Bienvenue sur mon blog à toutes les personnes

qui oeuvrent pour le maintien de notre culture et de nos traditions provençales.

 

Je suis née à CHATEAU-ARNOUX/SAINT-AUBAN, sur les bords de la Durance, je suis Jarlandine/Saint-Aubanaise et Gavote.

Mon pays, c'est ici, en Haute-Provence.

J'aime ses couleurs, sa lumière, son ciel bleu, son soleil, ses oliviers, sa lavande et toutes ses essences... le thym, la sauge, le romarin, toutes ces plantes qui sont à l'origine de subtiles fragances.

Le chant des cigales, le son des galoubets et tambourins qui rythment nos danses.

Toute cette chaude ambiance, ne se trouve que sur les terres de Haute-Provence.

Je suis née en 1953, fille d'ouvrier, petite-fille de paysans du Pays Gavot :  UPAIX, du côté maternel et CHATEAUVIEUX du côté paternel et de ce fait suis trés attachée à notre terroir.

Mais une ombre au tableau : ne ressentez-vous pas une grande tristesse quand on sait que nos petits enfants ne sauront plus ce que sont "les sonnailles de la transhumance", ni "les tardons" ... ; qui gambadaint allègrement aux côtés des brebis et des béliers.

Sachons être les "cadets" ... !!! et les "mainteneurs" !

Le 23 mai 1886, Frédéric Mistral était à GAP, pour présider la Santo Estello, le congrés annuel du Félibrige. Dans son discours, il évoquait déjà l'éxode rurale, "la despoupulacioun di campagno", et en tire argument pour faire valoir l'attachement au pays et à la langue.

Pour l'ouverture de mon blog, je citerai deux phrases :

"Ah ! se sabien lou mau que se fai à la patrio, que se fai à la raço, en derrabant au pople, à l'ome de la terro, lou liame que l'estaco à sa vièio famiho, à si boni coustumo, au païs ounte es na !"

"Ah ! si on savait le mal que l'on fait à la patrie, que l'ont fait à la race, en arrachant au peuble, à l'homme de la terre, le lien qui l'attache à sa vieille famille, à ses bonnes coutumes, au pays où il est né !"

"Pour savoir où l'on va, il faut savoir d'où l'on vient !"