vous en parler un peu plus longuement. Ce sont des renseignements que vous pourrez retrouver dans les Annales de Haute-Provence - Bulletin de la Société Scientifique et Littéraire sur Château-Arnoux N° 303.

Le château de Château-Arnoux,

a été construit au début du XVIème siècle

par Pierre de Glandevès.

On n'en possède pas de documents iconographiques, sauf quelques cartes postales anciennes datant de la fin du XIXème siècle. On ne sait pas comment étaient les gâbles des fenêtres situées juste sous la toiture, ni pourquoi ceux-ci ont été supprimés. Certains auteurs ont cru que c'est à la Révolution que le haut des fenêtres supèrieures a été arrasé.

Le château fut acheté par la Commmune de Château-Arnoux en 1947. La Mairie fut installée au 1er étage et le rez-de-chaussée devint un restaurant. La Mairie s'étendit en 1979, occupant l'ensemble du bâtiment.

Le_chateau_1Le Château a une partie centrale rectangulaire, flanquée de cinq tours : deux tours rondes à l'Ouest, deux tours carrées à l'Est ; une cinquième tour sur la façade Est abrite un grand escalier hélicoïdal. Le corps principal se compose d'un rez-de-chaussée sur caves, surmonté de quatre niveaux. Les tours sont à la même hauteur que le corps principal. Les façades comportent deux types de fenêtres : des fenêtres du XVIème siècle (avec meneaux, traverses et encadrement supérieur s'arrêtant sur deux culots armoriés ; les fenêtres supérieures de ce type étaient couronnées d'un gâble supprimé ultérieurement)) ; des fenêtres rectangulaires en hauteur du type XIXème siècle. Le parement extérieur était en pierre largement rejointé ave des traces nombreuses d'anciennes meurtrières et de bouches à canon.

Seule la tour hexagonale est classé depuis le  28 novembre 1969, les façades et toitures sont inscrites à l'Inventaire supplémentaire des Monuments historiques depuis le 1er décembre 1969.

En 1971, c'est la façade Ouest qui a été restaurée ..... car au cours des temps, la façade s'était peu à peu dégradée.

LES OUVERTURES :

On peut constater d'abord que ce château a de très nombreux type d'ouvertures.

Les ouvertures défensives d'abord : des meurtrières en forme de croix sur les quatre tours rondes et carrées. De telles sarchères canonnières à croisillons étaient d'un emploi fréquent à la fin du XIVe et au cours du XVe s.

Des bouches à feu rectangulaires sur la tour hexagonale et sur les autres tours.

Des fenêtes ensuite :

LE_CHATEAU_4Fenêtres à meneaux du XVIème siècle avec des culs-de-lampe armoriés et des gâbles arasés depuis aux fenêtres supérieures.

Le seul couronnement authentique resté en place est celui de la fenêtre haute de la tour circulaire de la façade Sud. La coquille Saint-Jacques qui l'orne lui a sans doute porté bonheur.

EXTERIEUR_2

Il existe aussi une fenêtre, XVIème siècle, dont l'ouverture a été transformée en entrée de pigeonnier, marquant ainsi le côté rural de cette demeure seigneuriale.

EnfEXTERIEUR_1in des fenêtres à meneaux sans moulures et des fenêtres en hauteur du XIXème siècle.

LA TOUR HEXAGONALE

le_chateau_3

La tour hexagonale, à droite sur la photo ci-contre, qui contient le remarquable escalier à vis, a été construite après le bâtiment central : elle est plaquée contre la façade Est et cache en partie la vue d'une magnifique fenêtre à meneau qui éclaire la grande salle du 1er Etage.

Cette salle possède un plafond à la française.

Pendant le chantier, le décroûtage de la façade a permis de retrouver une porte condamnée, bien dessinée, ornée de moulure du XVIème siècle et qui donne dans le vide au 1er Etage. Cette porte à été rouverte et close par une vitre Sécurit.

Outre la sculpture intérieure de l'escalier que chacun peut admirer, il faut regarder extérieurement, en partie supérieure, de petites sculptures, en particulier une tête de lion et observer des restes de corbeaux en pierre destinés vraisemblablement à soutenir des hourds. Il s'agit donc d'un système de défense habituellement antérieur eu XVIème siècle.

LES SCULPTURES :

Outre les sculptures intérieures de l'escalier et les culots sulptés, dont nous avons vu que seuls cinq d'entre eux sont d'origine, il faut noter la sculpture des gargouilles dont l'une est déposée dans l'escalier, les autres sont mutilées, mais elles méritent qu'on les observe attentivement.

En restaurant la fenêtre du 3ème étage située à droite de la tour Exagonale, on a découvert que le bandeau formant appui de fenêtre, était constitué par un élément d'une belle moulure sculptée réutilisée. L'appui a été refait avec une pierre neuve et l'élément de sculpture a été déposé pour être présenté à l'intérieur du château. ...........

Le système de défense de ce château semblerait dater du XVème siècle avec ses meurtrières bouchées par la suite, ses bouches à feu et ses corbeaux destinées à porter des Hourds. Pierre de Glandevès aurai-il construit ce château, ou n'aurait-il pas modifié profondément un bâtiment antérieur ?

Une autre question se pose également, c'est celle de savoir d'où provient la frise sculptée trouvée dans l'appui de fenêtre ? Il semble qu'il y ait eu un décor beaucoup plus riche que ce que nous voyons actuellement.                     (Jean-Pierre Ehrmann)

L'ESCALIER DU CHATEAU

12

La Salle d'Honneur

Salle_des_mariages

Jen-Pierre Ehrman dans son propos a présenté le château, selon lui du reste, construit en deux temps, ce qui n'est pas admis de tous.

Nous parlerons donc que de l'escalier qui en est, avec la salle d'honneur tendue de boiseries au XVIIIème siècle, la partie la plus intéressante et la plus singulière par son admiralble décoration.

L'escalier, qui dessert les étages de la grande demeure, s'inscrit dans une tour polygonale élevée en saillie contre la façade Est. Des couvertures moulurées l'éclairent sans faire oublier les archères horizontales qui en pouvaient défendre l'accés. Cette décoration extérieure ne retiendrait pas autrement l'attention, mais, la porte franchie, l'escalier dépploie sa vis parfaite où court sur le noyau une branche sans fin. ET là encore tout serait simple sinon banal, si des écoinçons ne venaient dans l'ascension fleurir son architecture et rythmer la montée.

4

Et quels écoinçons !

Seize en tout, oeuvrés dans un calcaire blond à grain fin. Ils offrent des bustes d'hommes et de femmes dont chacun porte une manière d'élégant cartel pour bien dire qui ils sont

Montez et contemplez. Voici tour à tour :

- Lucrèce ("Lucrecia chasta", dit le cartel) qui se tua parce qu'outragée par Tarquin.

- Un buste viril se présente à la suite, vêtu à l'antique, dont le cartel mutilé ne dévoile pas l'identité.

- Vient un enfant vêtu d'un ample manteau ou chlamyde attaché sur l'épaule, taillé lui dans un matériau rugueux.

- Un buste affreusement mutilé lui succède.

- Mais voici Hannibal !

Ici, rêvez un peu au "chef borgne monté sur l'éléphant Gétule". Et surgiront l'Espagne la Gaule et les Alpes traversées dans les premières neiges d'octobre par un col resté mystérieux. ET surgirent la Trébie, Trasimène et Cannes, toute une gloire anéantie à Capoue ...

- Voici Cassandre (d'une si belle venue), l'incrédible Cassandre, belle et pleureuse, dont nul ne croyait les prédictions.

- Voilà Hercule, le fils de Jupiter et d'Alcmène, l'homme dieu des Travaux.

- Polyxène, aimée d'Achille.

- Orphée, (le plus noble émoinçon), le fis d'Apollon et de Chio, Entendez-vous sa lyre pleurant la perte d'Eurydice ?

- Voici la nymphe Pegasis (d'une incomparable venue) mais dont nul ne nous dit qui elle était.

- Pâris à qui les bergers qui l'élevèrent donnèrent le nom d'Alexandre (ainsi parle le cartel), fils de Priam, qui enleva Hélène et déchaîna la Guerre de Troie.

- La nymphe Epérie, comme Pegasis, garde son secret (ces gens du XVIe siècle savaient bien des choses perdues depuis, semble-t'il)

- Anthénor est lui bien réel. Accusé de trahison après la chute de Troie, il aborda en Italie et fonda Padoue si nous avons bonne mémoire.

- La nymphe Thétis, fille de Nérée et mère d'Achille. (Et comment ici, ne pas songer au tableau d'Ingres, à Aix la presque voisine !).

- Achille fait suite naturelle, fils de Thétis et de Pélée, qui périt par sa cheville que ne toucha point l'eau du Styx.

- Enfin voilà Judith, cette héroîne juive qui trancha la tête d'Holopherne.

Vous êtes au terme de la montée et l'escalier, soudain, s'épanouit en une corolle comme s'ouvre une fleur.

C'est beau et d'une venue admirable mais de plusieurs mains, dont une est celle d'un grand sculpteur, italien, peut être, certains de ces bustes (Orphée, Polyxène, Pâris) évoquant de grandes oeuvres toscanes.

Et à travers ces personnages qui appartiennent à la guerre, à Rome, à la Grèce, à la Bible et aux légendes troyennes, en filigrane, s'avoue Pierre de Glandevès qui a dicté la décoration, l'a choisie, ordonnée. Il y a là ses ambitions, ses rêves, ses héros, sa culture. Il y a là le soldat et le poête, l'homme d'action et le rêveur, en un mot l'homme de son temps à la charnière du passé et de la pensée moderne.

Or descendant le bel escalier, sur le seuil qui livre la salle d'honneur du château, Pierrre de Galndevès vous attend.

Il est devant vous avec son épouse au coeur du bas-relief qui couronne la porte.

Cette derniière est un grand morceau ouvragé du même calcaire que les écoinçons. Les pieds-droits cannelés sont couronnés de chapîteaux qui portent le linteau ciselé. Au-dessus règne le bas-relief dans un cadre fleuri de motifs renaissance.

Les bustes de Pierre de Glandevès et de Madeleine de Villemus, véritables portraits à n'en pas douter, se font face. Pierre porte un casque et une cuirasse richement ornée. Madeleine est parée d'une coiffure faite de feuilles et de perles. Sa robe plissée est toute broderie.

Cependant qu'au-dessus d'un entablement, et dominant la porte, se lisent, soutenues par des dauphins et des lions, les armes qu'avaient voulues Pierre de Glandevès en hommage à son épouse : l'écartelé de Villemus chargé en coeur du blason des Glandevès-Faucon.

Ayant longuement contemplé la porte et sa décoration raffinée, vous penserez comme nous qu'il rayonne des portraits plus qu'un contentement, plus qu'un légitime orgueil, l'affirmation d'une puissance sûre et sereine.

Dès lors, entrez dans la salle d'honneur comme le faisaient vers 1520, les hôtes de Pierre de Glandevès et de Madeleine de Villemus.

Ils vous attendent !                                                                                                                                 Pierre COLOMB

3

Posté par Une jarlandine à 11:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 mai 2010

Céramiques et Faîences de Provence suite

Suite à mon message du 12 MAI, je vous montre le pigeonnier fini et la fontaine avec la façade terminée. L'un et l'autre rendent très bien et me plaisent beaucoup. Bravo à mon artiste de mari. Je tiens à vous préciser que ce n'est pas du tout un professionnel ! alors Mesdames, dressez vos plans et mettez vos maris au Travail ..... !!!!! Envoyez-moi vos chefs-d'oeuvres.

fontaine

PigeonnierPigeonnier_2

Posté par Une jarlandine à 21:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
13 mai 2010

CADEAU DU JOUR :

Un dessus de lit de grand-mère : cadeau d'une amie âgée qui "débarasse" ses armoires. Il est en trés bon état. Une pure merveille. Cela représente quelques coups de crochet, Ma grand-mère m'en avait fait un pour mon mariage, mais les nombreux lavages en machine ne l'ont pas arrangé. Je l'ai mis dans la chambre d'amis. Qu'en pensez-vous ???

Dessus_de_lit_au_crochet

 

   

Dessus_de_lit_au_crochet_2

Je vous ai mis un gros plan pour voir le détail du motif et la finition de l'angle de ce dessus de lit.

Ci dessous, un deuxième cadeau, c'est en fait un dessus de lit de bébé,

Dessus_de_petit_lit_au_crochet_2

mais il va très bien sur ma petite table

Merci à ces deux amies d'avoir pensé à moi..

Posté par Une jarlandine à 19:31 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

Les "FABRIQUES DE TERRAILLES" à Château-Arnoux au XVIIIe siècle.

Pour faire suite à mon aticle précédent :

La carrière d'Argile de Château-Arnoux

carri_re_d_Argile_4

LES GERLANDINS

Dans le même temps ou Moustiers est célèbre par ses luxueuses faïences, beaucoup plus modestement Château-Arnoux est le premier centre en Haute-Provence pour la fabrication de la vaisselle commune, celle de tous les jours, l'indispensable "Terraille".

Dans une statistique départementale de 1783 Château-Arnoux vient en tête pour cette activité avec huit fabriques devant Peypin qui en possède six et La Palud, près du Verdon qui en a cinq.

Cet artisanat à Château-Arnoux remonte évidemment à une époque plus ancienne et le sujet mériterait des recherches approfondies.

         Mais, en attendant, d'après l'excellent cadastre dressé en 1732 pour la communauté de Château-Arnoux, nous pouvons établir la liste des "potiers à terre" et "fabriques et terrailles" en activité.

Ce sont :

* au quartier de Charge Rosse, dans le Village :

- Gaspart ROUBAUD

- Michel RICARD

- Claude PULVERAIL, mais celui-ci à une date un peu postérieure. Il a donc pu succéder à l'un des précédents.

* au quartier de la Gabelle, en haut du village :

- Jean Gaspart GIRARD

- Pierre BRUNET

- Jean CHAUVET, remplacé un peu après 1732 par Michel CHAUVET.

* et enfin au quartier dit "aquo de Girard" :

- Pierre AUDIBERT

Ce sont donc en 1732 au moins sept artisans qui vivent de cette activité. N'oublions pas en plus, la présence d'une tuilerie au quatier de Champara. Toutefois les tuileries avaient en général une activité saisonnière.

En 1791, on a retrouvé dans les archives : un potier à terre, Marc Antoine HEYRIES qui au cadastre possède une terre de 2009 cannes (4018 m). Pour info : 1 canne = 2 m = 8 pans de 0.25 m.

En 1836, on recense 4 potiers à terre :

- Joseph SANTON 44 ans

- Michel ANDRE 57 ans

- Michel ANDRE 20 ans , fis du précédent.

- J.Joseph ANDRE 32 ans.

Que de cet artisanat, important à CHATEAU-ARNOUX, vienne le surnom de ses habitants voilà qui paraît tout à fait logique.

Ce surnom de "gerlandins" qui tend à devenir "jarlandins" est indiqué par Victor LIEUTAUD, Historien et notaire à Volonne en 1910, dans une longue liste où figurent tous les surnoms des habitants de la plupart des communes du département.

On peut penser qu''en effet, une spécialité des potiers de Château-Arnoux était la jarre, excactement la "gerle".

Cette industrie locale de la poterie disparaît avant la fin du XIXème siècle.

En 1902, il n'y a plus aucune fabrique à Château-Arnoux. Il en reste une seule à Peypin (Bontoux) et à La Pallud (Peisselon)

Le_four___poterie

Vous avez l'explication pourquoi dans la présentation de mon blog, j'ai mis ma petite fille en costume devant une Jarre de Château-Arnoux.

Il existe encore un four à poterie dans une maison du village. La proriétaire a eu la gentillesse de nous le faire découvrir :Un_four_priv__dans_le_village

Quelques poteries anciennes ont été prêtées par les habitants voisins, pour la circonstance le jour de l'inauguration du circuit du "Four au Moulin"

Quelques_poteries

Je pense que ces quelques explications sur les poteries vous auront plues.

C'est certainement parce que je suis "Gerlandine" ou "Jarlandine" que j'apprécie particulièrement les poteries ....

Source : Raymond Moulin Annales de Haute-Provence

  Bulletin sur Château-Arnoux N° 303 et recherches Patrimoine

Posté par Une jarlandine à 16:28 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

12 mai 2010

Céramiques et Faïences en Provence

Poteries_verniss_es

Un art de vivre chaleureux,

aux parfums et aux couleurs ensoleillées......

LES CERAMIQUES PROVENCALES : j'adore

Ce sont des merveilles !!!!!

J'aime leurs couleurs chaudes ....

couleur_jaune_5

Au mois d'avril 2009, dans la catégorie Expositions, je vous parlais des Tarraiettes provençales, aujourd'hui je vais vous parler des "terraio" au sens plus lage.

Le terme provençal "terraio" désigne tout objet fabriqué en terre cuite, du simple pot d'argile à la fine assiette de faïence.

La Provence est le pays de prédilection des potiers, car sa terre et le plus souvent faite d'une belle argile généreuse. On y trouve un peu partout une poterie extrêmement variée.

Dans nos cuisines familliales, chez nous en Provence, on retrouve souvent ces "terrailles" pour l'usage quotidien. Elle sont recouvertes de vernis jaune ou vert que l'on applique après la cuisson. On retrouve la cruche à eau, ventrue avec son goulot et sa anse, la cruche à vin sans col, la cruche à huile (le "douire"), Les plats à gratin qu'on appelle "tians" et les "toupins" pour faire mijoter la daube. le "viro troucho" un plat rond arrondi pour retourner l'omelette. les pots à olives .... Aujourdh'ui toutes ces céramiques utilitaires, sont devenues pour beaucoup de passionnés des objets de décoration. Qui ne connaît pas les céramiques de SALERNES ou de MOUSTIERS ??

La céramique englobe toutes les techniques de terre cuite au feu, c'est à dire les porcelaines, faîences, grès, terres vernissées, tuiles, carreaux ... Faïence, du nom de la ville italienne de Faenza, Je vous en parle ci-dessous avec la faïence de Moustiers

Cette vaiselle traditionnelle, poterie utilitaire et culinaire, vases ...mais aussi tout un courant de céramique artistique se retrouvent das les maisons et les jardins de Provence, témoins d'un savoir-faire ancestral en matière d'ornemantation, reconnaissable entre tous..

Fa_ences_et_poteries

Les trois services à café me viennent de la grand-mère paternelle de mon mari.

En haut à droite pot à olives de ma grand-mère

Au bonheur du créateur :

          Il faut distinguer la faîence fine de la faïence commune (autre nom donné pour la terre cuite). Quant à la terre vernissée, le travail est encore différent car, après le tournage (ou estampage) la pièce reçoit une sorte d'argile kaolinique diluée et blanche avant de pouvoir être décorée et recouverte d'émail.

hors_d_oeuvre

La cuisson se fait généralement à 1000°C mais, pour certains potiers qui souhaitent une décoration particulière, on pratique plusieurs cuissons : première cuisson après la décoration, seconde cuisson après l'émaillage.

On procède encore différemment pour la faïence fine où le biscuit est fait dans un premier four. Puis vient le moment d'émailler avant de poser les motifs. Une seuxième cuisson à 960°C complètera l'ouvrage.

vaseCertaines céramiques comme le grès sont cuites à haute température, soit 1 300°C. La grande époque des céramiques commence dès le XIIIème siècle et l'on peut voir des fours de faïenciers du côté de Marseille, puis en Avignon, un siècle plus tard. La faîence vit ses plus belles heures au moment où Louis XIV exige de ses nobles qu'ils renflouent les caisses du royaume en faisant don à celuici de leur vaisselle d'or et d'argent. Moustiers, Marseille et Apt se répartissent alors l'essentiel de l'ouvrage, rejoints bientôt par Aubagne, Cliouscat et Vallauris qui proposeront ainsi leurs créations particulières. Céramiques jaspées, biches à lair, poteries utilitaires, vases et carreaux ou tomettes, la diversité est grande.      

La faïence de Moustiers (04) 

Capitale de la faïence, Moustiers est un village d'une beauté un peu sauvage grâce aux Gorges du Verdon, imposantes et colorées de rouge et or, les bois, l'eau, une terre fine et pure, tout est rassemblé pour faire de ce lieu le creuset de la tradition artisanale. Tout commence avec Pierre 1er Clérissy qui, en 1668, obtient d'un moine italien originaire de Faenza le Secret de l'émail. C'est lui qui produit à grand feu les plats de chasse décorés en camaîeux de bleus et les services armoriés. Reprise par son fils, Pierre II Clérissy, la manufacture se développe. Elle sera ensuite vendue à Joseph Fouque qui continuera de proposer les plats de chasse d'après les gravures d'Antonio Tempesta, mais aussi les décors Berain qui affectionnent les fontainemotifs inspirés par les peintures murales des thermes romaines et les décors chinois...

un_masque_en_moustiers

Qui dit succès dit concurrence et dès 1772, Joseph Olerys apportera quant à lui la polychromie : du bleu cobalt au vert, jaune-brun et violet. Dès ce moment, les décors mythologiques, les guilandes et les "grotesques" (animaux et personnages fantastiques) sont à la mode. Ce sont évidemment les notables qui peuvent s'offrir ces vaisselles qu'ils font fabriquer à leur chiffe ou armoirie.

A côté des plats, soupières et coupes, apparaîtront également des fontaines, boîtes à bonbons ou à bijoux ajourées.

D'autres noms sont à citer au fil des siècles, -Jean Baptiste Pelloquin puis Jean-Baptiste Feraud ou Jean-Baptiste Ferrat - avant la grande crise de la faïence qui, jusque dans les années 1950, oblige Moustiers à vivre chichement

.

Moustiers

Ci-dessus mes modestes pièces de Moustiers

Aujourd'hui, on voit renâitre tout un travail artisanal respecteux des traditions mais aussi passioné par de nouvelles créations. Il existe à présent une vingtaine d'artisans qui travaillent dans le village. L'atelier de Philippe BONDIL est sans doute le plus fidèle à la tradition, le plus fascinant à visiter puisqu'il présente des pièces d'une exceptionnelle beauté, reproduisant des scènes de styles Louis XIV, Louis XV ou Louis XVI -  (Source : La Provence en Objet : Christine FERNIOT et Gilles PLAZY)

Je vous présente ci-dessus deux créations, qui sont aussi du Moustiers :

Atelier_Comme_tu_veux_de_Riez_1986             

Date de réalisation Mai 1986

Ces deux assiettes ont été réalisées par Régine MARCHANDY "Atelier Com' tu veux" à RIEZ

Atelier_comme_tu_veux_Riez

J'aime les poteries vernissées pour ma cuisine et les repas pris dehors tout l'été,

mais j'apprécie aussi la porcelaine plus fine pour les tables des grands jours.

Mon service de table est tout blanc, juste bordé d'un liseré argenté.

Il ne vient pas d'une faîencerie française, mais d'Allemagne

(C'est un cadeau de mariage)

Winterling

Schwarzenbach

Bavaria - Germany

bloggif_table_de_NOEL

et je porte un intérêt particulier à la vaisselle de nos aïeules.

Je possède une douzaine d'assiettes plates et à dessert du service de la grand-mère de mon mari :

Service_de_la_Grand_de_mon_mari

.Je vous montre le dos pour les connaisseurs, Service mignon - émail sans plomb et chose rarrissime de nos jours, je possède quelques verres en cristal qui restent de ce service, les gravures sont assorties aux assiettes.Exceptionnel !

Service_mignon__mail_sans_plomb

J'ai exposé ce service à plusieurs reprises lors du Printèns prouvençau :

La lampe à pétrole est de la même époque

38174098_m_1_

D'ailleurs ma fille est entrain d'économiser pour acheter un vaisselier et attends avec impatience

que je veuille bien le lui confier !!!

38239278_m_1_

Si vous êtes amateur de vaisselle anciennne, je vous invite à découvrir le blog de Anne, une nouvelle amie chineuse :

http://faiences-et-autres.over-blog.com

Anne, dans ta collection tu parles d'un grand plat ovale qui te vient de ta grand mère. J'en ai également un :

Grand_plat_ovale

Je vous invite également d'aller voir le blog de GARIBONDY dans son article du 1er mars 2010,

elle vous parle des faïences d'APT.

Ci-dessous des pièces qui ont beaucoup plues à ma fille :

Fa_ence_Mary

L'assiette en bas à gauche au décor rouge est de son arrière grand-mère maternelle,

Elle l'a mise bien en évidence dans sa cuisine. Pas question de la casser elle a une grande valeur affective.

Ci-dessous, une pièce récupérée dans la vaisselle de mon beau-père, un saladier "Odette" faîence de SARREGUEMINES

A SARREGUEMINES, se trouve le Musée des techniques faïencières, au Moulin de Blies

Saladier_Odette

DOS_SALADIER

A une époque, il était de mode d'offrir des déjeuners aux fiancés :

J'en ai eu plusieurs que je vous fais découvrir ci-dessous,

Le premier est en Porcelaine de Paris - Fondée en 1773 - Décor Les quatres saisons

le second à droite Haute porcelaine du Berry Compagnie Nationale de Porcelaine - J'ai également un grand plat à tarte assorti.

Celui d'en bas décor bleu Porcelaine Lafarge de Limoges.

D_jeuners

Ci-dessous, deux trés jolies soupières :

LES_SOUPIERES

Et j'ai gardé pour la fin la pièce qui me tient le plus à coeur, car elle appartenait à ma grand-mère maternelle.

quand j'étais enfant ma mère s'en servait de coupe à fruits.

Elle a beaucoup servi, elle est très usée mais a une grande valeur affective

faiences_003

puis un autre grand plat creux très ancien lui aussi :Un_grand_plat_creux

Enfin ci dessous : Un décor très différent

Une porcelaine de Limoges J.Chen - Song bluemarine

Porcelaine_de_Limoges_J

Un très joli plat rond, mais quelle différence !

ne trouvez-vous pas???

Changement de décor, changement de couleur .... Il en faut pour tous les goûts.

Mais vous, lequel préférez-vous ??????

Je vais en finir avec la vaiselle et nous allons passer au jardin.

Je ne parlerai pas des traditionelles tuiles de terre cuite provençales qui sont appelées tuiles romaines ou encore canal, ni des génoises, ni des tuiles vernissées qui sont assez rares en Provence, car je n'ai pas de support photo à vous offrir et puis mon amie Garibondy vous a déjà parlé des tuiles provençales.,

Mais je vais vous montrer :

LE STYLE PROVENCE.

,,, ce que l'on peut faire avec les carreaux de Salernes qui sont magnifiques. Il y a un choix exceptionnel de couleur. La terre de Salernes demeure l'une des plus pures qui soit, sans sable ajouté ni autres impuretés et se distingue par sa grande solidité. Les carreaux émaillés connurent leurs heures de gloire dans les années 1960, époque à laquelle on les recherchait pour la gaitée de leurs coloris et leur facilité de nettoyage, deux qualités dont ils ne se sont pas départis. Les coloris évoulent avec les modes il y a quelques années la couleur lavande était en vogue, bientôt évincée par le jaune, et, plus récemment par le mélange du blanc et rouge brique. Biens posés ces carreaux sont aussi appréciables pour leur longévité que pour leur résistance à la chaleur et aux petites éraflures. Ils offrent également une surface lisse et fraîche sur laquelle on peut préparer la viande ou la patisserie. Mais en extérieur, méfiez-vous cependant des carreaux émaillés, ils pourrraient se fendiller avec le gel.

Ci-dessous, vous avez un aperçu du rouge brique, avec une bande de blanc posé en diagonale (une caractéristique provençale)

008

Et surprise au milieu de cette cuisine, devinez quoi ?????

Une très belle mosaïque posée par Thierry MARCHANDY,

Les carreleurs sont de vrais artistes !!!!!

Il y d'inombrables manières de combiner les couleurs et les formes des carreaux.

Il faut toujours commencer par étaler les carreaux sur une surface plane, les regarder et les assembler jusqu'à obtenir l'effet désiré. Il faut être un peu audacieux. Mais je vous garantis que cette mosaîque a beaucoup de succès.

mosa_que

Ci-dessous ma cuisine d'été :

001

Ici aussi, une rangée de carreaux en diagonale,

Carreleur de la maison : Thierry MARCHANDY

segondé par un deuxième artiste : mon mari.

Des fontaines faites maison, réalisées par une main de maître, qu'on ne retrouve pas chez son voisin,  beaucoup moins chères qu'en magasin et avec un tout autre cachet, la jaune, pour moi; avec les carreaux qui restaient de la cuisine et la verte pour ma fille, 

fontaine_Carreaux_Salernes

C'est le même moule,

FONTAINE

Et même, un (faux) pigeonnier en cours de confection qui vient de remplacer un banal oeuil de boeuf en P.V.C.

pigeonnier_avec_carreaux_de_Salernes

Il n'y a pas photo !!

Qu'en pensez -vous ?

Les céramiques provençales , c' est tout un ART !!!!

Je vous invite, cet été, à venir nombreux découvrir notre Provence et tous ses trésors .....

et j'espère que le soleil sera au rendez-vous, car en ce moment il fait terriblement défaut .... A ben lèu !!

Source prise dans un trés bel ouvrage à découvrir :

PROVENCE : Art de vivre et artisanat de chez AUBANEL

Fête provençale "RACINO E JITELLO" 2010 : RACINES ET AVENIR

Journée exceptionnellle dimanche dernier à MIRAMAS qui a commencé par une messe en Provençal avec la participation de la chorale de la Pastorale "Li Calandro de Crau", des musiciens du Trélus ainsi que de nombreux groupes folkloriques. Etaient présentes également la XXième Reine d'Arles, Caroline SERRE et ses Demoiselles d'honneur. S'en est suivie la bénédiction des chevaux avec leurs cavaliers en habits camarguais.

Je vous invite à aller voir toutes les photos de cette manifestation sur la blog de mon amie "Chicouloun" que je félicite au passage

http://provencecreches.blogspot.com

J'ai rarement vu un programme de messe toute en provençal aussi bien rédigé et illustré.

Son  costume dans les tons de bordeaux et marron lui va très bien. BRAVO à elle !.

et bonne continuation à son groupe en photo ci-dessous.

Le Musée du Savon de MARSEILLE

Je vous invite tous à aller visiter le musée du Savon de Marseille

sur le Blog de Anne D'AMICO, lien colonne de droite.

Article très intéressant.

Merci Anne pour cette visite

Notre Bon Savon de Marseille, on s'en servait pour faire la bugade.

Ah qu'il sentait bon, bon ......!!

Mais tout comme Anne, les savonnettes ont toujours leur place dans ma Salle de Bain.

10 mai 2010

CREEZ VOTRE CADRAN SOLAIRE !

Dans mon article du 23 septembre 2009, je vous présentais un magnifique Cadran solaire réalisé par le célèbre Cadranier Rémi POTIER, mais tout le monde n'a pas les moyens de s'offrir un Cadranier, et si vous êtes bricoleur (euse) et un peu créateur (trice), il est toujours possible de réaliser soi-même un cadran solaire qui donnera du cachet à votre façade.

J'ai trouvé un suggestion dans le livre "PROVENCE" de chez Aubanel.

Je remercie au passage Amélia Saint George pour ce magnifique ouvrage.

Si vous voulez faire vous-même votre cadran solaire :

Les cadrans solaires peints bravent les éléments sans l'aide du ciseau du sculpteur ou de la forge du ferronnier. : il suffit d'un pinceau et de quelques esquisses.

N'oubliez pas que le cadran doit être vu de loin : déterminez la taille et la forme du motif en posant du papier journal sur le mur. a l'aide d'un compas et d'un rapporteur, déssinez le motif sur du papier, en commençant par une ligne centrale verticale, puis marquez d'une croix la base du style : toutes les mesures seront prises à partir de cette marque. Placez le rapporteur sur la croix, en faisant coïncider 90° avec la ligne centrale. Marquez la position des degrés : 20 = 17h.- 38 = 16 h - 52 = 15 h - 66 = 14 h - 78 = 13 h - 90 = 12 h - 102 = 11 h - 114 = 10 h - 128 = 9 h - 144 = 8 h - 160 = 7 h.

En cours de travail, reculez-vous pour juger de l'effet produit. Utilisez de la peinture à l'huile pour artistes ou de la peinture acrylique de très bonne qualité, car le cadran devra résister à toutes les conditions météorologiques. Vous pouvez le protéger avec du vernis, mais le seul matériau véritablement étanche est la résine, désagréable et difficile à appliquer. Une fois la peinture terminée, percez un trou au niveau de la croix et fixez-y un style (tige) métallique avec de la pâte à modeler. Laissez un jour ou deux pour vérifier langle du style par rapport aux heures, ajustez-le si nécessaire puis fixez-le définitivement avec du plâtre.

Ce serait formidable si un  joli cadran pouvait voir le jour grâce à ce message. Si tel était le cas, envoyez-moi une photo, je me ferais un plaisir d'en illustrer cet article. Maintenant c'est à vous .....!!!!

Posté par Une jarlandine à 13:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
05 mai 2010

Une "pichouno fremo" qui chante LA PROVENCE

Coucou, mes amies, je viens de voir que Marie-Paule,

(la trés jolie chanteuse provençale, "la pichouno fremo") a créé un nouveau blog :

http://notreprovence.canalblog.com

Je vous invite à aller le découvrir et lui laisser vos commentaires.

Elle vous fera aimer encore plus notre Belle Provence.