18 avril 2010

DECOUVERTE DE "PARIS" : 4ème et dernier jour JARDIN DES PLANTES et Place de "LA BASTILLE"

Dimanche 11 avril 2010

C'est notre dernier jour. Tout a une fin. 9 h 00  : nous refaisons nos valises et quittons l'hôtel. Nous commencions à avoir nos repères Boulevard de Grenelle !!!, Nous reprenonns le même trajet qu'à l'arrIvée, en sens inverse, pour rejoindre la Gare de Lyon. Nous déposons nos valises à la consigne, Nous nous assurons que notre TGV est bien maintenu pour un départ à  19 H 16. Nous avons de la chance, celui-ci est bien programmé car il faut le dire : nous sommes partis en pleine grève S.N.C.F. et jusqu'au dernier moment, nous n'étions pas sûrs de prendre le T.G. V. mais la chance a été avec nous.

Nous allons profiter de cette denière journée. Gare de Lyon, nous traversons le Pont d'Austerlitz et passons la Seine une dernière fois. nous nous trouvons à présent dans le 5ème arrondissement :

1            2

Le jardin des plantes se trouve juste en face de nous. mais Midi approchant, nous décidons d'aller déjeuner dans un restaurant à proximité avant de commencer notre visite. Un petit Resto sympas.

3

Nous avons tout l'après-midi devant nous : Nous commençons par une promenade dans le "Jardin des Plantes.", jardin botanique qui appartient au "Muséum National d'Histoire Naturelle".

LE_JARDIN_DES_PLANTES

Le Muséum National d'Histoire Naturelle

16

Histoire du Bâtiment :

  18  17  15

Ouvert au public en 1898, en vue de l'exposition universelle de 1900, le bâtiment a été construit selon les plans de l'architecte Ferdinant Dutert. L'architecture des galeries reflète l'esprit de l'époque : constructions à poutrelles et consoles métalliques associées à la pierre.

Dutert, en faisant appel à de nombreux artistes pour réaliser une décoration d'inspiration naturaliste se plaçait en précurseur de l'Art Nouveau. Les collections anatomiques et les fossiles y furent exposés comme le symbole de la diversité de la nature.

Pour marquer le centenaire du bâtiment, une rénovation des galeries est lancée. Elle vise à mettre en valeur ces lieux historiques et la présentation des collections tout en conservant l'esprit des concepts muséographiques de la fin du 19ème siècle.

Le Hall d'entrée s'ouvre sur "la Galerie d'Anatomie comparée". Cette galerie (immense) se visite comme une bibliothèque d'objets renfermant presque tous les vertébrés contemporains. Les quelques 1000 squelettes montés qui sont présentés actuellement proviennent des grandes missions de voyageurs naturalistes des 18ème et 19ème siècles, de la Ménagerie du Jardin des Plantes et de l'ancienne galerie de Cuvier. Les pièces de cette collection offrent donc un intérêt historique et scientifique.

Qu'est-ce que l'Anatomie comparée ?

L'anatomie est l'étude de la forme et de la structure des organes des animaux. l'Anatomie comparée consiste à rechercher les différences et les ressemblances permettant de distinguer et classer les espèces ou les groupe plus vastes. Science descriptive au 18ème siècle, elle a nécessité l'observation et la récolste d'un grand nombre de spécimens. Triomphante ai 19ème, elle a permis à Georges Cuvier de définir les types d'organisation correspodnant aux grands groupes zoologiques.

Elle n'a cessé d'évoluer au 20ème siècle avec l'amélioration des techniques d'étude.

Le grand escalier conduit à la galerie de Paléontologie. Dans cette galerie historique, les fossiles retracent plus de 600 millions d'années de l'histoire de la vie.

A la sortie du Jardin des Plantes, nous cédons le passage à une concentration de "rollers" :

decouverte_de_PARIS_2010_037

Chaque dimanche après-midi depuis 1998, si la météo le permet, une grande randonnée à roller, organisée par l'association Rollers et Coquillages, démarre à 14h30 des abords immédiats de la place de la Place de La Bastille, pour un trajet sécurisé d'une vingtaine de kilomètres dans les rues de Paris. Cette randonnée est devenue un rendez-vous incontournable des adeptes du roller venant du monde entier.

C'est une coîncidence que nous nous soyons trouvés à ce moment là.

Ayant encore un peu de temps devant nous, nous nous dirigeons vers la Place de La Bastille, lieu symbolique de la Révolution française. Mais nous accélérons notre pas, car durant l'après-midi le temps se gâte, et le ciel devient menaçant.

          Nous passons devant l'Opéra Bastille (une construction moderne)

En 1983, l’architecte Carlos Ott a été choisi parmi 750 participants au concours pour la conception d’un nouvel opéra situé dans le quartier de la Bastille. Le projet envisagé par le président François Mitterrand ne fut pas sans controverse.

Toutefois, l’architecte a su préserver la configuration du quartier, tout en imposant une architecture aux formes géométriques et une façade composée de verre et de marbre anthracite.

L’auditorium composé de 2 700 places a été conçu dans un but social : la construction de l’Opéra Bastille dans l’est de la capitale est symbolique (éloigné des beaux quartiers élitistes) tout comme l’est la date d’inauguration, le 14 juillet 1989.

LA PLACE DE LA BASTILLE

Le Bastille tient une grande importance dans l'Histoire de France. La Bastille fut construite entre 1370 et 1382 pour défendre la capitale des invasions. Prison d’Etat à partir de Richelieu, la Bastille est vite devenue le symbole de l'arbitraire de la vieille monarchie. Des personnages illustres s’y succédèrent : des hommes politiques tels que Fouquet, des hommes de lettre comme Voltaire ou Sade qui alpagua la foule de passants en criant de sa fenêtre qu’on « assassinait les prisonniers ». Tous ces hommes furent emprisonnés sous simple lettre de cachet.

Le 14 juillet 1789, la prison de la Bastille entre dans l’Histoire de la Révolution française. Elle fut prise d’assaut par des émeutiers en colère auxquels se rallièrent cent gardes-françaises. Paradoxalement, on porta un triomphe aux sept derniers détenus de la prison.

En mémoire des morts des Trois Glorieuses de juillet 1830, Louis-Philippe fit érigé une colonne surmontée par "Le Génie de la Liberté" sur la place de la Bastille.

decouverte_de_PARIS_2010_045

Quatre mois après la naissance de la Seconde République, les ouvriers sont descendus dans les rues. Cette manifestation sanglante ayant marqué les esprits patriotiques, la Place de la Bastille est devenue le point de départ des manifestations syndicales.

Nous quittons la Place de la Bastille. Il est temps maintenant de rejoindre la Gare de Lyon. Nous découvrons au passage des petites rues transversales forts sympathiques :

decouverte_de_PARIS_2010_041  38  decouverte_de_PARIS_2010_039

La Gare de LYON

La_Gare_de_Lyon

Fini notre escapade à Paris !!!!

J'ai essayé de vous faire partager mes quatre journées de tourisme dans notre Capitale.

J'attends vos commentaires.

Posté par Une jarlandine à 21:12 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

DECOUVERTE DE "PARIS" : 3ème jour : Champs Elysées - Place de la Concorde - Jardin des Tuileries - LE LOUVRE - MONTMARTRE ...

2

Samedi 10 avril, départ à 9 H 00  de l'hôtel,

Marche à pied, pour rejoindre la cèlèbre avenue des Champs Elysées, que nous descendons.

En fond l'Arc de Triomphe ,

Nous découvrons la Place de la Concorde :

Ancienne place Louis XV, elle a été créée sous le règne de ce Roi. Aucun pont ne la reliait alors à la Rive Gauche. On passait d'une rive à l'autre sur de petits bateaux. Le pont a été construit au moment de la Révolution.  On a employé des pierres provenant de la démoliton de la prison de la Bastille "afin disait-on, que le peuple pût continuellement fouler aux pieds l'antique forteresse".

La place avait alors été rebaptisée "Place de la Révolution", et elle était le lieu d'exécutions capitales. Le roi Louis XVI et la Reine Marie-Antoinette y ont été guillotinés.

Après la Révolution, on a érigé en son centre l'obélisque de Louksor offert au roi Louis Philippe en 1831 (ci-dessous)

:3

que nous traversons

4

Nous avons la chance d'avoir un trés beau temps, Regardez ce beau ciel bleu,

et nous arrivons au Jardin des Tuileries

Le jardin des Tuileries s'étendait devant le château du même nom. Tracé au 16ème siècle, il fut remodelé par Le Nôtre, l'architecte des jardins de Versailles au 17ème siècle.

Comme l'hôtel de Ville, le château a été incendié lors de la Commune en 1871 et n'a pas été reconstruit.

8

Nous passons devant le buste de "'LE NOTRE"

6

Des parterres fleuris et de belles statues;

12

14

Ci dessous : DIANE

15

Profitons du soleil en déjeunant au Jardin des Tuileries.

Nous sommes fins prêts pour visiter le Louvre

Nous passons sous l'arc de Triomphe du Carrousel

20

Je vous ai photographié le décor à l'intérieur de la voûte du milieu en y passant dessous :

18

19

22

Vu d'ensemble du Palais du LOUVRE

Sur les quais du Louvre et des Tuileries, s'étend sur 700 mètres la façade du Palais du Louvre. C'est le plus vaste de tous les édifices parisiens. Lorsque le roi s'y installe au 14ème siècle, c'est une petite forteresse. Depuis cette époque, il n' a pas été constamment occupé. Versailles ou les Tuileries ont longtemps abrité la cour. Cependant tous les régimes ont travaillé à agrandir et embellir le Louvre.

La première partie du palais, un peu en retrait, est la plus ancienne. Elle a été bâtie aux 16ème et 17ème siècles à l'emplacement du château médiéval. Puis s'étend une aile toute en longueur que l'on appelle "la galerie du Bord de l'Eau". Commencée par Catherine de Médicis, elle était destinée à réunir le palais d'origine au château des Tuileries qu'elle se faisait construire un peu plus loin. Henri IV,  qui a poursuivit les travaux, a eu l'idée d'installer dans la galerie des artistes travaillant pour la couronne. C'était pour eux une sorte de consécration officielle qui ne prendra fin que sous Napoléon 1er. A ce moment là, et depuis 1793, le palais était devenue Musée du Louvre.

Les travaux actuels, sous la direction de l'architecte Ieoh Ming Pei, dont la pyramide est déjà célèbre, font du Louvre le plus grand musée du monde.

26     23    27

Les photos avec Flash étant interdites à l'intérieur du musée, J'ai rangé mon appareil pour profiter pleinement de ma visite.

Mais c'est indescriptible, il faut voir pour se rendre compte. C'est immense, Il est impossible de tout voir en une seule fois.

Nous avons fait les niveaux qui nous attiraient le plus

Une photo quand même pour la fin :

29

30

Après avoir passé un certain temps à l'intérieur du Louvre, nous décidons de poursuivre notre conquête de Paris.

Nous prenons le métro Rue de Rivoli - Direction Montmartre

et nous découvrons :

La basilique du Sacré-Coeur de Montmartre

31

Construite entre 1875 et 1914 sur le mont des martyrs (Montmartre) ; lieu où Saint-Denis, premier Evêque de Paris (IIIème siècle), fut décapité pour sa foi ; elle fut consacrée au culte catholique en 1919 et placée sour le vocable du Sacré-Coeur.

La Butte Montmartre est le deuxième site le plus visité de Paris

Montmartre, village pittoresque et prestigieux nous dévoile ses richesses, au détour d'un escalier ou d'un petiti coin de verdure. Empruntant le chemin suivi par de nombreux artistes, il faut grimper sur la butte qui culmine à 130 mètres d'altitude

En sortant du Sacré-Coeur, sur le parterre des jardins en terrasse, on admire la vue surprenante sur les toits de Paris :

33.

Tout est impressionnant,

autant la foule que le vue .....

34

En déambulant sur la place du Tertre, on s'imprègne de l'air du temps. On peut prendre part à la vie des artistes en devenant le modèle des portraitistes qui sont installés sur le pavé. Beaucoup de monde à la terrasse des cafés et des restaurants. Une foule étonnante se presse autour des chevalets des peintres. Ancré sur la place du Tertre le Syndicat d'Initiative de Montmartre qui distribue la Gazette de Montmartre et renseigne les touristes. Ce quartier est très vivant. Je regrette de ne pas avoir eu le temps de découvrir toutes ces ruelles qui ont un passé si riche. Il nous faudra revenir.

35

Pour finir, un clin d'oeil à cette jeune accordéoniste en robe 1900

32

La fin d'après-midi aproche, nous redescendons prendre le metro à la Station de Pigalle.

Pas de chance Messieurs, on ne vous laissera pas traîner dans Pigalle tous seuls ce soir

Réponse au commentaire ci-dessous :

(je regrette, Monsieur Luc, un commentaire était suffisant....

eh bien non je n'ai pas d'autres photos de cette jeune personne....et quand bien même j'en aurais, ce serait à elle qu'il faudrait les demander ).

...................

Posté par Une jarlandine à 14:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,