Suite à "Prouvenço, terre dis Art" de 2005, et suite aux Jeux Olympiques d'Hiver à Turin, l'Union Provençale avait retenu pour thème en 2006 : "Sports et jeux en Provence". Pour alimenter cette exposition j'avais fait cette année là un long travail de recherche sur l'historique des jeux et du jouet. Je vous en fait profiter :

... Vieux comme l'humanité, le jouet a toujours fasciné petits et grands. Indispensable à l'enfant, né de l'imagination de l'homme, le jouet connaît une pérennité que ni les grands bouleversements, ni les découvertes de nouvelles matières n'ont pu modifier.

Si les jeux apportent des réminiscences historiques ou renferment des allusions symboliques, le jouet est plus représentatif de l'actualité politique, économique, sociale, artistique ; des historiens, des ethnologues, des sociologues, des philosophes, des poètes et des collectionneurs se penchent continuellement sur son cas.

Reflet de nos instincts, de nos moeurs, de nos religions, de nos races, le jouet peut être belliqueux, pacifique, satirique, réaliste et qu'il soit de luxe ou bon marché, le jouet ne procure pas seulement des distractions, il donne à l'enfant un support, à son imagination et en le divertissant il l'instruit.

De tous les temps, on a pensé éduquer les enfants avec des jouets.

Les petits fourneaux en fonte avec leurs casseroles en cuivre étaient conçus pour initier les fillettes à des rudiments de cuisine. Les soldats de plomb étaient destinés à développer le sentiment patriotique et à faire connaître l'Histoire de France. Les poupées avec leurs meubles servaient à apprendre la couture et le rangement.

Les modèles réduits d'instruments de musique évitaient aux jeunes prodiges de saccager des instruments précieux.

Tous ces jouets employés à des fins didactiques étaient conformes à la réalité miniaturisée.

Du hochet au fusil, du tambour à la lanterne magique, de la voiture automobile à l'aéroplane, tous ces objets sont les témoins fidèles d'un passé toujours recommencé.

Le jouet ancien est en vogue et suscite des curiosités diverses : qu'il soit né d'un morceau de fer blanc ou d'une fine porcelaine, qu'il soit d'argile ou de terre cuite.

CLASSIFICATION DES JOUETS :

  • La représentation humaine : les poupées, les automates, les marionnettes, les soldats.

  • Les animaux.

  • Les moyens de locomotion : les voitures, les chemins de fer, les bateaux, les avions ...

  • Les Inventions à échelle réduite : les armes, les phonogrqaphes, les machines à vapeur, les lanternes magiques, les instruments de musique ...

  1. Pour toucher et entendre : le hochet, premier jeux offet à l'enfant.

  2. L'objet des premières tendresses : l'animal en peluche. L'ours à la préférence.

  3. Un compagnon de course : le cerceau.

  4. Pour apprendre à se déplacer en cadence : les rondes et jeux  dansés :                                             "Nous n'irons plus au bois, les lauriers sont coupés, la belle que voilà, viedra les ramasser ..."  Une des inombrables rondes que les enfants se transmettent de siècle en siècle.

  5. Un jeu sportif à la longue histoire : les quilles.

  6. La magie de l'équilibre : la toupie.

  7. Un jeu d'origine religieuse : les osselets.

  8. Des jeux aves les éléments naturels au gré du vent : Moulins et cerfs-volants.

  9. S'enrichir pour pas cher : des noix romaines aux billes. le jeu de billes est aussi vieux que l'humanité. les Grecs y jouaient il y a plus de 2000 ans avec des osselets, des châtaignes et des glands, des olives. Les Romains utilisaint des noisettes et des noix. Les noix étaient devenues le symbole de l'enfance à tel point que sortir de l'enfance se disait : "Quitter les noix".

  10. L'habileté à sauter : la corde à sauter - Saute-mouton - la marelle.

  11. Jeux pour adultes et enfants mêlés : les jeux de société. De toujours et partout, le jeu de l'oie, les damiers.

  12. Des jeux de règle : cache-cache. Seul et contre tous : le cheval fondu - aux quatre coins - chat perché - la chandelle - Colin Maillard.

  13. Pour être en haut perché : les échasses.

  14. Pour apprendre à vaincre le vertige : la balançoire.

  15. Des jeux proches des quilles : les Boules et palets - Le Hochey

Une fois cette recherche faite et mise sur papier, je savais les jouets clés qu'il fallait trouver. Il fallait partir à la pêche aux jouets : Une personne nous a confiée, le temps de l'exposition, une poupée de 1830 qu'elle tenait de ses parents et de ses grands parents. En fin de compte, nous avons été trés satisfaits car nous avons réussi à exposer un échantillon de presque tous les jouets énumérés ci-dessus. (Voir dans Galerie photos)

LE JEU DE BILLES :

Suetone, le plus ancien écrivain qui ait fait mention du jeu de billes, raconte dans sa "Vie des douze Cesars" que ce jeu faisait partie des distractions préférées de l'empereur Auguste. A défaut de noix, on se servait également, à la même époque, de petits galets ronds ramassés au bord de la mer.

Au début du siècle, noix et galets sont remplacés par des billes en verre, en grès, en albâtre, en marbre, en agate et en ivoire. C'est en Hollande que sont fabriquées les meilleures billes avec des frgements d'albâtre, de marbre et de pierre grise, au moyen d'une sorte de moulin de fer dans lequel elles s'arrondissent et d'où elles sont projetées à travers des trous d'un diamètre différent. Des cargaisons de ces billes sont ensuite expédiées dans toutes les villes d'Europe.

Le jeu de bille est trés en vogue au début du siècle dans les écoles et les collèges. On y joue surtout pendant les fortes chaleurs de l'été. Il existe un grand nombre de jeux de billes. Les principaux sont les "cent-dix", la "bille au pot" ou la "trime", la "poursuite" ou "promenade", la "bloquette", "la tapette", le "triangle", le "cercle", la"rangette", les "villes", le "serpent", les "neuf trous", le "casse-bille" et la "bille au dé".

Pour la bille au dé, on pose un dé à jouer sur un socle. Le joueur qui touche le dé gagne à son adversaire un nombre de billes égal au nombre de points marqués sur la face du dé qui a été visée. S'il manque son coup, il perd un nombre de billes égal à celui qu'il aurait gagné.

(Ces renseignements ont été relevés en partie dans le livre  :

"Les jouets anciens" de Robet CAPIA)