Samedi 17 avril : Cet après-midi, petite rando pour entretenir notre mise en jambe suite à l'échauffement de Paris ...

Le Sentier des Pénitents des Mées

Vue_des_p_nitents_2

Eh bien je peux vous dire que le sentier est raide, (chaussures de marche indispensables) mais j'ai quand même effectué ma boucle. J'ai pris quelques photos.

Vue_des_p_nitents

Connaissez-vous la légende ??

La Légende des Pénitents des Mées

D'aucuns observant cet alignement caractéristique de rochers parleront de géologie, de conglomérats de Valensole, voire de poudingues.

D'autres, d'avantage poètes peut-être, conteront leur légende. En voici une version :

Cela se passait au temps où les Sarrasins envahissaient notre pays. Ils s'étaient installés dans les collines à Peirempi entre Buëch et Jabron et faisaient régner la terreur aux environs. Quelques Seigneurs du voisinage dont Bevons de Noyers et Rimbaud des Mées décidèrent d'attaquer le camp des Sarrasins. Ce qui fut fait par une nuit sans lune. La surprise et la détermination des seigneurs eurent raison des envahisseurs après une lutte courte mais intense. Au matin, après avoir nettoyé la place, chassé ou passé au fil de l'épée les ennemis, ils entrèrent dans le château.

Quel ne fut pas leur étonnement lorsqu'ils trouvèrent dans une grande chambre : sept belle mauresques, effrayées qui demandaient grâce. Après consultation, il fut décidé que ce serait Rimbaud des Mées qui se chargerait de les expédier par radeau sur la Durance jusqu'en Arles où les autorités décideraient de leur sort.

Chacun rentra chez soi. Rimbaud avec ses sept captives s'en retournait aux Mées. Chemin faisant le sang bouillant du guerrier ravira en lui des passions bien humaines et les grands yeux noirs et tristes des belles mauresques firent le reste.

Prétextant d'une Durance un peu trop grosse, qu'il était dangereux de s'embarquer, il repoussa le départ de quelques jours et enferma les prisonnières dans sa vaste demeure entre Dabisse et Oraison.

Ce qui s'est passé dans cette maison, personne ne le saura jamais. Raimbaud, habituellement toujours parti pour la chasse ou en vadrouille ne quittait plus la maison.

Le long des chemins, à la fontaine, au four comme au lavoir, on ne parlait que de Rimbaud enfermé avec ses sarrasines.

Le scandale que l'histoire commençait à faire dans le pays, décida le prieur de Paillerols à parler à Rimbaud. Ce dernier ne voulu rien entendre et le renvoya sans ménagement. Ce pauvre Rimbaud commençait à avoir toute la gente féminine contre lui : elle ne comprenait pas ce qu'il pouvait bien trouver à ces femmes sauvages à la peau presque noire. Il décida une nuit de remaner ses mauersques dans son châtau des Mées. Cela le laissait tranquille quelques jours, le temps de s'apercevoir du changement : ce qui ne tarda pas à se produire. La situation devint grave. Les femmes ne passaient plus devant le château sans se signer, et les réflexions allaient bon train.

Le prieur de Paillerols revint à la charge, amenant cette fois, avec lui son collègue prieur de Saint-Michel.

Rimbaud exaspéré leur répondit qu'ils feraient bien mieux d'aller chanter les vêpres et les matines plutôt que de s'occuper des affaires du château. Pour le coup, le prieur de Paillerols faillit s'étouffer de colère et bandit l'arme de l'excommunication.

Rimbaud eut bien envie d'envoyer tous ces religieux dans la Durance, mais se ravisa. comprit qu'il s'attaquait à plus fort que lui et qu'il n'arriverait plus à rien avec son peuble s'il continuait dans cette voie. Malgré sa peine, car il s'était attaché à ses mauresques. Il céda.

Le prieur, afin d'humilier Rimbaud et pour prendre à témoin toute la population, décida que le dimanche suivant les sarrasines seraient conduites à la Durance devant tout le pays rassemblé.

Le jour dit, tout le monde était en bordure du chemin et faisait une haie. Les moines de Paillerols et de Saint-Michel étaient un peu plus haut le long de la colline. Le portail du château s'ouvrit, les sept mauresques dans leurs vêtements scintillants, la démarche fière, sortirent. Personne ne respirait plus, on entendit même comme de profonds murmures d'admiration. Chez les moines, les coeurs battaient sous les scapulaires, leurs yeux étincelaient.

Qu'allait-il arriver ? De l'autre côté de la Durance le grand Saint Donat, l'ermite de Lure, survaillait ses ouailles et comprit ce qui allait se passer.

Pour préserver du péché les moines, il les pétrifia tous sur place dans leur robe de bure.

Le prieur a conservé sur sa poitrine sa croix de bois que l'on peut voir encore aujourdh'ui accrochée au rocher ...

D'après Eugène Plauchut 1897

(J'ai vu la croix en fer dans le rocher !!!!.....)